Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 20 octobre 2013

Chronique de la France asservie et résistante...

7 JNI Robert Spieler.jpg

Robert Spieler sera à la

7e Journée de Synthèse nationale

LUNDI 11 NOVEMBRE 2013 A RUNGIS

 

Chronique de la France asservie et résistante...

Robert SPIELER

RIVAROL N° 3111

du 10 octobre 2013

 

Le dernier conseil municipal de la ville d’Orange, dont Jacques Bompard est maire, a été des plus agités. Une excitée écolo-gauchiste, Anne-Marie Hautant, élue sous l’étiquette « Parti catalan » ne cessait de couper la parole à Jacques Bompard et d’intervenir alors que son temps de parole était dépassé.

 

QUAND JACQUES BOMPARD S’ÉNERVE, IL NE FAIT PAS DANS LA DENTELLE...

 

Furieux, le maire lui lança : « Taisez-vous ». La harpie n’en fit rien. « On appelle la police si vous n’arrêtez pas ! » Elle continuait de plus belle. Jacques Bompard s’adressant aux policiers municipaux : « Emportez-la ! » (Remarquez qu’il n’a pas dit « déportez-la »). Trois policiers arrivent. Bompard : « Virez-moi la ! ». Les policiers n’osent pas trop… « Ne me touchez pas ! », dit l’hystérique. Jacques Bompard : « Alors, fermez-la ! » Et, au comble de l’énervement, il poursuivit : « Vous, vous me cassez les oreilles », et, la pointant du doigt : « On la dirait folle, regardez-la, on la dirait folle ! »

Ambiance…

 

IL SE FAIT BRAQUER, IL SE DÉFEND : EN GARDE À VUE !

 

Ça s’est passé à Marseille. Un buraliste, agressé par trois malfaiteurs encagoulés, a ouvert le feu avec une arme tirant des … balles de caoutchouc, blessant légèrement l’un d’eux à la jambe. Il avait déjà été attaqué il y a deux mois. L’état du blessé, âgé de 17 ans, « connu de la police », n’inspirait « aucune inquiétude ». Résultat : le buraliste est en garde à vue.

 

QUAND UN RAISONNEMENT PAR L’ABSURDE CHOQUE CES CHOCHOTTES DU MONDE

 

« “Le viol est un rapport amoureux”, le dérapage du candidat FN à Marseille » : C’est le titre que le quotidien Le Monde vient de consacrer au supposé “dérapage” de Stéphane Ravier, candidat du Front national aux élections municipales de Marseille. Interrogé par Thierry Ardisson dans l’émission « Salut les Terriens » sur une éventuelle légalisation du cannabis pour lutter contre les trafics dans sa municipalité, le candidat FN à la mairie phocéenne a exprimé sa forte opposition au projet en usant du raisonnement par l’absurde, que tous ceux qui ont fait quelques études en mathématique connaissent. Voilà ce qu’il a déclaré : « On pourrait légaliser le viol aussi ! Parce que le viol, finalement, c’est un rapport amoureux, qu’une partie des deux souhaite. La deuxième pourrait faire un effort. Si je suis votre raisonnement, c’est la même chose... On pourrait légaliser le viol, ou le vol de voiture. »

 

UNE BAISSE DU CHÔMAGE ? RIONS…

 

Une baisse “record” du chômage en fin août avait été annoncée par le ministère du travail. 50 000 chômeurs en moins. Zut, il y a eu un dysfonctionnement du côté de SFR, chargé de collecter les résultats, qui aurait largement sous-estimé le nombre réel de demandeurs d’emploi. L’opposition dénonce évidemment une « manipulation statistique » alors que Le Monde évoque un très sévère retour de bâton début octobre en raison des chômeurs radiés des listes durant la période estivale… Ça lui apprendra à se moquer du peuple.

 

“MONSIEUR PV” NE PAYE PAS SES PV

 

C’est le site d’Edwy Plenel, Mediapart, qui nous le révèle. Jean-Jacques Debacq, directeur de l’Agence Nationale de traitement automatisé des infractions (Antai, l’agence qui gère les PV émis par les radars automatiques), règlerait les PV de sa voiture de fonction avec de l’argent public. L’oiseau avait pourtant tenu des propos martiaux, le 2 juillet dernier, stigmatisant (j’adore de plus en plus ce terme…) les fraudeurs et déclarant : « Dans la fraude, il y a la fraude dans la fraude (Alors, ça c’est fort. Totalement incompréhensible, donc fort !). L’infraction routière est déjà une fraude d’une certaine manière, mais il y a celui qui non seulement est pris mais qui veut essayer d’échapper à la sanction. » D’après des documents que le site fondé par Edwy Plenel a pu consulter, de fin 2010 a l’été 2013, le préfet aurait fait payer une douzaine d’amendes pour un montant total de près de 700 euros à son administration, c’est-à- dire au Trésor Public, c’est à dire par tous les Français. Ces contraventions concernaient sa Peugeot 508 de fonction…

 

ILS NE SONT PAS FOUS, ILS SONT COMPLÈTEMENT FOUS…

 

Najat Vallaud-Belkacem, ministre de quelque chose, a eu une idée. Une idée géniale : créer le Prix du Président de la République. Bon, d’accord il existe déjà un prix qui porte ce nom et qui concerne les équidés. Là, c’est autre chose. Il s’agirait d’un jeu-concours pour les jeunes. Najat Vallaud-Belkacem a révélé toute la profondeur de son projet, nous révèle Le Point : « Parce que notre pays est riche de sa jeunesse, dans les quartiers, les centre-ville (la jeunesse dans les centres-villes, nos lecteurs connaissent), comme les campagnes, elle ne réclame pas autre chose que de la considération pour ce qu’elle est, un infini vivier de potentialités, de talents et de compétences. (Nos lecteurs des banlieues et des “campagnes” connaissent aussi leurs potentialités…) » L’objectif du gouvernement, dit-elle, doit être : « Redonner envie à notre jeunesse, redonner envie de notre jeunesse. » Pour ce faire, Najat veut organiser « un vaste et ambitieux concours qui durerait huit mois entre octobre 2013 et la sélection finale des plus talentueux des jeunes Français, sans critère de diplôme » (Et sans doute ni de race, ni de religion…). Un partenariat sera noué avec une chaîne de télévision. Et puis, attention, il y aura un jury. Pas composé de n’importe qui. Elle évoque notamment Zinédine Zidane et Jamel Debbouze. Que du lourd… Les récompenses pour les vainqueurs ? Les récompenses seront « des prix extrêmement attractifs et visant surtout à préparer l’avenir au plus tôt en faisant « place aux jeunes » — nominations à la tête d’une institution, pourquoi pas la Comédie-Française (interdit de rire) ou la gestion d’un grand restaurant (re-interdit de rire) ». Et pourquoi pas la présidence de la République ? Ils ne sont pas fous, ils sont complètement fous…

 

Spieler.jpg

 

CES ÉTONNANTS SUISSES…

 

Partout en Europe, les dirigeants se couchent devant les lobbys immigrationnistes. Pas en Suisse, qui, tel le village d’Astérix, est la dernière nation à résister. Ueli Maurer, le président de la Confédération, a déclaré : « Sur le long terme, l’immigration est quantitativement et culturellement inacceptable »… Dans une interview à Schweiz am Sonntag, il dit que la population « craint une surpopulation étrangère et une immigration toujours plus importante », ajoutant : « Nous ne devons pas fermer les yeux devant le fait qu’à terme nous ne pourrons pas supporter tant quantitativement que culturellement une immigration telle que nous l’avons vécue ces dernières années ». Et puis, « Comme nous l’avons vu durant la Seconde Guerre mondiale, l’adaptation ne correspond pas à la Suisse », continue Maurer, ajoutant que la population « craint l’infiltration étrangère, face à de plus en plus d’immigration. » Pour conserver son indépendance, déclare le Président (qui n’est pas d’« extrême-droite », faut-il le préciser), la Suisse doit être prête à prendre le risque de subir d’éventuels désavantages. « Si la Suisse court toujours après les autres, nous risquons de perdre nos propres repères ».

Heureux Suisses…

 

SAVEZ-VOUS QUI EST PEPE MANUEL ?

 

Pepe Manuel est le fils de Soupalognon y Crouton, le chef d’un village espagnol dans « Astérix en Hispanie ». Le petit garçon, fier comme un Espagnol, retient régulièrement sa respiration jusqu’à ce que son entourage cède à ses caprices. Mais encore ? Cécile Duflot, la ministre écologiste du Logement, qui a pour habitude d’affubler ses collègues du gouvernement de surnoms a trouvé celui-ci pour Emmanuel Valls : Pepe Manuel. Pas sûr qu’il en soit très heureux…

 

Rivarol.JPG

Pour lire la chronique dans son intégralité : achetez Rivarol chaque semaine chez votre marchand de journaux ou abonnez-vous. Vous pourrez ainsi lire la chronique complète de Robert Spieler cliquez ici.

15:56 Publié dans Chronique de la France asservie et résistante | Lien permanent | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.