Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 29 mars 2014

Consigne de Robert Spieler à Strabourg : faire barrage à Fabienne Keller

spieler-fn-alsace-robert-2014408-jpg_1783596.jpg

"Ne votez à aucun prix pour Fabienne Keller qui hait les nationalistes et soutient le mariage homosexuel !"

Robert Spieler

Ancien député

10:12 Publié dans Alsace | Lien permanent | |  Facebook

Chronique de la France asservie et résistante

spieler-fn-alsace-robert-2014408-jpg_1783596.jpg

Robert SPIELER

RIVAROL N° 3133

du 20 mars 2014

 

ON SAIT que les Britanniques ont un certain sens de l’humour. Chris Joannides, conseiller municipal conservateur du district londonien d’Enfield, le paie très cher. Sur sa page Facebook il avait posté une photo d’une femme en burqa, flanquée de sa fille, également en burqa, et de deux sacs-poubelles. Légende : « Je l’ai rencontrée là et je lui ai dit qu’elle avait trois beaux enfants. Elle n’avait pas à se mettre en rage et à me menacer. C’était juste une erreur ! » Du coup, la police, la justice, les media, les lobbys, ses amis qui aujourd’hui ne sont plus ses amis, le parti conservateur ont glapi d’importance. Il fallait qu’il fût exécuté. Le groupe conservateur au conseil municipal d’Enfield a immédiatement suspendu Joannides. Le Guardian a consacré tout un article à ce « racisme contre les musulmans ». Selon Azad Ali, président du Muslim Safety Forum, « c’est un exemple choquant de l’islamophobie institutionnalisée et normalisée. Nous comptons que le Parti conservateur prendra une position vigoureuse contre ce comportement, et qu’il prouvera que ses efforts en direction de la communauté noire et des minorités ethniques ne sont pas purement symboliques. Nous suivrons en outre cette affaire avec la police de Londres et veillerons à ce que toute la rigueur de la loi soit appliquée ». Et qu’a fait Cameron qui cherche à accroître la popularité (faible) du Parti conservateur parmi les minorités ethniques ? Il s’est couché ! Joannides quant à lui a expliqué qu’il n’était pas raciste. La preuve, il est issu d’une minorité “ethnique” (il est chypriote grec). Que voulez-vous que je vous dise. Avec des combattants pareils, on n’est pas sorti de l’auberge…

1.jpg

HOLLANDE, UNE HONTE POUR LA FRANCE

 

Comment est-il possible d’être aussi nul, aussi nullissime, aussi crétin ? C’en est presque incroyable. Hollande, cet exceptionnel zozo, n’a rien trouvé de mieux, lors du dîner du CRIF, où ce lèche-botte de première bourre était évidemment présent, histoire de se prosterner devant les kippas, que d’évoquer avec émotion l’affaire Merah. Hollande avait osé déclarer : « C’est le fanatisme et non l’islam, qui a guidé le bras assassin de Merah à Toulouse et à Montauban lorsqu’il a abattu Jonathan, Gabriel, Arieh, Myriam, Imad Ibn Ziaten, Mohamed Legouad et Abel Chennouf. Quatre juifs, trois musulmans. Tous Français ». Problème : Abel Chennouf, militaire tué par Mohamed Merah à Montauban, n’était absolument pas musulman, mais catholique. Le père d’Abel Albert Chennouf-Meyer a protesté dans une lettre ouverte à François Hollande, évoquant une « agression verbale ». Il a écrit au Pingouin : « Lors de votre intervention au dîner du Crif […], vous affirmiez dans votre discours […] que Merah avait assassiné quatre juifs et trois musulmans. Mon épouse Katia, Tony et Sabrina mes enfants et moi-même, nous nous élevons et condamnons fermement votre inculture, votre agression verbale et votre mépris vis-à-vis de notre enfant Abel Samy Arnaud, qui est catholique de son état et non musulman. Je vous saurai gré de ne plus citer le prénom de mon fils, laissez-le dormir en paix ». Et il conclut par ces mots : « J’en veux plus à l’Etat qu’à Merah ! » Décidément, Hollande est une honte pour la France…

 

LE DALAÏ LAMA, UN GRAND COMIQUE DANS SON GENRE…

 

Le dalaï lama était il y a quelques jours en visite officielle à Washington. Il n’a pas manqué de dire des choses importantes. Interrogé sur le mariage homosexuel, il a répondu : « Si deux personnes, un couple, estiment que c’est plus pratique (?), que cela les satisfait plus et que les deux côtés sont d’accord, alors d’accord ». Il a bien entendu, condamné l’homophobie, expliquant que « c’est une violation des droits de l’homme ». Et dire qu’il y a encore des gens pour croire que le dalaï-lama est un grand homme !

 

UN ÉTONNANT ROMAN “UCHRONIQUE”

 

C’est Bruno de Cessole qui évoque dans Valeurs actuelles un étonnant roman de Bernard du Boucheron, Le cauchemar de Winston (Editions du Rocher, 190 pages, 17 euros) qui paraît le 20 mars. Rappelons ce qu’est l’uchronie : c’est la tentation de refaire l’histoire avec des “si”. Si Louis XVI n’avait pas été arrêté à Varennes, etc. Bernard du Boucheron évoque la Seconde Guerre mondiale. Le Führer renonce à attaquer la Russie, et conclut avec Staline un traité de paix et d’amitié perpétuelle. L’Angleterre et le Reich se partagent leurs zones d’influence, suite à la médiation entreprise par Rudolf Hess. En France, le successeur du Maréchal, décédé en 1951, est un ancien secrétaire d’Etat aux prisonniers, qui avait séduit le Maréchal. François Mitterrand comme successeur du Chef de l’Etat français… Il fallait oser. Notons cependant en passant que si Hitler n’avait pas lancé l’opération Barbarossa et attaqué l’Union soviétique, la défaite de l’Allemagne aurait été assurée avec certitude quatre ou cinq ans plus tard. Les gigantesques capacités en hommes et en réarmement de Staline n’auraient pas permis de tenir sur la durée. C’est la thèse que développe en tout cas Benoist-Méchin dans un de ses ouvrages.

 

MARIAGE FORCÉ CHEZ LES CATHOS, DE QUI SE MOQUE-T-ON !

 

Un clip censé lutter contre les « mariages forcés » vient d’être diffusé à l’occasion de la Journée des Femmes. Il s’agit du “mariage” d’une petite fille de huit ans organisé par des parents très “BCBG” (Julie Gayet, la compagne de Hollande, et Alexandre Astier) avec un de leurs amis, un beau spécimen de vieux dégénéré. La “cérémonie” a lieu dans une somptueuse mairie de beau quartier avec grand escalier éclairé par un vitrail d’art chrétien. Le viol de la fillette est évidemment accompli. Dans la chambre apparaît fugacement un crucifix. L’ambiance est là. Les mariages forcés sont, comme on le sait, le fait, majoritairement des Chrétiens. Pas des Musulmans ! Surtout pas ! Bon, certes, Aïcha, âgée de six ans, fut donnée par son père, Abu Bakr à Mahomet, mais celui-ci sut se montrer raisonnable. Il ne consomma le mariage que lorsque l’enfant fut âgée de neuf ans… En attendant, l’AGRIF de Bernard Antony ne goûte absolument pas la plaisanterie et a décidé de porter plainte pour attaque et diffamation à l’encontre de la société chrétienne.

 

CETTE MÉPRISABLE “DROITE” PARISIENNE

 

GayLib a organisé vendredi 7 mars un « apéro politique » en présence de Roselyne Bachelot, de Nathalie Kosciusko-Morizet et de la candidate UMP à la mairie du IIIe Marie-Laure Harel. Cette dernière s’est prononcée en faveur de la GPA et a dénoncé « le manque cruel de courage de la gauche » qui n’a pas ouvert la PMA aux couples de femmes. Et elle ajouta : « On n’a pas été très progressistes à droite sur le mariage. Je suis déçue par la position de l’UMP, mais le mariage n’est pas la seule raison pour laquelle on choisit un parti. Nous sommes en train de faire chez nous le travail que d’autres ont fait à gauche il y a 10 ans. » Et elle précisa que si la droite remportait la municipalité, les subventions aux associations LGBT ne diminueraient pas. Il est bon de le savoir avant les élections.

 

RIONS… À PROPOS D’UNE DÉCLARATION D’IMPÔTS

 

A la question : Avez-vous des personnes à votre charge ? Un citoyen a répondu :

2,1 millions d’immigrés illégaux,

4,4 millions de chômeurs,

900 000 criminels répartis dans 85 prisons

650 crétins au parlement,

+ la totalité de la Commission Européenne.

L’administration lui a renvoyé sa déclaration en disant que sa réponse était inacceptable.

La personne a alors demandé : Pourquoi, j’ai oublié quelqu’un ?

 

LA MAGISTRATURE EN TABLIER

 

L’article paru sur le site Le Point.fr est des plus étonnants. Son titre : la magistrature en tablier et son sous-titre : « Gilbert Azibert (premier avocat général à la Cour de cassation), soupçonné d’avoir renseigné Nicolas Sarkozy, appartient à la franc-maçonnerie. Ce qui pose la question de sa double allégeance… » Gilbert Azibert aurait renseigné Nicolas Sarkozy sur une procédure en cours devant la Cour de cassation en lien avec l’affaire Bettencourt. Il aurait fait, il y a quelques jours, une chute malencontreuse dans les escaliers. D’aucuns évoquent une tentative de suicide. Toujours est-il que l’article excellent du Point y va franco de port. Extraits : « Ils troquent quelques heures par mois leur longue robe noire pour une autre panoplie : tablier et gants blancs. À tous les étages de la magistrature, et surtout aux plus élevés — c’est à cela que ça sert —, les francs-maçons sont là ». Un autre titre de l’article : « Un serment contre l’autre » Gilbert Azibert est l’un des dignitaires de la Grande Loge nationale française (GLNF), une loge dite plutôt de droite et connue pour son affairisme. L’auteur de l’article, qui ne manque ni d’insolence, ni de pertinence, ni de courage, poursuit : « Comme tous ses collègues initiés, il a donc prononcé deux serments : l’un dans les prétoires, l’autre en loge. Au-delà de l’affaire des écoutes, son exemple met en lumière toutes les difficultés qui résultent de cette double allégeance : est-ce que l’une, professionnelle, prend toujours le pas sur l’autre, discrète ? Une question d’autant plus douloureuse qu’aucun magistrat, en France, n’a jamais eu le courage d’effectuer son “coming out”. C’est obligatoire en Grande-Bretagne. En Italie, où le souvenir de la loge P2 demeure vivace, il est interdit de cumuler les deux statuts, l’un public, l’autre caché. Aux États-Unis, les francs-maçons assument et même affichent équerre et compas jusque sur leurs plaques d’immatriculation. En France, c’est l’omerta. Résultat : dès qu’une affaire éclate, le soupçon jaillit. » Bien dit ! En attendant, on apprend qu’“Annulator” était son surnom en tant que secrétaire général du ministère de la Justice, et président de la chambre de l’instruction à Paris où il exterminait allègrement des dossiers parfois sensibles. On se demande au profit de qui…

2.jpg

Rivarol.JPG

Pour lire la chronique dans son intégralité : achetez Rivarol chaque semaine chez votre marchand de journaux ou abonnez-vous. Vous pourrez ainsi lire la chronique complète de Robert Spieler cliquez ici.

 

NDLR :

 

533089594.jpgLe livre de Robert Spieler Dictionnaire des polémistes est en vente auprès de notre secrétariat.

 

Pour en savoir plus cliquez ici

 

Bulletin de commande cliquez là

 

Le commander en ligne cliquez là

10:11 Publié dans Chronique de la France asservie et résistante | Lien permanent | |  Facebook

mercredi, 19 mars 2014

Parution cette semaine du n°35 (mars avril 2014) de la revue Synthèse nationale :

SN 35 couv.jpg

120 pages, 12,00 €

Au sommaire :

Editorial de Roland Hélie : Défendre nos intérêts d'abord...

Patrick Parment : Ukraine, quel avenir ?

Georges Feltin-Tracol : décentralisation, le puzzle territorial...

Arnaud Raffard de Brienne : vers l'implosion du Système...

Dr Bernard Plouvier : sur la théorie du genre...

Jacques-Yves Rossignol : Libé, la chute d'une maison bobo...

Ursule Minoret-Levrault : traité transatlantique, la grande arnaque...

Jean-Claude Rolinat : le sionisme, un nationalisme dévoyé...

Serge Ayoub répond à Frédéric Haziza

Un grand entretien avec Roger Holeindre sur le centenaire de la Grande guerre

Pieter Kerstens nous donne des nouvelles de l'Oncle Sam

Francis Bergeron : 1976, des volontaires nationalistes français aux côtés des phalangistes libanais, une histoire méconnue...

Les pages du Marquis, la rubrique des livres...

Un hommage à notre ami Olivier Grimaldi

ABONNEZ-VOUS !

Bulletin d'abonnement cliquez ici

Abonnez-vous en ligne cliquez là

N'oubliez pas que le site d'information Synthèse nationale que vous consultez régulièrement ne peut vivre que grâce aux abonnements à la revue Synthèse nationale. Merci pour votre aide et pour votre fidélité...

12:37 Publié dans Livre | Lien permanent | |  Facebook

Chronique de la France asservie et résistante

spieler-fn-alsace-robert-2014408-jpg_1783596.jpg

Robert SPIELER

RIVAROL N° 3132 du 13 mars 2014

 

ÇA PICOLE sec, au Vatican ! C’est le quotidien britannique The Gardian qui nous l’apprend. Il a publié une étude où l’on découvre que le Vatican, où a priori l’on ne trouve guère de vignobles, est devenu cette année le premier Etat au monde en termes de consommation de vin par habitant. La consommation serait de 74 litres par an et par personne, soit 99 bouteilles. La consommation des Français, qui s’y connaissent pourtant en la matière, n’est que de 52 litres par an et par personne. Les cardinaux du Vatican et leurs collaborateurs abusent-ils du vin de messe ? Pas de panique. Il existe une explication parfaitement rationnelle qui les blanchit de tout soupçon de dépravation alcoolisée. La quasi-inexistence des taxes sur les produits, dont le vin, vendus dans la supérette du Vatican, fait que les 2 000 employés du Saint-Siège en profitent abondamment et font des achats à des tarifs ultra-avantageux dont ils font bénéficier leurs proches. Nous voici soulagés…

 

ET VOICI LA PRINCESSE QUI AIMAIT UNE FÉE…

 

Ça n’en finit pas avec les délires liés à la théorie du genre. On avait suivi les polémiques liés au livre « Tous à poil » ou à la diffusion du scandaleux film “Tomboy” dans des écoles. Ce n’est pas fini. Voici une pièce de théâtre destinée à être jouée dans des écoles et ayant pour objectif de formater nos enfants dans le registre du “gender”. Son titre, explicite : « La princesse qui n’aimait pas les princes ». Cette pièce est inspirée d’un conte pour enfants et présente les amours pas tout à fait ordinaires d’une princesse qui ne veut pas de ses prétendants car elle aime une fée. Le spectacle est bien sûr soutenu par le conseil régional socialiste d’Ile-de-France. Une représentation devait avoir lieu il y a deux semaines devant 50 enfants d’un centre de loisirs du Perreux-sur-Marne, après avoir été jouée une première fois au Pocket Théâtre de Nogent-sur-Marne. Il était même prévu un atelier de sensibilisation, c’est-à-dire de bourrage de jeunes crânes. Las, le député-maire Gilles Carrez (UMP) a mis le holà et a empêché la représentation. Carrez, opposé au mariage pour tous, avait pourtant été le premier élu du Val-de-Marne à célébrer l’union d’un “couple” gay. Compliqué, tout ça… La metteur en scène, Delphine Orleach, couine et geint avec des arguments qui forcent le respect : « Notre pièce est censurée, alors que c’est avant tout un outil permettant de répondre aux interrogations des enfants, et de parler d’homosexualité avec humour. » Morts de rire ! Et les parents ? Que disent-ils ? Courageusement la présidente de la Fédération des parents d’élèves de l’enseignement public du Val-de-Marne (plutôt de droite) se défausse sur la mairie (c’est une décision de la mairie, on n’y est pour rien), tout en souhaitant que l’éducation sexuelle reste un domaine réservé à la famille. Surtout ne pas apparaître réactionnaire ! Quant au responsable national des parents de la FCPE (plutôt de gauche) il juge que « cette pièce est avant tout une œuvre d’art ». Voilà où nous en sommes…

 

LES STATISTIQUES TRUQUÉES DE LA DÉLINQUANCE À PARIS

 

Les statistiques de la délinquance à Paris ont été truquées pendant des années au sein même de la préfecture de police, accuse un rapport officiel “explosif” de l’Inspection générale de l’administration. L’AFP et Europe 1 évoquent ce rapport « très sensible », selon plusieurs sources policières, que l’Inspection générale de l’administration (IGA) vient de boucler. Le rapport a été commandé par le préfet de police de Paris Bernard Boucault en septembre 2012. On en découvre de belles. Il apparaît qu’il y a un véritable système de falsification des statistiques, mis en place depuis 2008, ayant pour objectif de minorer les chiffres de la délinquance. La méthode ? Un cambriolage est enregistré comme une dégradation par exemple. Certains faits passent à la trappe et sont gommés, comme s’ils n’avaient jamais existé. C’est ainsi que 16.000 faits de délinquance ont disparu en 2011 à Paris, par la vertu, sans doute du Saint-Esprit ou plutôt de fonctionnaires de police dûment chapitrés. Ce document fait écho à un autre rapport de l’IGA publié en juillet 2013 qui avait conclu à la disparition entre 2007 et 2012 de près de 130 000 faits de délinquance sur l’ensemble du territoire, des “anomalies” que l’IGA attribuait à la politique du chiffre pratiquée sous Nicolas Sarkozy. Car ce n’était pas la gauche qui dirigeait la France. Comme par hasard, à l’époque, la préfecture de police de Paris était dirigée par Michel Gaudin, un fidèle de l’ex-président Nicolas Sarkozy. C’est ainsi qu’un commissaire parisien reconnaît qu’il notait sciemment toutes les tentatives de cambriolages dans la rubrique des dégradations, dès lors qu’il n’y avait pas de préjudice, afin de «ne pas faire exploser les chiffres», avouant assez candidement : «les magistrats ne poursuivent pas, alors, pourquoi se tirer une balle dans le pied ? » Les ventes à la sauvette ? Elles ne sont « plus du tout annexées », ce qui signifie qu’elles ne seront plus prises en compte. La raison qui vaut son pesant de cacahouètes ? « Leur volume très élevé ». Ces anomalies « sont sur le point d’être définitivement réglées », notamment avec le déploiement fin avril d’un nouveau logiciel d’enregistrement, prétendent les autorités.

 

Nul n’est obligé de les croire…

 

FAUT-IL FUSILLER TILLINAC OU LE PENDRE À UN CROC DE BOUCHER ?

 

Denis Tillinac est un des rares écrivains de “droite” contemporains. Pas très radical toutefois puisqu’il est ultra-chiraquien, ce qui en dit long sur le modérantisme du bonhomme. Il a néanmoins publié aux éditions des Equateurs Du temps d’être réac. Il vient d’être l’invité de Laurent Ruquier à l’émission On n’est pas couché samedi 2 mars. Il y a eu une tentative de génocide massif sur sa personne. Il faut dire qu’il avait exagéré et il n’a eu droit qu’à ce qu’il avait semé. Il avait eu l’incroyable audace d’évoquer les « Français de souche », se définissant comme “catholique” et en plus, dit cet inconscient, il vivrait à la campagne « chez les ploucs ». Comme l’écrit fort justement Catherine Robinson dans Présent : des faits accablants et autant de dangers pour la démocratie et la diversité. Comme elle le raconte, Ruquier n’a pas manqué de le qualifier de « vieux con ». Dans l’interview recueillie par Catherine Robinson, Tillinac raconte qu’un « idéologue haineux (Aymeric Caron) l’a assimilé au diable de « la démonologie officielle : xénophobe, raciste et poujadiste, avec ce jeu des amalgames propre à la propagande stalinienne dans les procès des années 1950 ». Il note avec une pertinence certaine qu’il « n’aimerait pas tomber dans les pattes de ce type s’il était flic ou magistrat » et ajoute, de façon amusante : « Le lendemain, je participais à une émission de radio au Salon de l’agriculture et là, j’ai eu l’impression de rentrer chez moi ! » Bien vu !

 

DU CÔTÉ DE LA FRANCE JUIVE

 

C’est le site Jeune Nation qui nous raconte le récent dîner du CRIF auquel s’est précipité toute la classe politique, dont, bien sûr, Hollande. Ils étaient tous présents : Ministres, députés, sénateurs, chefs de loges, cardinaux, imams, ambassadeurs, directeurs de journaux. Commentaire du site juif Jew-Pop « Le dîner du CRIF, finalement, c’est une réunion de mecs qui toute l’année expliquent que les Juifs ne dominent pas le monde contrairement à ce que pensent les antisémites, et qui salopent tout en un soir en faisant se déplacer toute la classe politique. » Le président du prétendu Conseil représentatif des institutions juives, Roger Cukierman s’est bien entendu lamenté, évoquant la situation des Juifs persécutés en France : « à Paris, dans le métro, porter une kippa, c’est prendre le risque d’être agressé » a-t-il affirmé. Il oublie de rappeler que pour quelques dizaines ou centaines d’agressions antisémites (423 au total en 2013, y compris des crachats ou des insultes), des centaines de milliers de Français subissent, jour après jour, sur leur terre, les avanies des envahisseurs. Et Cukiermann donna ses ordres : « Il faut attaquer très tôt la propagation de la haine. […] Faites-en une cause nationale ! La bête immonde est, hélas, bien présente, aujourd’hui, en France. […] Je pense avec tristesse, avec inquiétude, avec angoisse, aux ignobles slogans lancés par quelques milliers d’individus parmi les manifestants du dimanche 26 janvier à Paris. Ils hurlaient : “Juifs dehors, la France n’est pas à toi !” ». Le FN mariniste, nonobstant son recentrage, y eut droit aussi. Le président du Crif dénonça « sa cohorte d’antisémites, de vichystes et de [révisionnistes] réfugiés derrière sa dirigeante, attentive à ne pas commettre d’impair ». Comme quoi, Marine, donner sans cesse des gages ne sert à rien… Autre ordre comminatoire de Cukiermann : « que la France se démarque du reste du monde et reconnaisse Jérusalem comme la capitale d’Israël ». Et puis : « J’ai demandé au gouvernement de me faire rapidement des propositions pour améliorer notre réactivité et éventuellement notre appareil répressif par rapport au développement de la cybercriminalité » Incroyable arrogance. Quelle audace ! Ces gens donnent des ordres à leurs laquais sans même prendre les formes ! Et bien entendu, Hollande fut particulièrement ovationné pour avoir ordonné l’entrée au Panthéon de Jean Zay, que nous évoquions dans le précédent RIVAROL, qui avait insulté d’abondance le drapeau français. Bref, rien de neuf sous la kippa…

2.jpg

Rivarol.JPG

Pour lire la chronique dans son intégralité : achetez Rivarol chaque semaine chez votre marchand de journaux ou abonnez-vous. Vous pourrez ainsi lire la chronique complète de Robert Spieler cliquez ici.

 

 

NDLR :

 

533089594.jpgLe livre de Robert Spieler Dictionnaire des polémistes est en vente auprès de notre secrétariat.

 

Pour en savoir plus cliquez ici

 

Bulletin de commande cliquez là

 

Le commander en ligne cliquez là

12:31 Publié dans Chronique de la France asservie et résistante | Lien permanent | |  Facebook

"SHOAH STORY", UN LIVRE A LIRE PAR LES ESPRITS LIBRES...

shoah-story.jpgSource Polémia cliquez ici

Entretien avec Philippe Mozart, auteur.

Peu d’événements ont autant d’importance politique que la Shoah. Sa mémoire pèse sur la diplomatie et la politique militaire, notamment au Proche-Orient. Sa simple évocation rend difficiles l’expulsion d’immigrés clandestins ou les démantèlements d’un camp de Roms. Son enseignement est au cœur des programmes de l’Education nationale.

Elle est devenue une pièce centrale des discours mémoriels. Or la connaissance que nous avons de la Shoah a beaucoup évolué au cours des 70 dernières années.

Sans faire de concessions aux révisionnistes qu’il appelle « révigationnistes », Philippe Mozart présente une très intéressante histoire de l’histoire de la Shoah. Derrière le titre impertinent Shoah Story, cette histoire en abyme est pleine d’enseignements pour les esprits libres.

Philippe Mozart a bien voulu répondre à nos questions.


Polémia : Pourquoi un énième livre sur la Shoah ?

Philippe Mozart : Dans A quoi sert l’histoire, Hannibal a montré que la Shoah fonde la démocratie occidentale – à la manière dont la Passion du Christ a fondé le christianisme et dont la Torah régit le judaïsme. La Shoah commande notre jugement politique et moral sur le Proche-Orient, sur la dernière guerre, sur l’immigration, elle cause de profondes modifications doctrinales dans l’Eglise catholique, elle a servi la propagande décolonisatrice, elle définit ce que les Italiens nomment l’arc constitutionnel, c’est-à-dire l’ensemble des partis autorisés à gouverner. Elle est enseignée, avec l’appui de l’ONU, pour fonder le civisme des jeunes.

Polémia : Mais que dire de neuf ?

Philippe Mozart : Le sujet est à la fois rebattu, dangereux et pourri, c’est pour cela qu’il fallait le renouveler. Je me suis aperçu que la Shoah était partout mais son histoire nulle part. Mille films, dramatiques, articles, témoignages, composent un immense corpus : en les regardant de près, on se rend compte que c’est un fatras qui ne mérite en aucun cas le nom d’histoire. Il y a des récits et il y a des controverses, il n’y a pas encore vraiment d’histoire.

Polémia : Alors vous la rejetez en bloc ?

P. M. : Pas du tout. J’examine ces récits et ces controverses, afin de déterminer quand et pourquoi ils sont apparus. En quelque sorte j’esquisse l’histoire des variations de la Shoah, ou encore l’histoire de l’histoire de la Shoah. C’est par le biais de l’historiologie que je tente une nouvelle approche d’un sujet traité de façon plutôt décevante jusqu’à présent.

Polémia : Vous exagérez ! Dès 1961, Raul Hilberg a publié La Destruction des Juifs d’Europe, livre qui a été immédiatement considéré comme une somme.

P. M. : Méfions-nous de l’esprit d’autorité. Hilberg est un grand nom, son apport n’est pas nul, mais, cité comme témoin au procès Zündel en 1985, il a montré les limites de ses connaissances et de sa véracité. La Destruction des Juifs d’Europe est un moment du récit de la Shoah qui correspond à un certain état des mentalités et forme à ce titre un matériau intéressant pour l’historiologue, mais qu’en subsiste-t-il de solide pour l’historien ?

Polémia : Comment faites-vous le tri ?

P.M. : Très facilement. Un étudiant en licence d’histoire sait qu’il faut aller aux sources, les vérifier, les classer, les comparer.

Polémia : C’est le B A BA…

P.M. : C’est ce B A BA qui est rarement fait. L’histoire de la Shoah est une histoire proprement extraordinaire. Par sa fonction. Par les historiens qui s’en occupent, par les méthodes qu’ils appliquent.

Polémia : Des historiens extraordinaires ?

P.M. : Aucun de ceux qui ont initié l’histoire de la Shoah n’était historien de formation. Aucun historien de renom ne s’est lancé sur le sujet, même si quelques historiens s’y sont fait un nom. Mais surtout, on a institué la justice professeur d’histoire, à Nuremberg, dans les procès Barbie, à Francfort, etc. : or Thémis et Clio ne font pas bon ménage.

Polémia : Des méthodes extraordinaires ?

P.M. : La Shoah n’est pas un objet historique comme la vie de Napoléon ou la bataille de Verdun, qui ont produit une foule de documents d’époque de divers types, état civil, lettres, formulaires administratifs, ordres, et de nombreux restes archéologiques. L’histoire de la Shoah est une histoire sans documents, sans débats, fondée sur les témoignages, mais les témoins sont souvent oubliés et leur témoignage recueilli sans respect. Cela débouche parfois sur des résultats aberrants dont les révisionnistes font leurs choux gras.

Polémia : Des exemples ?

P.M. J’ai pointé certains témoignages si fantaisistes que, présentés sans précaution, ils pourraient fragiliser dans son ensemble le récit de la Shoah. Il fallait dénoncer aussi les faux témoins du genre Elie Wiesel. Puis j’ai relevé les contradictions qui apparaissent, selon l’état du récit, sur le nombre de camps d’extermination, leur emplacement, la taille et la capacité des chambres à gaz, la technologie employée par les nazis. J’ai expliqué ces contradictions par les nécessités politiques de l’heure. Les historiens de l’avenir devront les résoudre.

Polémia : Pouvez-vous être plus précis ?

P.M. : Un seul exemple, le secret. La Solution finale fut-elle secrète ? Les premiers récits l’affirment. Les témoins, Aron, Poliakov, Frossard, Wellers, ne savaient pas. Même au camp on ne savait pas tout. Primo Levi dans Si c’est un homme affirme ne pas avoir vu de chambre à gaz. Quant aux officiels et journalistes alliés, jusqu’en 1945 ils ont tenu la Shoah pour un « bobard de guerre ». Pourtant le secret est incompatible avec les fosses en plein air, les photos aériennes, les flammes des crématoires et le fait qu’Auschwitz était situé dans une zone urbaine, dont il n’était même pas séparé par un mur plein. Aussi s’est développée dans les années 1980 une nouvelle théorie : « Tout le monde savait ». Elle répond à des nécessités politiques. Elle a permis de poursuivre Papon, Touvier. Elle se dessine dès les années soixante et la pièce Le Vicaire, de Hochhut, Martin Peltier en a démonté le mécanisme dans Qui instrumentalise l’Eglise ?  Il s’agissait de discréditer Pie XII parce qu’il était anticommuniste. D’où le mot d’ordre : « Il savait mais il a gardé le silence ». Cependant, si tout le monde savait, c’est la surprise des armées américaine et russe en entrant dans les camps qui surprend, celle du TMI de Nuremberg aussi, l’ignorance de la Croix-Rouge (qui a reçu le prix Nobel de la Paix pour son action dans les camps) et de l’Agence juive internationale, et le vocabulaire codé des nazis. Tout se passe comme si la Shoah ne pouvait être ni secrète ni non secrète. Voilà le genre de problèmes qu’auront à traiter les historiens de l’avenir.

Polémia : Tout cela a un petit fumet révisionniste. Or vous citez le procès de Zündel, généralement considéré comme négationniste !

P.M. : La Shoah provoque des controverses. Certaines sont débattues librement : Fut-elle programmée par le IIIe Reich ou découla-t-elle de la nature du système ? Hitler a-t-il donné un ordre ? La Solution finale fut-elle décidée à Berlin rue de Wannsee ? Les restes qu’on montre à Auschwitz sont-ils authentiques ? Les convois qui n’étaient pas enregistrés au camp étaient-ils entièrement gazés ? D’autres sont interdites par la loi : Les chambres à gaz homicides ont-elles existé ? Le typhus était-il le premier agent mortel à Birkenau ? Le nombre des juifs morts dans les camps est-il de deux cent mille, quatre millions ou six millions ?

Polémia : Entrez-vous dans ces dernières controverses ?

P.M. : Non. Elles sont interdites : entrer dans un débat dont l’issue n’est pas libre n’a aucun intérêt. Observons cependant que la loi Gayssot prouve à elle seule l’importance exceptionnelle de la Shoah, puisqu’un système qui se définit par la liberté nie sur ce point toute liberté.

Polémia : Vous employez le mot de révigationniste : que veut-il dire ?

P. M. : Faurisson et d’autres ont accompli un gros travail de critique. Ils se disent « révisionnistes », leurs adversaires « négationnistes ». J’ai inventé le mot révigationniste par prudence, pour ne pas trancher a priori leur différend. Pour l’historien Henri Rousso, le révisionnisme est une activité normale de l’historien et le négationnisme une perversion de sa recherche. C’est au lecteur de dire quand il y a révisionnisme et quand il y a négationnisme. Même Hilberg a reconnu ce que l’histoire de la Shoah doit à Faurisson. On peut critiquer celui-ci, noter son esprit de système, sa rigidité, son obsession, mais le définir comme un faussaire serait un mensonge.

Polémia : Vous pensez donc qu’il faut prendre ses travaux en compte ?

P.M. : En les triant. Faurisson et les révigationnistes ne passent pas leur temps à chanter « Les chambres à gaz n’ont pas existé ». Ils examinent des témoignages, ils découvrent des documents. On doit les faire entrer dans le débat, discuter leurs arguments, les réfuter. Leur décapage est aussi utile que les contributions positives d’un Serge Klarsfeld. L’histoire de la Shoah avancera sur les deux jambes de la critique et de la mémoire. L’une ne va pas sans l’autre. Ce n’est pas pour rien que j’ai dédicacé mon livre à Serge Klarsfeld et Robert Faurisson.  J’espère qu’ils se serreront la main un jour.

 Polémia : entretien avec Philippe Mozart
28/08/2013

Philippe Mozart, Shoah Story, Editions DIE, 232 pages, 23,00 €.

Description de l’ouvrage par l’éditeur : Le sort des Juifs pendant la Seconde Guerre mondiale pèse sur la conscience occidentale, il a fait l’objet d’un très grand nombre de films, livres, articles et rapports. Mais le récit qui en ressort a beaucoup évolué en soixante-dix ans, dès les premières rumeurs, aux thèses d’aujourd’hui. La politique s’y est greffée, donc les polémiques, souvent douloureuses : en particulier entre les mémoires des survivants et ceux qui nient l’existence des chambres à gaz. Ce livre rappelle de telles controverses mais n’y entre pas. Il décrit avec soin l’évolution du récit à travers ses contradictions, faisant ainsi l’histoire des variations de la Shoah, ou encore l’histoire de l’histoire de la Shoah. Par le biais de l’historiologie, le lecteur se trouve amené à la vérité d’un récit aujourd’hui fondamental.

L’auteur, fasciné par les divers états d’un récit pas comme les autres, vient de réussir une analyse tout à fait à part et très «spicy» d’une des questions d’historiographie capitales pour notre société.

NDLR :

shoah-story.jpgShoah Story, de Philippe Mozart, un livre pour les esprits libres...

232 pages, 23,00 €

A commander aux Bouquins de Synthèse nationale cliquez ici

Bulletin de commande cliquez là

Commandez-le en ligne cliquez ici

11:34 Publié dans Livre | Lien permanent | |  Facebook

vendredi, 14 mars 2014

Chronique de la France asservie et résistante

spieler-fn-alsace-robert-2014408-jpg_1783596.jpg

Robert SPIELER

RIVAROL N° 3131 du 6 mars 2014

 

À VÉNISSIEUX, dans la banlieue lyonnaise, deux élus ex-Front national (Yvan Benedetti et Alexandre Gabriac), décrétés personae non gratae par la direction de ce parti pour des déclarations supposées trop radicales ou des passés militants par trop nationalistes, ont décidé d’y déposer une liste en vue des prochaines élections municipales. Marine Le Pen, tout en nuances, les a aussitôt qualifiés de “parasites” et a réclamé au préfet du Rhône de ne pas valider cette liste alors même que le Front national ne présente pas de liste dans cette commune.

 

A VÉNISSIEUX, UNE LISTE NATIONALISTE. MARINE LE PEN CHERCHE À L’INTERDIRE

 

La raison ? : Elle porte le nom de « Vénissieux fait Front », ce qui amène la présidente du FN à déclarer : « Il est clair que la dénomination de cette liste constitue un acte de parasitisme du nom “Front national”, parasitisme autant juridique que politique ». Faisant appel au préfet du Rhône, Jean-François Carenco, un adversaire acharné des nationalistes, elle lui écrit qu’« il est tout aussi clair que le Front national n’a rien de commun avec les parasites qui animent cette liste », et lui demande « pour cette raison de [lui] refuser le matériel électoral ». Yvan Benedetti est le président de l’Œuvre française, groupement aujourd’hui dissous administrativement (depuis juillet 2013) et actuel chef du groupe municipal qui porte le nom de « Faire Front », à Vénissieux, ce qui lui confère une certaine légitimité dans l’utilisation de ce sigle. Il réplique à Marine Le Pen : « Notre liste ne s’appelle pas le “Front national”, que je sache » Il pourrait aussi rappeler que « Faire Front » était, en 1974, le titre du journal dirigé par Alain Robert qui allait donner naissance au Parti des Forces Nouvelles (PFN), qui fut longtemps un concurrent du Front, et qui obtint à une époque de meilleurs résultats électoraux que lui. Quant à Alexandre Gabriac, ex-dirigeant des Jeunesses nationalistes, autre mouvement également dissous par le ministre de l’Intérieur en même temps que l’Œuvre, il explique : « Cela ne m’étonne pas de sa part. Marine Le Pen a toujours cherché à monopoliser la parole de la droite nationale. C’est vraiment une manœuvre ridicule. » D’autant plus ridicule que le responsable départemental du FN, Christophe Boudot, a été dans l’incapacité de monter lui-même une liste, faute de candidats. Alors ? Où est le “parasitisme” ? D’autant que l’expression « faire front » n’est pas une marque déposée… Comme le note fort justement Philippe Randa dans sa chronique, Marine Le Pen avait-elle vraiment intérêt à se lancer dans cette polémique, au risque que les électeurs découvrent qu’elle est incapable de monter une liste dans cette grande ville de la banlieue lyonnaise, où le FN était pourtant présent aux élections précédentes, obtenant deux élus (dont Yvan Benedetti) ? Toujours est-il que le préfet a été dans l’obligation de valider la liste. Il a cependant transmis le dossier au procureur qui va vérifier si aucun candidat n’a été obligé de signer, un pistolet sur la tempe…

 

RIONS : GORAFI DÉLIRANT…

 

Gorafi (anagramme de Figaro) est ce site parodique que j’ai déjà évoqué en ces colonnes, qui ne semble pas être franchement de gauche. On se souvient que Christine Boutin s’était ridiculisée en prenant pour argent comptant une information parfaitement fantaisiste parue sur le site (le gouvernement aurait déclaré que si la loi sur la famille était reportée, c’est « en vertu d’une stratégie provisoire d’avancement à potentialité différée »). Le site rencontre un succès fou : plus d’un million de visiteurs uniques par mois. On y découvre, selon le quotidien Aujourd’hui, qui lui consacre un amusant article, que « 89 % des Français pensent que le clitoris est un modèle de Toyota ». Information reprise par la presse italienne. Il paraît qu’on aurait « retrouvé un candidat de Fort Boyard oublié dans la cellule d’une épreuve pendant sept ans ». L’info a scandalisé nombre de téléspectateurs. Des députés se sont aussi fait piéger. Pensez, le Medef aurait déclaré que « les Français devraient travailler un mois de plus pour toucher leur treizième mois ». Certains n’ont pas manqué de relever la pertinence de la proposition. Autre titres amusants : « Grâce à son dernier meeting, Jean-Luc Mélenchon obtient enfin son statut d’intermittent du spectacle » ou encore : « Erreur de manipulation : les députés socialistes votent accidentellement une de leurs promesses de campagne ». Et la discrimination ? Si l’on en croit le site, « Mentionner sa pédophilie sur son CV diviserait par quatre les chances d’obtenir un travail ». Le site s’intéresse aussi aux phénomènes de société : « Trop souriant dans le métro, il finit en garde à vue », ce qui est, reconnaissons-le, la moindre des choses. Il n’hésite pas non plus à diffuser des nouvelles qui font frémir : « Une famille reste bloquée trois jours sur un tapis roulant en panne » Et puis, poursuivons : Exploit : « Felix Baumgartner va tenter la traversée de l’Ile-de-France en solitaire et en RER B ». « Henri Guaino pique une colère lors d’un débat avec lui-même à la télévision » ou encore « Guantanamo : les soirées karakoé peinent à trouver leur public » : Et tout le reste à l’avenant… Yahoo Québec a, quant à lui, présenté à ses lecteurs, sans aucun second degré, une “enquête” de Gorafi sur l’essor de la chirurgie esthétique canine « pour que les bassets soient moins tristes ».

 

JEAN-MARIE LE PEN ACCUSÉ PAR MONTEBOURG D’AVOIR FAIT L’ÉLOGE DE LA GESTAPO !

Marine Le Pen et Arnaud Montebourg ont cogné dur lors du Grand Jury RTL/LCI/Le Figaro., M. Montebourg a déclaré à la fin de cette émission. « Le FN est un parti qui propose des solutions extraordinairement dangereuses. Le retour au franc. Le Pen c’est le programme de l’Argentine à l’époque de la faillite du peso convertible, quand les mères de famille allaient taper dans les casseroles pour demander à manger à leur gouvernement. C’est l’autarcie albanaise. […] avec un brin de purification ethnique. » Rien que ça ! Et M. Montebourg ose ajouter : « Moi, je n’oublie pas que le président d’honneur du FN a fait il y a quelques années l’éloge de la Gestapo et de l’occupation allemande. » « Tous les Français ont ça en tête. Et comme disait ma grand-mère, les chiens ne font point des chats. » « Cela n’est pas du niveau d’un ministre », lui a rétorqué Mme Le Pen, avant d’ajouter : « Je traite les injures par le mépris. » Jean-Marie Le Pen a porté plainte pour diffamation contre Montebourg qui faisait ainsi allusion aux propos tenus par le fondateur du Front national dans un long entretien à notre hebdomadaire paru le vendredi 7 janvier 2005 et qui valut à son auteur, à Camille Galic, alors directrice de la publication de RIVAROL et à Jérôme Bourbon de fortes amendes et la condamnation à de substantiels dommages et intérêts.

 

LE PANTHÉON POUR CELUI QUI CRACHAIT SUR LE DRAPEAU TRICOLORE

 

Hollande a dévoilé le nom des futures personnalités françaises qui rejoindront les soixante-quatorze panthéonisés. Il y aura la grande figure féminine de la Résistance, Germaine Tillion ainsi que Geneviève De Gaulle (1920-2002), également une résistante française, déportée en 1944, et militante des droits de l’homme, présidente d’ATD Quart Monde. Elle est une nièce de Charles de Gaulle. Parité oblige, deux hommes auront droit à cet honneur. L’un est Pierre Brossolette, journaliste et homme politique socialiste français, mort en 1944, l’autre est Jean Zay (1904-1944) qui fut ministre de l’Education nationale et de la Culture en 1936. Il a toute sa place au Panthéon socialiste. La preuve, lisez ce beau poème, paru en 1924, dont il est l’auteur et qui a pour titre : Le drapeau.

 

Ils sont quinze cent mille qui sont morts pour cette saloperie-là.

Quinze cent mille dans mon pays,

Quinze millions dans tous les pays.

Quinze cent mille morts, mon Dieu !

Quinze cent mille hommes morts pour cette saloperie tricolore…

Quinze cent mille dont chacun avait une mère, une maîtresse,

Des enfants, une maison, une vie un espoir, un cœur…

Qu’est-ce que c’est que cette loque pour laquelle ils sont morts ?

Quinze cent mille morts, mon Dieu !

Quinze cent mille morts pour cette saloperie.

Quinze cent mille éventrés, déchiquetés,

Anéantis dans le fumier d’un champ de bataille,

Quinze cent mille qui n’entendront plus JAMAIS,

Que leurs amours ne reverront plus JAMAIS.

Quinze cent mille pourris dans quelques cimetières

Sans planches et sans prières…

Est-ce que vous ne voyez pas comme ils étaient beaux, résolus, heureux

De vivre, comme leurs regards brillaient, comme leurs femmes les aimaient ?

Ils ne sont plus que des pourritures…

Pour cette immonde petite guenille !

Terrible morceau de drap coulé à ta hampe, je te hais férocement,

Oui, je te hais dans l’âme, je te hais pour toutes les misères que tu représentes

Je te hais au nom des squelettes…

Ils étaient Quinze cent mille

Je te hais pour tous ceux qui te saluent,

Je te hais à cause des peigne-culs, des couillons, des putains,

Qui traînent dans la boue leur chapeau devant ton ombre,

Je hais en toi toute la vieille oppression séculaire, le dieu bestial,

Le défi aux hommes que nous ne savons pas être.

Je hais tes sales couleurs, le rouge de leur sang, le sang bleu que tu voles au ciel,

Le blanc livide de tes remords.

Laisse-moi, ignoble symbole, pleurer tout seul, pleurer à grand coup

Les quinze cent mille jeunes hommes qui sont morts.

Et n’oublie pas, malgré tes généraux, ton fer doré et tes victoires,

Que tu es pour moi de la race vile des torche-culs.

 

Voilà l’homme qui va entrer au Panthéon de leur république…

 

1.jpg

Pour lire la chronique dans son intégralité : achetez Rivarol chaque semaine chez votre marchand de journaux ou abonnez-vous. Vous pourrez ainsi lire la chronique complète de Robert Spieler cliquez ici.

12:30 Publié dans Chronique de la France asservie et résistante | Lien permanent | |  Facebook

samedi, 08 mars 2014

Chronique de la France asservie et résistante

spieler-fn-alsace-robert-2014408-jpg_1783596.jpg

Robert SPIELER

RIVAROL N° 3130 du 27 février 2014

PERSONNE n’avait jusqu’à présent osé attaquer l’État pour « crime contre l’humanité » pour ce qui concerne le martyre des Pieds-Noirs et des Harkis. C’est une première sur le plan judiciaire : les époux Asnar, un couple de Pieds-Noirs vivant dans le Béarn après avoir dû quitter l’Algérie en 1962, poursuivent et réclament 9 millions d’euros en réparation du préjudice moral et matériel subi, estimant avoir été dépossédés de leurs biens et contraints à l’exode. « Le transfert forcé de population est un crime contre l’humanité », a plaidé leur avocat, Me Jacques Bernadet, en faisant notamment référence à l’article 7 du Statut de Rome, texte fondateur de la Cour pénale internationale (CPI). « En 1962, la France de Charles de Gaulle ne peut pas ignorer que l’objectif du FLN est d’exterminer la population française.

 

PLAINTE CONTRE LA FRANCE POUR “CRIME CONTRE L’HUMANITÉ

 

Il y a complicité d’épuration ethnique », affirme l’avocat de ces Pieds-Noirs qui « eurent pour tout choix la valise ou le cercueil ». Ils vont saisir la Cour administrative d’appel (CAA) de Bordeaux mais aussi engager d’autres procédures devant les instances internationales, notamment le comité des droits de l’homme de l’ONU. De Gaulle accusé de crime contre l’humanité ! Cela réjouira sans doute nombre de Rivaroliens.

 

UNE ÉCOSSE BIENTÔT INDÉPENDANTE ?

 

Le scrutin sur une Ecosse indépendante aura lieu le 18 septembre 2014. Les Ecossais pourront ensuite, si le “oui” l’emporte, déclarer leur indépendance vis-à-vis du Royaume-Uni. Les indépendantistes écossais souhaitent développer leurs relations économiques avec l’Europe nordique, notamment avec la Norvège. José-Manuel Barroso, président de la Commission européenne, qui se mêle de tout et surtout de ce qui ne le regarde pas a dit qu’il sera « extrêmement difficile, voire impossible », pour une Ecosse indépendante, d’adhérer à l’Union européenne (UE), arguant du fait que l’adhésion d’un Etat issu d’un pays membre de l’Union « doit être approuvée par tous les autres membres de l’Union européenne ». Le petit dictateur de Bruxelles a cependant ajouté : « il revient […] au peuple écossais de décider de son avenir ». Incroyable comme il semble démocrate à ses heures perdues. Le chef du gouvernement autonome écossais, Alex Salmond, a répliqué en disant qu’aucun Etat membre de l’Union européenne n’avait annoncé qu’il s’opposerait à une adhésion de l’Ecosse à l’UE. « Aucun Etat membre n’a laissé entendre qu’il tenterait de bloquer une adhésion écossaise » à l’UE, a-t-il déclaré en réponse aux déclarations de Barroso, qui avait sans doute fumé la moquette en quantités déraisonnables…

 

LA COMMISSION DE LA DÉFENSE, LE RABBIN ET L’ARME NUCLÉAIRE

 

Mais que viennent faire un rabbin, un pasteur, un imam et un évêque devant la commission de la Défense de l’Assemblée nationale, mercredi 12 février ? Le rabbin Haïm Korsia et Mgr Ravel ainsi que les aumôniers militaires de toutes confessions venaient pérorer et parler de la dissuasion nucléaire. En quoi cela les regarde-t-il dans une république supposée laïque ? Il paraît, et ce n’est pas une plaisanterie, que cette discussion a permis d’aborder la question de l’arme nucléaire par ses versants éthiques et spirituels (interdit de rire). Le rabbin Korsia s’est surpassé, évoquant un « enseignement extraordinaire » de la Genèse — le meurtre d’Abel par Caïn qui serait l’« ultime aboutissement d’une incapacité de parler » et qui éclairerait la question de l’utilisation de l’arme nucléaire. Un peu tordu comme raisonnement ? Un peu, sans doute…« Avoir une vision angélique du monde n’interdit pas de se prémunir des risques », soutient le rabbin qui rappelle que « la Bible interdit la violence mais la légitime quand il s’agit de la légitime défense ». Ben voyons…, surtout s’il s’agit d’Israël. Et le rabbin d’ajouter cette étonnante considération : « Le prophète Isaïe dit qu’un jour le loup habitera avec l’agneau. Mais un autre grand rabbin du XXe siècle, Woody Allen, a précisé que “le jour où le loup et l’agneau dormiront ensemble, l’agneau ne dormira quand même que d’un seul œil” ». Le supposé pédophile, le cinéaste Woody Allen présenté comme « un autre grand rabbin du XXe siècle » ! Il fallait oser. Quel Kolossal humour !

1.jpg

L’ENSEIGNEMENT DE L’ARABE : “C’EST L’AVENIR DE L’EUROPE ET L’AVENIR DE LA FRANCE

 

« L’enseignement de l’arabe était abandonné […] depuis des années, nous allons mettre les moyens nécessaires » à son renforcement, a déclaré à l’AFP le ministre de l’Education, Vincent Peillon. Cette orientation « est culturelle, mais elle est aussi, et ça chacun doit le comprendre, l’avenir de l’Europe et l’avenir de la France », a-t-il ajouté. Peillon est-il fou ou complètement fou ?

 

NICOLAS DUPONT-AIGNAN À FRÉDÉRIC HAZIZA : “VOUS ÊTES UNE MERDE INTÉGRALE

 

Frédéric Haziza, le journaliste de LCP et Radio J, avait accusé le président de Debout la République d’être “complaisant” avec Alain Soral. Fureur de Nicolas Dupont-Aignan qui, croisant Haziza, lui a asséné : « Vous calomniez les gens et vous le savez très bien. Vous êtes une merde intégrale », entraînant la réplique de Haziza : « Alors nous sommes deux ». La raison de cette rage ? Dans une interview dans le quotidien 20 minutes, le journaliste déclarait : « parmi les complaisants (envers Alain Soral,), on peut citer aussi dans le monde politique Nicolas Dupont-Aignan. Pourquoi ? Car Marion Sigaut, membre de l’équipe dirigeante d’“Egalité et réconciliation”, assure aussi les fonctions de déléguée nationale à la Vitalité de la langue française à “Debout la République”, le parti de Dupont-Aignan. » Et pourtant, Nicolas Dupont-Aignan assure courageusement avoir écarté Marion Sigaut de Debout la République dès qu’il a appris son passage chez Alain Soral. Comme quoi, se repentir avec ces gens-là ne sert strictement à rien…

 

AYMERIC CARON, EST SELON MÉLENCHON, “UN BRANLEUR”

 

Le chroniqueur de On n’est pas couché, Aymeric Caron, a lourdement énervé Mélenchon, co-président du Parti de gauche et député européen du Front de gauche. Caron avait ironisé sur les nombreuses absences au Parlement européen de Merluche, qui n’a pas du tout apprécié la plaisanterie. Il coupa le journaliste d’un « ce n’est pas vrai », ajoutant : « Vous n’avez pas de chiffres, vous racontez n’importe quoi pour pourrir l’entretien que nous avons. C’est vous qui êtes un branleur, pas moi ! »

 

LES FORCES AÉRIENNES SUISSES SONT DISPONIBLES ENTRE 8H ET 12H ET DE 13H30 À 17H

 

Il n’y a pas lieu, en Suisse, de s’inquiéter plus que ça d’un détournement d’avion. On sait qu’un Boeing 767-300 d’Ethiopian Airlines à destination de Rome avait été détourné il y a dix jours au-dessus du Soudan… Le copilote, qui était en fait à l’origine du détournement voulait se poser à Genève et réclamait l’asile politique. Bien qu’alertés dès 4h30 du matin, les militaires suisses n’ont pas bougé. Normal, pour un Suisse, à quatre heures du matin, on dort. Ils s’en sont remis dans un premier temps à deux Eurofighter de l’aviation italienne puis à deux Mirage 2000 de l’armée française qui l’ont escorté ensuite jusqu’à l’aéroport de Genève où il s’est posé à 6h02…Tout a bien fini. Mais que faisait l’aviation helvète en cette nuit ? Eh bien elle roupillait. « En 2014, l’armée de l’air suisse n’intervient que durant les heures de bureau », a ainsi expliqué sans crainte du ridicule au journal 20 Minutes Laurent Savary, porte-parole des forces aériennes suisses, ajoutant pour la Tribune de Genève que « les forces aériennes suisses sont disponibles entre 8h et 12h et de 13h30 à 17h. », suscitant l’hilarité générale. Lorsque Ueli Maurer prit, en 2008, la direction du Département fédéral de la défense, il avait martialement déclaré vouloir « Faire de l’armée suisse la meilleure du monde. » Pas sûr qu’elle en prenne le chemin…

Rivarol.JPG

Pour lire la chronique dans son intégralité : achetez Rivarol chaque semaine chez votre marchand de journaux ou abonnez-vous. Vous pourrez ainsi lire la chronique complète de Robert Spieler cliquez ici.

 

NDLR :

 

533089594.jpgLe livre de Robert Spieler Dictionnaire des polémistes est en vente auprès de notre secrétariat.

 

Pour en savoir plus cliquez ici

 

Bulletin de commande cliquez là

 

Le commander en ligne cliquez là

 

 

 

 

01:14 Publié dans Chronique de la France asservie et résistante | Lien permanent | |  Facebook