Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 22 octobre 2014

Chronique de la France asservie et résistante

657528455.2.jpg

Robert SPIELER - RIVAROL N° 3158 du 9 octobre 2014

 

L’EXCELLENT José Meidinger, un Alsacien comme on les aime, ancien grand reporter à France 3, a commis un article légèrement provocateur sur le site Boulevard Voltaire. Ce membre de l’honorable Confrérie des fumeurs de pipe dénonce les nouvelles mesures anti-tabac prises par un gouvernement qui n’a pas plus urgent à faire, et la prohibition totale qui sera, à n’en pas douter, la prochaine étape. Déjà on a enlevé la cigarette à Lucky Luke, la clope au timbre représentant Malraux et la pipe à Jacques Tati… Il rappelle que la première mise à l’index remonte à l’Inquisition mais qu’elle fut réactivée au XXe siècle avec l’arrivée au pouvoir des nationaux-socialistes qui initièrent (peu de gens le savent) la première grande c a m p a g n e anti-tabac de l ’ H i s t o i r e. « Notre Führer Adolf Hitler ne boit ni ne fume. Sans la moindre autre inclination dans ce sens, il se tient dur comme fer dans cette règle de vie autodécidée. Sa puissance de travail est incroyable », pouvait-on lire sur les affiches de l’époque.

 

“NOTRE FÜHRER ADOLF HITLER NE BOIT PAS NI NE FUME !”

 

Le parti national-socialiste imposa l’interdiction de fumer dans de nombreux espaces publics, notamment les bureaux du parti et les salles d’attente. La propagande hygiéniste du IIIe Reich insista également sur le rôle néfaste que pouvait avoir la nicotine sur la race aryenne, le génome allemand : « Die deutsche Frau raucht nicht ! » (« La femme allemande ne fume pas ! »), relevant que Roosevelt, Churchill et De Gaulle fumaient, eux, alors que ni Hitler, ni Mussolini, ni Franco ne s’adonnaient à ce vice abominable. José Meidinger raconte cette anecdote : une dame, dans une file d’attente au marché, lui fait remarquer que les volutes de sa bouffarde la dérangent. Il réplique excellemment : « Madame, l’odeur de votre parfum me dérange », et il conclut par ces propos : « Et si l’on interdisait, demain, les parfums dans les ascenseurs ou les lieux publics ? S’il était de mode de dire qu’ils nous dérangent ? Ou bien, pourquoi ne pas mettre en prison ceux qui ne se lavent pas si l’odeur de leur sueur nous dérange ? Et si les laids nous dérangeaient ? » Bon, pour ma part, je ne prends pas parti. Je fais une pause pour réfléchir sérieusement au sujet, en allumant une cigarette et en buvant un whisky, douze ans d’âge, of course

Capture 1.JPG

LE SÉNAT, MACHIN COMPLÈTEMENT INUTILE

 

Florilège de mots doux qu’ont exprimés diverses personnalités politiques au sujet du Sénat : Charles De Gaulle : « S’il y a eu une erreur dans la Constitution de 1958, c’est bien celle-là (avoir maintenu le Sénat) » ; Ségolène Royal : « Il faudrait supprimer le Sénat. C’est un anachronisme démocratique insupportable. C’est vrai que dans notre République, le Sénat fait un peu figure de cimetière des éléphants » ; Daniel Cohn-Bendit, ancien député européen EELV évoque « cette chambre [qui] ne sert pas à grand-chose (et qui est devenue) un club de has been ». Arnaud Montebourg : « Le Sénat est la plaie du régime » ; Jack Lang déclarait en 2004: « Ma conviction, est que le système né en 1958 est en fin de course, avec un Parlement croupion et un Sénat qui est une pièce d’archéologie. » ; Noël Mamère, député Vert : « Le Sénat n’est qu’une maison de retraite pour privilégiés de la politique ». Et enfin, pour la bonne bouche, ce propos d’Edouard Herriot, ancien chef du gouvernement, sénateur radical de 1912 à 1919 : « Le Sénat est une Assemblée de notables réactionnaires dont les méfaits sont heureusement compensés par une forte mortalité. »

Capture 2.JPG

LE VATICAN OFFRE 100 000 EUROS POUR AUSCHWITZ

 

Le Vatican a offert 100 000 euros à un fonds international destiné à financer la sauvegarde du site de l’ancien camp de concentration d’Auschwitz-Birkenau (sud de la Pologne) a annoncé la direction du musée. « Compte tenu de nos possibilités limitées, cette somme n’est pas très importante (flagellation dans le registre “nous sommes de misérables vermisseaux”, pardon d’être si pingres…). Néanmoins, c’est l’expression d’un soutien entier au projet de la Fondation Auschwitz-Birkenau (on est soulagés) » qui gère le fonds, a indiqué le cardinal Pietro Parolin, secrétaire d’Etat du Saint-Siège, cité dans le communiqué du musée. On voit une nouvelle fois à quel point les occupants du Vatican sont soumis au judaïsme international et à la contre-religion de l’“Holocauste”.

 

QUAND DES JUIFS ORTHODOXES PRENNENT L’AVION...

 

Des passagers juifs ultra-orthodoxes d’un vol New York-Tel-Aviv refusant de prendre place à côté de femmes ont transformé le voyage en cauchemar pour le reste des passagers, a rapporté, il y a dix jours, la presse israélienne. Les passagers du vol de la compagnie israélienne El Al en provenance de New York, qui se rendaient en Israël pour passer le Nouvel An juif ont atterri mercredi à l’aéroport Ben Gourion après « onze heures de cauchemar », a témoigné l’une des passagères citées par le site internet d’information israélien Ynet. Avant le décollage, voyant qu’ils devaient s’asseoir à côté de femmes, plusieurs passagers ultra-orthodoxes ont demandé à leurs voisines de changer de place, allant même jusqu’à proposer de l’argent à celles qui étaient réfractaires à l’idée. Sans arrangement possible, ces hommes strictement religieux ont donc refusé de s’asseoir et sont restés debout dans l’allée centrale, causant un important retard, puisque le commandant de bord a refusé de décoller tant que les passagers n’étaient pas assis, rapporte Ynet. Mais ce n’est pas fini. Finalement, les passagers ultra-orthodoxes ont accepté de s’asseoir à côté de femmes le temps du décollage, bondissant ensuite comme des cabris de leurs sièges pour prendre place dans l’allée centrale toute la durée du vol, prier à voix haute et empêchant de facto quiconque de passer. Du coup les passagers ont été dans l’obligation de faire leurs besoins sous eux…

 

TOUT UN SYMBOLE : LE DOBERMAN NAZI DE JEAN-MARIE TUE LA CHATTE DE MARINE !

 

On sait que les animaux, qui ont une vive sensibilité, traduisent souvent les pensées et les arrière-pensées de leurs maîtres. On n’ignorait évidemment rien des tensions très fortes entre Marine Le Pen et son père. Toujours est-il que leurs animaux préférés sont entrés dans la danse. Le doberman de Jean-Marie Le Pen a proprement dévoré la chatte bengalaise de Marine, incident qui, selon le site de L’Express, a “affecté” la présidente, qui du coup, a décidé de quitter son domicile de Montretout où continuent de vivre les chiens dévoreurs de Jean-Marie. Mais pas de panique, Marine n’est pas à la rue. En plus de la superbe et immense villa avec piscine qu’elle possède avec son concubin Louis Aliot dans la région de Perpignan, elle vient d’acheter une magnifique propriété avec parc à La Celle-Saint-Cloud (Yvelines) où elle pourra organiser des réceptions grandioses derrière de vastes murs clos et où ses chattes ne seront plus menacées d’être occises par les dobermans nazis de Jean-Marie Le Pen… Et comme la nature a horreur du vide, c’est Marion Maréchal-Le Pen qui s’installe à sa place à Montretout avec son compagnon Matthieu Decosse, un chef d’entreprise œuvrant dans l’événementiel qu’elle a épousé civilement le 29 juillet. Le couple a eu une petite fille, Olympe, le 3 septembre. La famille Le Pen, c’est à la fois Dallas et Dynastie ! Son univers est impitoyable ! Reconnaissons-le, si on avait voulu inventer l’histoire du doberman nazi lepéniste égorgeant la chatte mariniste, on n’aurait pas pu faute d’imagination ! Chez les Le Pen, la réalité dépasse la fiction. Mon Dieu, qu’ils sont drôles !

 

OÙ EST LE PERMIS DE CONDUIRE DE MARINE LE PEN ?

 

Eh bien, Marine Le Pen n’a plus de permis de conduire. Selon le Canard enchaîné paru le 1er octobre, la présidente du Front national aurait perdu son permis de conduire suite à de nombreuses contraventions pour excès de vitesse et feux rouges grillés. Mais à force de multiplier les infractions, il n’y a plus de points sur le papier rose. Ainsi, selon l’hebdomadaire satirique, elle aurait perdu le précieux sésame en 2012, après un ultime feu rouge grillé. Oui mais, elle n’entendait pas se laisser faire. Du coup, elle a mandaté un cabinet d’avocats parisiens Dufour & associés, spécialisé dans le droit automobile et le contentieux du permis à points, afin d’engager des procédures contre l’Etat. Mais, zut, elle aurait “oublié”, tel un vulgaire Thévenoud, de régler les frais d’honoraires de 3 000 euros, au prétexte que celui qui s’occupait du dossier avait quitté le cabinet. Du coup, toujours selon Le Canard, elle considérait ne pas être tenue de s’acquitter des honoraires. Du coup le bâtonnier s’est légèrement énervé et a exigé que la présidente du Front national paie ses arriérés. Sans commentaire...

 

JEAN-MARIE LE PEN ÉCARTÉ DES INSTANCES DU FRONT NATIONAL ?

 

D’après le Canard enchaîné, Marine Le Pen envisagerait d’écarter son père des instances du parti. Le poste de président d’honneur du FN serait supprimé, au prétexte qu’il n’existait pas avant 2011. On imagine, dans cette hypothèse, la rage du Menhir qui n’a nulle envie de faire partie de la fournée des indésirables dans un parti qu’il a porté il y a 42 ans sur les fonts baptismaux et qu’il a dirigé d’une main de fer pendant près de quatre décennies. Mais, on le sait, les enfants gâtés sont ingrats...

Rivarol.JPG

Pour lire la chronique dans son intégralité : achetez Rivarol chaque semaine chez votre marchand de journaux ou abonnez-vous. Vous pourrez ainsi lire la chronique complète de Robert Spieler cliquez ici.

13:49 Publié dans Chronique de la France asservie et résistante | Lien permanent | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.