Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 28 juin 2014

Chronique de la France asservie et résistante

spieler-fn-alsace-robert-2014408-jpg_1783596.jpg

Robert SPIELER

 

RIVAROL N° 3146 du 19 juin 2014

 

ON SAIT que le protocole britannique interdit rigoureusement de toucher la reine, ce que Sarkozy, dans un grand élan d’enthousiasme amical, n’avait pas manqué de faire lors de sa visite d’Etat en Grande-Bretagne. La visite d’Elisabeth au Pingouin a donné l’occasion à Hollande de se singulariser une fois de plus dans le registre plouc.

 

LE RAVI DE LA CRÈCHE

 

Le ravi de la crèche est ce santon qui est un des personnages incontournables des crèches provençales. Il représente le simplet du village, les bras levés en forme d’équerre, qui se réjouit de la naissance du Christ. La France a, elle aussi, son ravi de la crèche élyséenne. Lors de son arrivée en France, Elizabeth fut accueillie en grande pompe à l’Elysée où le chef de l’Etat lui avait déroulé le tapis rouge. Seul petit problème : le Pingouin n’a rien trouvé de mieux que de vouloir lui serrer la main. La reine, qui est très attachée au respect du protocole, n’a sans doute guère apprécié. Les seules fois où la reine accepte de serrer la main d’un dirigeant c’est quand elle l’a elle-même décidé. Mais ce n’est pas tout. Hollande était attifé comme l’as de pique. Cette fois-ci ce n’était pas la cravate qui était de travers. Mais pis, il portait un pantalon bien trop grand pour lui, qui tire-bouchonnait de façon impressionnante et s’effondrait sur ses chaussures vernies. L’image fut évidemment largement relayée par les media et les réseaux sociaux qui s’en donnèrent à cœur joie dans le registre de la moquerie. Dernier épisode amusant, si l’on peut dire. A la fin des cérémonies en Normandie, Hollande salue Obama, qui s’engouffre dans sa voiture, puis, s’apprêtant à faire de même, il se retourne vers la nuée de photographes, et agitant sa petite main potelée, le sourire du ravi de la crèche aux lèvres, il leur lance un émouvant « Au revoir les photographes ! » Imagine-t-on une seule seconde De Gaulle, Giscard, Mitterrand se comporter ainsi ? Même Sarkozy n’aurait pas osé. C’est dire…

Capture 1.JPG

JEAN-MARIE LE PEN VIRÉ DU SITE DU FRONT NATIONAL

 

Gilbert Collard, le député mariniste, a conseillé sur LCI à Jean-Marie Le Pen de prendre sa retraite, suite aux propos qu’il avait tenus à l’encontre de Patrick Bruel. La réplique du Menhir, fou de rage, n’a pas tardé. Il a suggéré à Collard de « changer les consonnes de son nom ». L’ambiance est des plus délétères entre Marine Le Pen et son père puisqu’on apprend que le Front national a décidé, le mardi 10 juin, de ne plus diffuser le blog vidéo hebdomadaire du président d’honneur du parti, suite à ses propos sur la “fournée” promise à Patrick Bruel. C’est l’avocat et trésorier du FN, Wallerand de Saint-Just, qui a annoncé cette mesure de rétorsion à l’encontre du vieux chef, prétextant des « raisons juridiques ». Il explique que par le passé, la présidente du parti, Marine Le Pen, a été « visée par des plaintes en tant que directrice de publication du site » à la suite de propos de son père, ajoutant vouloir désormais éviter ce type de mésaventures. Jean-Marie Le Pen livrait toutes les semaines ses réflexions au site du FN, dans le cadre d’une interview assurée par Marie d’Herbais. 366 numéros ont ainsi été enregistrés. La réaction du Menhir a été sanglante. Il a déclaré dans un entretien téléphonique aux Inrocks : « Ma fille m’a poignardé dans le dos. Si je les emmerde, ils n’ont qu’à me tuer. Je ne me suiciderai pas. » (voir RIV. de la semaine précédente). « Je suis puni par la présidente pour ne pas avoir anticipé les réactions malveillantes à mes propos », a également déclaré Jean-Marie Le Pen à Marianne. « Je trouve ça surprenant, pour le moins. Personne n’a pris la peine de me prévenir, ce qui aurait été la moindre des courtoisies », regrette Jean-Marie Le Pen, qui se déclare “humilié” et “blessé”. Comment tout cela va-t-il finir ? On imagine bien que Jean-Marie Le Pen n’est pas homme à se laisser humilier et piétiner, fût-ce par sa fille. Sa réplique n’a pas tardé. Elle a pris la forme d’une lettre ouverte diffusée le jeudi 12 juin (voir la version intégrale de ce courrier page 4). La réponse de Marine Le Pen à sa lettre ouverte déterminera, selon lui, son « aptitude au gouvernement ». Par ailleurs, le fondateur du mouvement n’exclut plus de briguer la tête de liste FN aux régionales de 2015 en Provence-Alpes-Côte d’Azur (où il est conseiller régional sortant et président du groupe FN) et assure qu’il donnera des consignes de vote pour le comité central à l’occasion du congrès du mois de novembre. La menace est limpide…

 

SARKOZY LE MALOTRU

 

Sarkozy était, il y a quelques jours, en visite en Suisse. Il intervenait au Swiss Economic Forum à Interlaken et n’a pas manqué de l’ouvrir d’importance, donnant des leçons à tire-larigot. Se prenant pour une diva, il a exigé que caméras et photos soient interdites pendant son intervention, ainsi que les questions sur la politique intérieure française. Il a plus qu’agacé les Suisses avec ses “caprices”. Le Matin a commenté : « Nicolas a fait son Sarkozy. » Mais ce n’est pas tout. En présence d’Adolf Ogi, ancien président de la Confédération helvétique, « Nicolas Sarkozy a fait son numéro ». Il a, selon Ogi « manqué de respect à la Suisse ». Donneur de leçons en diable, il a expliqué que la Confédération helvétique devait entrer dans l’Union européenne, qu’un pays ne pouvait pas être gouverné par un président qui change chaque année, ou que ce système avec sept conseillers fédéraux était désuet. Mais de quoi se mêle-t-il ? D’autant que la situation de la Suisse est enviable par rapport à celle de la France. Commentaire des plus pertinents de l’éditorialiste du Matin : « Lorsqu’on vient à Interlaken devant Adolf Ogi, on se tient comme il faut, on essuie ses talonnettes avant d’entrer et on ne pisse pas contre les sapins. »

Capture 2.JPG

QUAND FABIUS S’ENDORT PENDANT UN DÉPLACEMENT OFFICIEL EN ALGÉRIE

 

A plusieurs reprises, ses yeux se ferment et sa tête, lentement, s’incline. Le ministre français des Affaires étrangères, Laurent Fabius, était filmé par la chaîne privée Ennahar TV, lundi 9 juin, dans le cadre d’un déplacement officiel de deux jours en Algérie. On, le voit, lors d’une réunion, piquer de la tête qui se met à dodeliner lentement. Il tente de résister héroïquement. Peine perdue. Il s’endort profondément pendant plusieurs minutes, tentant à quelques reprises de reprendre le contrôle, esquissant durant cinq dixièmes de secondes un vague sourire, puis retombant de plus belle dans les bras de Morphée. Tout ceci sous les yeux du ministre algérien de l’Industrie et des Mines qui eut l’élégance d’en sourire.

 

LE FN PERD DEUX DÉPUTÉS AU PARLEMENT EUROPÉEN

 

Ils étaient 24. Ils ne seront sans doute plus que 22. J’avais évoqué dans mes chroniques précédentes le cas de Joëlle Bergeron, élue députée européenne du Front national dans la circonscription Ouest à qui le parti avait demandé de démissionner pour laisser sa place au troisième de liste, Gilles Penelle. Furieuse, elle avait annoncé qu’elle démissionnait de tous ses mandats et accessoirement du Front national. La nuit portant sans doute conseil, elle vient de décider de conserver son siège tout en annonçant qu’elle quittait le parti. Elle vient de déclarer : « Je fais partie des élus au Parlement européen. Le Journal officiel a publié mon nom ». Si c’est le Journal officiel qui le dit… Et elle ajoute : « Je ne vois pas comment ils pourraient m’obliger à démissionner de mon siège européen. Je n’ai signé aucun document et Marine Le Pen ne m’a jamais appelée ». Le pauvre Gilles Penelle est évidemment quelque peu dépité. Le FN gère décidément brillamment ses ressources humaines. Voici que le même cas de figure se reproduit dans la région Massif Central Centre. Jeanne Pothain, une Orléanaise de 45 ans, salariée du privé et mère de deux enfants, a été élue en deuxième position sur la liste FN conduite par Bernard Monot. Cette parfaite inconnue, qui n’a absolument pas participé à la campagne électorale et qui ne figurait même pas sur les documents électoraux (sauf bien sûr sur les bulletins de vote), refuse, elle aussi, de démissionner comme le lui demande le parti. Elle entend prendre ses confortables aises au Parlement européen dont les sessions inaugurales auront lieu du 1er au 3 juillet prochains. Du coup le FN n’aura plus que 22 députés et non 24. Brillantissime…

Rivarol.JPG

Pour lire la chronique dans son intégralité : achetez Rivarol chaque semaine chez votre marchand de journaux ou abonnez-vous. Vous pourrez ainsi lire la chronique complète de Robert Spieler cliquez ici.

02:11 Publié dans Chronique de la France asservie et résistante | Lien permanent | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.