Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 27 septembre 2013

Chronique de la France asservie et résistante...

Robert SPIELER

RIVAROL N° 3108

du 19 septembre 2013

 

ILS étaient tous là pour le Nouvel An Juif. Comme chaque année, l’écrivain Marek Halter et son épouse la peintre Clara Halter recevaient le « Tout Paris », de gauche comme de droite, à leur domicile du quartier du Marais, le dimanche 8 septembre 2013, pour célébrer le Nouvel An juif. Il y avait Ayrault, Valls, Taubira, Hidalgo, Pécresse, Fourest…

 

MAREK HALTER DANS SA GLOIRE

 

« Vous avez des gens de différentes sensibilités culturelles, politiques et religieuses. Pouvoir se rencontrer, ce n’est pas si mal. Ce n’est pas communautaire. La laïcité, ce n’est pas l’ignorance des autres, c’est la garantie du vivre-ensemble ». Déclara-t-il. Emouvant. Plusieurs responsables du CRIF étaient présents : Jean-Pierre Allali et Arié Bensemhoun, membres du Bureau Exécutif, Paul Rechter, conseiller du président Roger Cukierman, et Patrick Klugman, membre du Comité directeur. Sous un dais dressé devant le porche de l’immeuble, les invités étaient accueillis par un orchestre klezmer, tandis qu’un imposant cordon de policiers bloquait la rue dans l’attente du Premier ministre qui avait annoncé sa venue. En milieu d’après-midi, Jean-Marc Ayrault faisait son entrée en compagnie de deux ministres du gouvernement : Yamina Benguigui, ministre déléguée auprès du ministre des Affaires étrangères, chargée de la Francophonie et Michèle Delaunay, ministre déléguée auprès du ministre des Affaires sociales et de la Santé, chargée des personnes âgées et de l’Autonomie. Le monde politique, de droite comme de gauche était bien représenté avec Harlem Désir, Premier secrétaire du Parti Socialiste, David Assouline, Anne Hidalgo, Pierre Aidenbaum, Bernard Kouchner, Valérie Pécresse, Frédéric Lefebvre, Nicole Guedj ou encore Jean-Jacques Curiel du Parti radical. Apparemment le chien mordeur le la ministre Delaunay n’a pas mordu de Juifs ce soir-là, sinon ça se serait su. Parmi les nombreux représentants du monde de la presse : Ruth Elkrief, Christine Ockrent, Étienne Mougeotte, Alain Chouffan du Nouvel Observateur et Judith Waintraub, du Figaro. On notait également la présence de Samuel Pisar et de son épouse, de Gérard et Claude Unger, de Caroline Fourest, de Gérard Miller, de François Weil, recteur de l’Académie de Paris, des professeurs Dominique Reynié et Philippe Théry, du producteur Tarek Ben Ammar, de Duc Co Minh, président du Club d’Initiative des Français d’Origine Asiatique, de Claude Barouch de l’UPJF et de son épouse, d’Henri Cukierman et de son épouse, de Macha Méril et de Chantal Thomass. Très entouré, l’imam de Drancy, Hassen Chalgoumi, récemment victime d’une agression en Tunisie, se déplaçait difficilement avec des béquilles. À ses côtés, paraît-il très protecteur, le père Alain Maillard de la Morandais…

 

PETIT RAPPEL : QUI EST MAREK HALTER ?

 

Halter a des histoires souvent fantaisistes à revendre. Jean Paul II décède, il raconte une audience et un déjeuner à la bonne franquette avec lui. Arafat trépasse, Marek Halter narre son “amitié” avec le Vieux. Adolf Hitler se suicide ? Il avait passé la soirée, la veille, avec lui… A la cérémonie du 60e anniversaire de la libération d’Auschwitz, il surgit tel un farfadet aux côtés de Jacques Chirac. En mars dernier, il serre la paluche du Premier ministre israélien, avant de secouer celle du Palestinien Ahmed Qoreï. Sacré Marek, il est présent partout. Bon d’accord, son curriculum vitae est des plus chargés et est quelque peu obscur. En fait, il ne s’appelle pas Marek, mais Aron. Il a vu le jour à Varsovie avant la guerre. Sa mère, Perl, était poétesse yiddish, son père, Salomon, imprimeur. Il n’aimait pas son prénom, Aron, qui « était un faux cul, qui avait fait construire le veau d’or ». Du coup, il a changé de prénom… Sa date de naissance est aussi quelque peu fantaisiste. L’écrivain indique partout le 27 janvier 1936, sur sa fiche « Who’s who » et les documents officiels. L’année est fausse. La date officielle de l’état civil français, qui figure sur sa carte d’identité ou son passeport, est le 27 janvier 1932. En 1995, Jean Paul II, qui le recevait, lui demanda : « Alors, vous êtes né à Varsovie ? » L’écrivain lui répondit : « Non, Saint-Père, je suis né dans le ghetto de Varsovie. » Or les quartiers juifs de Varsovie ne furent ceints par un mur qu’en novembre 1940. Avant, il n’y avait pas de ghetto. Marek Halter est un de ces étonnants mythomanes et mystificateurs. Dans les cercles yiddish parisiens, ses fantaisies font jaser depuis longtemps. Michel Borwicz, un historien du ghetto, avait écrit un article dans le quotidien yiddish Unzer Wort. C’était en 1980. Le titre ? « Assez mentir ». Il affirmait que Marek Halter n’avait jamais vécu dans le ghetto et écrira une brochure dont le titre était « Le cas de Marek Halter, jusqu’où est-il tolérable d’aller trop loin ? » qui relevait les incohérences graves de notre étrange oiseau…La vie inventée de Marek Halter ressemble à un roman. A lire sa biographie officielle, en 1945, il est délégué des pionniers d’Ouzbékistan à la fête de la Victoire à Moscou. Directeur de l’Institut juif de Varsovie, Felix Tych n’y croit pas une seule seconde: « Il est très étrange qu’un jeune juif originaire de Pologne ait été délégué des pionniers d’une république d’Union soviétique, a fortiori à cette époque. » Ce jour-là, Marek Halter jure avoir remis un bouquet de fleurs au « petit père des peuples » : « Staline prit mes fleurs, me passa la main dans les cheveux et dit quelque chose que, troublé, je n’entendis pas. » La première rencontre avec un grand de ce monde. Rachel Hertel assure que jamais Marek n’en avait parlé avant la mort de ses parents. Marek Halter se targue d’intervenir « auprès des hommes d’Etat pour le respect des droits de l’homme ». En 1999, l’écrivain, qui s’y connaît en amitié, intervient auprès du ministre de l’Intérieur, Jean-Pierre Chevènement, pour lui demander s’il peut lever une interdiction de séjour d’un Ouzbek, qui se trouve être un membre important de la criminalité organisée. Les services spécialisés sont d’autant plus surpris qu’un autre mafieux ouzbek, refoulé à la frontière française, lance : « Je suis un ami de Marek Halter ! » Marek Halter aime à donner l’image de l’influence. A la mort de Jean Paul II, il certifie lui avoir soufflé l’idée de se recueillir au mur des Lamentations lors de son voyage à Jérusalem, alors que l’audience eut lieu en 1995 et le périple de Karol Wojtyla en 2000. Lorsque Yasser Arafat disparaît, il raconte lui avoir lui-même présenté sa future épouse, Soha, en Tunisie, alors que l’épisode eut lieu à l’hôtel Crillon à Paris, hors de la présence de Halter. Patrick Girard, son ancien collaborateur, sourit : « Il n’est pas dans l’escroquerie. Il s’est mis dans un piège et n’arrive pas à s’en dépatouiller. S’il refaisait l’histoire de sa vie, il vérifierait les dates. » Quand on pose des questions gênantes à Marek Halter, il répond avec douceur, en posant sa main sur l’avant-bras de son interlocuteur… Voilà le personnage devant lequel ils se prosternent tous !

Spieler 1.jpg

L’HÉROÏQUE ARMÉE FRANÇAISE VA SANCTIONNER DEUX MILITAIRES QUENELLEUX

 

Deux militaires se sont autorisé une petite quenelle. La quenelle est ce geste innocent et quelque part innovant qui est devenu le signe de ralliement des fans de l’humoriste Dieudonné. Depuis plusieurs mois, la “quenelle”, à mi-chemin entre le salut romain et le bras d’honneur, s’est popularisée. Les photos de soutiens de “Dieudo”, bras tendu vers le bas et main au niveau de l’épaule, se multiplient sur les réseaux sociaux. Dernier exemple en date, cette image de deux militaires mimant le fameux geste devant une synagogue du XVIe arrondissement. Houlà ! L’Etat-major de l’armée, qui n’a rigoureusement rien d’autre à faire, a lancé une terrible contre-offensive. La photo, qui a circulé sur Facebook et a été publiée par Slate.fr, a provoqué une vive réaction de l’état-major. Les deux chasseurs alpins du bataillon de Barby (Savoie) font l’objet d’une enquête interne. Entendus lundi par leur hiérarchie, ils vont être sanctionnés. « En l’état, la connotation antisémite n’est pas complètement avérée, mais néanmoins, le fait de s’exhiber devant une synagogue, volontairement ou non (c’est trop beau, mes amis, ce “volontairement ou non !”), n’est pas admissible », a déclaré le colonel Bruno Louisfert, responsable de la communication de l’armée de Terre. « On ne peut pas tolérer des comportements inappropriés, Certains comportements ne sont pas admissibles quand on porte l’uniforme. Ça engage l’institution ». Trop mignon, ce colonel qui n’a sans doute jamais mené le moindre combat ni gagné la plus microscopique bataille. Avec des oiseaux pareils, on n’est pas servi… Selon le colonel, le chef d’Etat-major de l’armée de Terre, le général Ract Madoux, « a décidé de sensibiliser très fermement toute la chaîne de commandement sur ce geste et ce qu’il peut impliquer ». Et pour cause : la “quenelle” des deux chasseurs alpins devant la synagogue parisienne n’est pas un cas isolé. Plusieurs images de militaires ou de gendarmes réalisant le geste sont visibles sur des sites se définissant comme “antisionistes”, et se réclamant de Dieudonné. Le phénomène ne se limite cependant pas à la sphère militaire... Un footballeur du FC Sochaux, Mathieu Deplagne, a ainsi célébré son premier but en ligue 1 avec une “quenelle”…

Spieler 2.jpg

 

Rivarol.JPG

 

Pour lire la chronique dans son intégralité : achetez Rivarol chaque semaine chez votre marchand de journaux ou abonnez-vous. Vous pourrez ainsi lire la chronique complête de Robert Spieler cliquez ici.

00:07 Publié dans Chronique de la France asservie et résistante | Lien permanent | |  Facebook

jeudi, 19 septembre 2013

Chronique de la France asservie et résistante...

Robert SPIELER

RIVAROL N° 3107

du 13 septembre 2013

 

LA JOURNALISTE Laurence Ferrari recevait Frigide Barjot sur i-Télé, le 29 août, dans l’émission « Tirs croisés ». Elle l’a proprement massacrée, avec un incontestable talent.

 

FRIGIDE BARJOT A ÉTÉ MASSACRÉE

 

La journaliste avait le visage avenant mais n’exprimait aucune empathie, pratiquant une politesse froide et distante. Frigide Barjot n’a rien trouvé de plus intelligent que de pénétrer sur le plateau en exprimant son amour pour Laurence Ferrari, dans le registre « on est femmes, donc copines » lançant de sirupeux et tendres « Bonsoir, Laurence ! » en précisant qu’elle « ne pleurerait pas ce soir », référence à l’émission de télé, avec Audrey Pulvar, où la pauvre chérie, émue en diable, avait fondu en larmes. Laurence Ferrari, très professionnelle, évoqua la façon musclée dont Frigide avait été expulsée de la « Manif pour tous ». Elle releva cruellement qu’ « elle n’a plus de troupes ». La Barjot expliqua très péniblement qu’elle a été victime des « réseaux cathos ». Ferrari, sans pitié, lui demande : « Que représentez-vous aujourd’hui, à part vous-même ? » Et elle obligea Barjot à reconnaître que, contrairement à ses affirmations, elle ne présentera aucun candidat aux élections municipales. La pauvre, tombée dans les oubliettes de l’Histoire, va devoir préparer l’audience du 18 septembre, qui doit décider son expulsion probable du somptueux appartement social qu’elle occupe, avec son mari, Basile de Koch, de manière illégale selon la Régie immobilière de la ville de Paris. Certains s’étaient demandés si elle était « proche de l’extrême-onction ou de la résurrection ». La réponse semble claire…

 

LE RETOUR DE JEAN-PIERRE CHEVÈNEMENT !

 

Jean-Pierre Chevènement fut ministre de François Mitterrand et préféra démissionner plutôt que de cautionner la guerre du Golfe. Il attaque aujourd’hui sévèrement, dans une interview au quotidien Aujourd’hui, la politique syrienne de François Hollande. Ses propos méritent d’être relayés. Que dit-il ? Il prône la négociation, plutôt que les gesticulations militaires. Evoquant les rivalités entre sunnites et chiites en Syrie, il estime que la France n’a pas intérêt à entrer dans une guerre de religion qui ne la concerne pas. Il estime qu’il ne peut y avoir de solution militaire et affirme que seules des négociations politiques peuvent contribuer à régler le problème. Il exige évidemment le respect de la légalité internationale, que les Américains et leurs vassaux français sont prêts à piétiner. Mais Bachar al-Assad n’a-t-il pas franchi la ligne rouge en employant des armes chimiques ? Réponse : « C’est possible, mais ce n’est pas sûr ». Chevènement se réfère aux propos de Colin Powell, devant le Conseil de sécurité de l’ONU, avant le déclenchement de la guerre en Irak. Ce dernier, brandissant des fioles bidons, avait déclaré : « We’ve got the evidence ! » (Nous avons les preuves). Intoxiqué par la CIA, il avait tout simplement menti. Oui, mais ces milliers de morts dans les massacres en Syrie ? Réponse : « Au Caire aussi, il y a un millier de personnes qui ont été tuées, mais on n’a guère entendu les professeurs de morale ». Et Chevènement de rajouter : « Autrefois, il y avait le droit. Aujourd’hui, on a remplacé le droit par la morale. Et de la morale, on passe à la punition. C’est plus facile, mais c’est très dangereux, car le fameux droit d’ingérence, c’est toujours le droit du plus fort. On n’a jamais vu les faibles intervenir dans les affaires des forts. » Jean-Pierre Chevènement évoque ensuite les multiples manipulations de l’opinion publique dans l’histoire et dénonce la dictature de l’émotion. Il ose affirmer : « Le droit-de-l’hommisme ignore ou, de manière plus perverse, occulte les choix politiques ». Il constate que la France sera, si une frappe intervient, « le seul allié européen de M. Obama, soutenu par l’ancien président Bush » et il ajoute : « L’indépendance de la France suppose que nous ne soyons pas ralliés à la ligne occidentaliste, celle qu’on appelait autrefois néoconservatrice ». Et Chevènement de conclure : « Quand on fait le bilan de toutes les ingérences, ce n’est pas très brillant : au Kossovo, nous avons récolté un Etat maffieux ; en Irak, il n’y a plus d’Etat ; en Libye, les milices islamistes sont maîtresses du terrain…»

 

HORRIBLE ÉPREUVE POUR BHL :

IL SE DIT “FOUDROYÉ”

 

BHL se dit “foudroyé”, C’est l’horreur. Sa jeune sœur, prénommée Véronique, s’est récemment convertie au christianisme. Interrogé par son ami Elkabach, le 3 juin sur Europe 1, on avait vu, filmé par une caméra, deux êtres totalement accablés par l’horreur de la situation. La vidéo a été visionnée par 40 000 internautes et suscite évidemment des commentaires peu amènes, dénonçant l’intolérance du tandem vis-à-vis de cette conversion. Le 21 juin, rebelote. Jean-Pierre Elkabach recevait à nouveau Bernard-Henri Lévy pour un nouvel entretien. Le thème était les rapports entre peinture et philosophie, ainsi que sur la spécificité du judaïsme dans la représentation des images. Elkabach, que cela travaillait visiblement, on se demande pourquoi, est revenu sur la conversion de Véronique Lévy, en posant cette incroyable question à BHL : « Vous ne pouvez rien faire contre son choix ? » BHL devait conclure cet entretien en avouant avoir appris la nouvelle « comme si la foudre » lui était tombé dessus…

 

Spieler 1.jpg

 

ABOMINABLE ATTAQUE ANTISÉMITE

 

Le président PS du Conseil général de l’Essonne, le député Jérôme Guedj, a eu une rentrée épouvantable. Pensez, il avait reçu dans sa boîte aux lettres de l’Assemblée une lettre aux relents antisémites. Certains se seraient contentés de la déchirer et de la jeter à la poubelle. Pas lui… « Plutôt qu’un haussement d’épaules oscillant entre la résignation et la blessure intime, j’ai préféré donner à voir et à connaître », écrit-il sur son blog. Le courrier, écrit à la main, disait : « Dis donc Guedj, on recrute des députés à la Knesseth (le parlement israélien), tu ne crois pas que ça serait ta place ? Un Paris-Tel Aviv sans retour ? ». Guedj s’indigne, tout en relevant qu’il n’avait eu à subir que 3 expressions « franchement ou allusivement antisémites » dans sa vie politique. Ce n’est pas beaucoup, mais cela n’empêche pas notre oiseau de couiner d’importance. Ses propos sont, reconnaissons-le, émouvants : « A chaque fois qu’un citoyen est stigmatisé, notamment à raison de son origine, il importe de ne pas le laisser seul face à l’insupportable mise en cause, qu’elle soit antisémite, raciste, islamophobe ou homophobe. Ne pas se taire donc. Ne pas laisser les digues de nos valeurs être fragilisées… » Je ne sais pas si vous réagissez comme moi. Mais ces clowns me font mourir de rire…

 

ANTI-ISRAÉLIEN ? ET HOP, EXCLU DU FN !

 

François Chatelain est un militant FN du nord de la France. L’inconscient avait posté sur sa page Facebook l’image d’un drapeau israélien en train de brûler. Il était prévu qu’il soit candidat aux municipales de 2014 à Neuville-en-Ferrain. Il sera convoqué devant la commission de discipline du Front National, en vue de son éventuelle exclusion. Steeve Briois, secrétaire général du FN, écrit dans un communiqué : « Les images et les propos publiés par François Chatelain sur sa page Facebook sont en totale contradiction avec la ligne politique du Front National ». En attendant la décision de la commission de discipline, François Chatelain est déjà suspendu du Front National et son investiture aux élections municipales lui est retirée, ajoute Steeve Briois. En voici un qui n’avait rien compris à la musique jouée par Marine Le Pen : adhésion au Système, et donc allégeance au sionisme et au lobby gay !

 

L’ODIEUX RACISME DU CHOCOLAT

BLANC ALLEMAND

 

La marque de chocolats Ferrero Rocher s’est autorisé une campagne de pub en Allemagne, mettant en valeur sa nouvelle praline au chocolat blanc. Son slogan ? “Weissnussbleiben” (Rester blanc aux noisettes) et une conclusion : “Deutschland wählt weiss” (l’Allemagne vote blanc). Les chiens de garde du système se sont immédiatement déchaînés. « Rester blanc », fût-ce aux noisettes, ne renvoie-t-il pas aux heures les plus sombres de l’Histoire ? Un fou furieux, Wulf Hund, professeur émérite à l’université de Hambourg, ose déclarer que la pub Ferrero est un « hymne au suprémacisme blanc », le message que l’on peut y décrypter étant “l’Allemagne aux Allemands”… Rien de moins… Du côté de Tahir Della, porte-parole de l’association « Initiative Personnes noires en Allemagne », on fricote aussi avec le grandiose. Il dénonce ce spot où « tout tourne autour de la couleur blanche. » Et il ajoute : « Les Noirs sont indirectement exclus »… Le militant antifa Jean-Alexander Ntivyihabwa s’indigne quant à lui du fait qu’ « une compagnie blanche mette en scène un spot dans lequel des personnes presque exclusivement blanches valorisent du chocolat blanc avec le slogan “Rester blanc aux noisettes” » Et qu’a fait, à votre avis, Ferrero ? Pardi, la célèbre marque a fait marche arrière et a retiré immédiatement son spot pour le “retravailler”. Voilà où en est cette pauvre Allemagne…

 

L’ALLEMAGNE, UN ETAT-VOYOU

AU COEUR DE L’EUROPE

 

J’avais déjà évoqué dans ces colonnes le climat de répression, voire de terreur qui sévit en Allemagne. Jeanne Smits raconte sur son blog que quatre enfants ont été enlevés de force à leurs parents. Leur crime : avoir organisé leur scolarisation à la maison, ce qui est interdit en Allemagne (mixité sociale oblige). Une armée de vingt personnes, travailleurs sociaux, policiers et agents spéciaux armés, a déferlé sur la maison de la famille Wunderlich, kidnappant leurs quatre enfants âgés de 7 à 14 ans. Leur maman n’a même pas pu les embrasser. « C’est maintenant trop tard » a déclaré un de ces fous furieux, l’écartant violemment. L’ordonnance du juge qui avait autorisé l’emploi de la force pour “saisir” les enfants relève que les enfants avaient « adopté les opinions de leurs parents » en ce qui concerne l’école à la maison et que l’on pouvait s’attendre à ce qu’il n’y ait « aucune coopération » de la part des parents comme des enfants. L’Allemagne ? Un Etat voyou au cœur de l’Europe. Ni plus, ni moins…

 

 

Spieler 2.jpg

Rivarol.JPG

 

Pour lire la chronique dans son intégralité : achetez Rivarol chaque semaine chez votre marchand de journaux ou abonnez-vous. Vous pourrez ainsi lire la chronique complête de Robert Spieler cliquez ici.

12:55 Publié dans Chronique de la France asservie et résistante | Lien permanent | |  Facebook

jeudi, 12 septembre 2013

Un livre en hommage à Dominique Venner

Venner pre-sent.couv.jpg

Un livre essentiel réalisé sous la direction de Lionel Muresan, avec les contributions de :

Gabriele Adinolfi, directeur du Centre Polaris (Rome),

Alain de Benoist, essayiste, directeur de la revue Krisis,

Francis Bergeron, journaliste et écrivain,

Renaud Camus, écrivain,

Bruno Favrit, écrivain,

Guillaume Faye, essayiste,

Georges Feltin-Tracol, écrivain,

François-Philippe Galvane, universitaire,

Bruno Gollnisch, député européen,

François Sidos, ancien Président de Jeune Nation,

Gilbert Sincyr, écrivain, ancien Secrétaire général du GRECE,

Robert Spieler, ancien député, chroniqueur à Rivarol,

Nicolas Tandler, journaliste,

Abbé Guillaume de Tanoüarn, directeur de la revue Orientations,

Pierre Vial, Président de Terre et peuple

160 pages, 18,00 € (+3,00 € de port)

Edité par Les Bouquins de Synthèse nationale

A commander à

Synthèse nationale

116, rue de Charenton 75012 Paris

(correspondance uniquement)

Chèque à l'ordre de Synthèse nationale

Bulletin de commande

00:25 Publié dans Livre | Lien permanent | |  Facebook

Chronique de la France asservie et résistante...

Robert SPIELER

RIVAROL N° 3106

du 5 septembre 2013

JEAN-LUC Mélenchon était en vacances en Equateur. Sur son blog, il raconte avoir rencontré le président Rafael Correa et y être allé à la « cueillette des idées ». Ayant sans doute lu « Le Temple du soleil » d’Hergé et se prenant quelque peu pour Tintin ou Indiana Jones, il raconte aussi s’être lancé sur les traces de la « momie perdue d’Atahualpa, dernier roi des Incas », mort en 1533.

 

MÉLENCHON A-T-IL TROP MÂCHÉ DE COCA ?

 

Racontant ses aventures, il ne peut s’empêcher de s’en prendre à ce pauvre Hollande, expliquant : « Depuis que je cours après Atahualpa, je peux donner un coup de main qualifié pour retrouver le président disparu. Cherchez d’abord le pédalo ». Les socialistes n’apprécient évidemment que modérément la plaisanterie. Harlem Désir s’est demandé si Jean-Luc Mélenchon n’avait pas « mâché trop de coca ». Pas impossible en effet que l’énergumène ait mâchouillé cette plante hallucinogène dont les Andins sont friands. A propos du pingouin, voici une citation que j’ai découverte dans La femme pauvre de Léon Bloy : « Ces yeux qu’on aurait pu comparer tout au plus, pour leur expression, à ceux d’un phoque assouvi, quand il vient de se remplir et que l’extase de la digestion commence ». Léon Bloy pensait-il à Hollande en écrivant cette phrase ?

Il faut reconnaître que c’est assez improbable…

 

HAZIZA VICTIME DE “RELANS” ABJECTS

 

L’affreux “journaliste” Haziza officie sur la chaîne parlementaire LCP et sur la radio juive Radio J. Il est connu pour sa haine de tout ce qui est national et vomit les défenseurs de la famille. Une photo le montre faisant un doigt d’honneur à destination des manifestants anti-mariage homosexuel. Il est connu aussi pour ses interviews agressives dès lors qu’il s’agit de ceux qu’il considère comme ses adversaires et pour son incorrection rare avec ses invités de droite. Du coup, certains perdent patience et s’autorisent à commettre quelques petits propos antisémites sur twitter. Alerte ! Branle-bas de combat ! Mobilisation générale ! La République (Léon Bloy évoquait « le buste plâtreux d’une salope en bonnet phrygien ») lui exprime son soutien, le Premier ministre en tête. La ministre de la culture, Aurélie Filipetti n’est pas en reste. Elle écrit sur twitter : « Soutien total a Frederic haziza dont les attaques ont des relans abjects d’avant-guerre ». Grandioses fautes d’orthographes et extraordinaire faute de syntaxe (« haziza dont les attaques etc. » signifie évidemment l’inverse de ce que Filipetti voulait exprimer). Au fait elle a enseigné comme professeur de lettres et est agrégée de lettres classiques… En attendant, une pétition circule, exigeant le renvoi de Haziza « pour son incompétence, son tribalisme, sa partialité, sa totale agressivité et ses multiples provocations contre ceux qui ne sont pas d’accord avec lui ». Haziza, fou de rage, exige, le pauvre chéri, que « cela cesse » et accuse Serge Ayoub d’être à l’origine de cette pétition, ce qui est parfaitement faux. Et pourquoi pas Adolf Hitler, tant qu’il y est ? Toujours dans l’exagération, ces gens-là…

 

Spieler.jpg

 

LES VERTS DE PLUS EN PLUS FOUS

 

Les écologistes tenaient à Marseille leurs journées d’été. Leur porte-parole régional, Stéphane Barles, a interpellé Manuel Valls sur la légalisation du cannabis. Car ces fous furieux considèrent qu’il s’agit d’ « un combat historique », rien de moins. Ils évoquent le fait que légaliser cette drogue entraînerait l’effondrement des trafics. Argument qui n’est pas totalement faux, certes. Mais en réalité, ce qui les motive est une appétence incoercible pour le pétard.

 

INTERDICTION D’UN MOTIF CHRÉTIEN SUR LES EUROS !

 

L’euro vient de devenir la monnaie officielle de la principauté d’Andorre, qui peut frapper des pièces à partir du 1er juillet 2013. Un concours a été lancé pour choisir le motif. Le choix s’est porté sur une représentation du Christ Pantocrator de l’église Saint-Martin de Cortinada, avec le campanile de l’église Sainte-Colombe. La Commission européenne, qui se mêle de tout et surtout de ce qui ne devrait pas la regarder, a décidé qu’on ne pouvait admettre le portrait du Christ sur une pièce de monnaie de l’Union Européenne. Elle a demandé à Andorre de « reconsidérer le motif pour ne pas rompre le principe de neutralité en matière de croyance religieuse ». Du coup, Andorre s’est couchée et le Christ a été remplacé par une ruine…

 

ISRAËL : DES HÔPITAUX INTERDITS AUX NOIRS

 

Certes les migrants africains ayant besoin de soins médicaux continueront à être soignés dans les hôpitaux israéliens. Mais pas question d’y accepter des visiteurs noirs, y compris des parents d’enfants hospitalisés, sauf s’ils portent des badges d’identification, distribués chichement, garantissant qu’ils ne sont pas porteurs de maladies, dont la tuberculose. Les maris qui accompagnent leurs épouses qui doivent accoucher se contentent de faire le pied de grue à la porte d’entrée de l’hôpital. Les patientes immigrées ou réfugiées sont placées à l’isolement, ainsi que les enfants immigrés. On n’ose imaginer les hurlements des Hollande, Ayrault et Valls, si ces mesures qu’ils auraient qualifiées de ségrégationnistes avaient été prises par un gouvernement nationaliste Fpö en Autriche. A propos de Valls, il serait intéressant de savoir ce qu’il pense de ces mesures, lui qui déclarait sur Radio Judaïca qu’il était « par sa femme, lié éternellement à Israël ».

 

BON APPÉTIT !

 

On sait que d’ici cinquante ans, la Terre comptera 9 milliards d’habitants. Impossible d’élever suffisamment de bœufs, vaches, veaux, cochons, moutons, agneaux, et humains (réservés bien entendu aux anthropophages) pour nourrir une telle multitude. D’où l’idée géniale de Mark Post, un scientifique néerlandais de l’université de Maastricht (Pays-Bas) : créer un steak in vitro à partir de cellules souches de vache. Il imagine que l’on pourra fabriquer à volonté de la viande pour un impact écologique bien moindre. Un premier burger de 142 grammes vient d’être créé. Des goûteurs ont eu l’audace de s’y atteler. Verdict : « goût assez intense », un aspect « proche de la viande », « même texture ». Bon, pour l’instant le hamburger coûte la modeste somme de 250 000 euros. Mais on devrait assister à sa commercialisation d’ici 20 ans… Pour l’instant de très mauvais esprits l’ont appelé le “Frankenburger”. Bon appétit !

 

Rivarol.JPG

 

Pour lire la chronique dans son intégralité : achetez Rivarol chaque semaine chez votre marchand de journaux ou abonnez-vous. Vous pourrez ainsi lire la chronique complête de Robert Spieler cliquez ici.

00:22 Publié dans Chronique de la France asservie et résistante | Lien permanent | |  Facebook