Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 19 juin 2015

Chronique de la France asservie et résistante

images.jpg

Robert SPIELER - RIVAROL N° 3190 du 28 mai 2015

 

JEAN-MARIE Le Pen, interrogé par nos soins, il y a quelques jours quant à l’avancement de son projet d’association qui ne serait cependant pas un parti politique concurrent du FN, nous a répondu ceci : « Chez nous, la réflexion précède l’action (sous-entendu, ce n’est pas le cas chez d’autres, suivez son regard). Nous nous consultons de façon à parfaire l’enfant, le petit Jean-Marie ». Trop mignon…

 

LE “PETIT JEAN-MARIE” VA BIENTÔT NAÎTRE

 

Il ajoute que l’on peut être à la fois au FN et dans une structure « non partitique ». Les statuts ne l’interdisent pas. L’association, que certains ont imaginé baptiser « Association des Amis de Jean-Marie Le Pen » (mais rien n’est encore sûr) est donc « en création, en réflexion dans l’espace et le temps », nous dit le Menhir. Des « modes d’action judiciaires » sont aussi en préparation. Jean-Marie Le Pen considère qu’« un congrès par voie postale est une escroquerie » qu’il contestera vigoureusement devant les tribunaux, arguant du parallélisme des formes. Dès lors que Jean-Marie Le Pen a été élu par un congrès “physique” président d’honneur du FN, il ne peut être démis de son titre que par un congrès de même nature. Sinon, dit Jean-Marie Le Pen, il « s’agirait d’un congrès bidon ». Mais qu’en est-il de l’entourage de Marine Le Pen ? Le président d’Honneur a cette formule dont il a le secret : « Une règle chrétienne : on ne fait pas porter la bannière par les convertis ». Sacré Le Pen, ils n’ont pas fini de souffrir !

 

PÉTAIN, CONDAMNÉ À NOUVEAU À MORT PAR L’INÉNARRABLE WALLERAND DE SAINT-JUST

 

Wallerand de Saint-Just avait, depuis toujours, été l’avocat de Jean-Marie Le Pen. Il est connu pour ne pas être le génie du siècle, d’où des procès perdus qui eussent pu ne pas l’être. Mais JMLP lui avait toujours gardé sa confiance, ce en quoi il avait certainement eu tort. Saint-Just est aujourd’hui trésorier du FN et tête de liste pour les régionales en Ile-de-France. Il estime que JMLP représente « un obstacle considérable » quant à la bonne marche du Front national. Dans la perspective d’« écarter les obstacles qui pourraient surgir sur cette route (celle de la présidence de la République) », il faut éliminer Jean-Marie Le Pen. Wallerand de Saint-Just considère que les propos réitérés de Jean-Marie Le Pen sur les chambres à gaz, « détail de l’histoire » de la Seconde Guerre mondiale, peuvent « parfaitement être ressentis comme antisémites ». Avec un avocat pareil, qui se transforme sans honte en procureur, on comprend que le Menhir ait perdu quelques procès…

 

Saint-Just était reçu, il y a quelques jours, par le journaliste de RTL, Jean-Michel Aphatie. Ce dernier, connaissant le courage légendaire du personnage, ne put résister à la tentation de le torturer quelque peu. Il revint sur les propos de Jean-Marie Le Pen, qui avait déclaré que le Maréchal n’était pas un traître. Qu’en pensez-vous, demanda le journaliste ? Houlà ! Achtung, danger ! Le terrain devenait glissant. Wallerand commença à se décomposer. De fines gouttelettes de sueur perlèrent sur son front. La moustache se mit à friser, puis à défriser, au rythme d’une respiration de plus en plus saccadée, la barbe aussi (il porte la barbe depuis quelques temps, car, a-t-il déclaré, « c’est à la mode », genre de réflexions qui en dit long sur le personnage !). Il se mit à bafouiller, et finit par expectorer péniblement : « Je m’en réfère à la décision de justice ». En d’autres termes, il approuve la condamnation à mort du Maréchal. Quelle honte ! Mais Aphatie était satisfait de sa réponse, c’est ça qui compte. Il trouva aussi moyen de préciser, lui qui fut durant vingt ans l’avocat de Jean-Marie Le Pen, qu’il ne l’avait été que pour des raisons techniques (sous-entendu, qu’il désapprouvait le fond). Comment un militant national ou nationaliste sincère peut-il envisager une seule seconde de voter pour de pareils misérables ?

 

MARINE LE PEN EST “CONTRE LES STATISTIQUES ETHNIQUES”. BEN, VOYONS…

 

Interrogée sur l’affaire Ménard et des statistiques ethniques, Marine Le Pen a été on ne peut plus claire. Elle a déclaré : « Sur le fond, moi je suis contre les statistiques ethniques, je l’ai toujours dit, ça n’est pas ma vision. Parce que je suis contre le communautarisme, parce que je ne mets pas les gens en catégorie selon leur origine, selon leur religion. Moi je défends tous les Français, quels qu’ils soient et d’où qu’ils viennent. » C’est beau comme du Mélenchon. Elle poursuit avec ces fortes paroles, empreintes de bon sens, qui dévoilent une grande profondeur intellectuelle : « Quand on devient français, on devient français ». On savait que quand on devenait français, on ne devenait pas chinois. Mais il était important de le préciser. Bien entendu, pas question pour elle de défendre les « Français de souche ». « J’ai pas une passion pour cette expression, parce que moi j’ai une vision très imprégnée des valeurs de la République française, des valeurs de l’assimilation, c’est à-dire que je pense que quand on devient français, on devient français ». Mais attention, Marine Le Pen n’est pas opposée aux statistiques permettant de dénombrer le nombre d’immigrés et de binationaux en France. Car, dit-elle, « cela n’a pas de caractère racial ». Le journaliste Marc Bertric note fort justement : « Mais après 40 ans de regroupement familial, de droit du sol, de naturalisations massives et de régularisations tout aussi massives, peut-on considérer que des statistiques reposant sur la nationalité puissent suffire à dépeindre la réalité de notre pays ? »

 

MARINE LE PEN, UN PRÉCIPITÉ DE HAINE À L’ENCONTRE DE SON PÈRE

 

Marine Le Pen était interrogée récemment par un journaliste de RTL qui la suivait dans son voyage à Prague. Il lui a posé une question sur l’éventualité que Jean-Marie Le Pen constitue sa propre liste pour les élections régionales en Paca. Marine Le Pen a répondu : « Et pourquoi pas un ticket avec Gollnisch, ce serait sexy, non ? » Autre question du même journaliste quant à l’éventualité de la création d’un nouveau parti par Jean-Marie Le Pen. Réponse pleine de tact de la fille, qui dévoile une fois de plus son rictus de haine à l’encontre de son père : « Au niveau européen peut-être, avec les antisémites hongrois ou les néo-nazis grecs, ça clarifierait les choses… » Et puis, cette dernière considération pleine d’humanité à l’encontre du fondateur du Front national qui se trouve aussi être son père : « Il gesticule tout seul. A qui croit-il encore faire peur ? » Et ce tacle contre sa belle-mère en réponse à des journalistes l’interrogeant sur la crise entre le père et la fille : « Vous n’avez qu’à interviewer Jany » ! Un vrai cœur de pierre !

 

FN : ET SI LE PROCHAIN EXCLU ÉTAIT PHILIPPOT ?

 

Intéressante et pertinente analyse de Nicolas Domenach sur Challenges : « En cas de défaite de Marine Le Pen à l’élection suprême, nul doute qu’il (Florian Philippot) sera le premier exécuté. Mais il n’est pas sûr non plus que Florian Philippot survive à une victoire. D’abord parce que les conseillers de l’ascension ne survivent pas toujours à la prise de pouvoir. Surtout lorsqu’ils sont sortis de l’ombre et captent trop de lumière. Comment Marine le Pen pourrait-elle supporter longtemps qu’on dise comme cela s’entend, qu’il est “son cerveau”, “qu’elle lui doit tout”, “qu’elle est trop fragile pour se passer de lui etc.” Si elle s’est “libérée de son père”, comme elle s’en réjouit, ce n’est pas pour s’encombrer longtemps d’une autorité de substitution, dont les abus exaspèrent déjà ses plus proches, tel son compagnon Louis Aliot, ou encore à un autre niveau Marion Maréchal Le Pen. » Domenach note que le vice-président du FN ne dispose d’aucun bastion électoral qui pourrait lui servir de repli ou d’appui. Nous avons, pour notre part, toujours pensé que, vu l’ingratitude de la fille, les jours de Philippot comme vice-président du FN étaient comptés. Demain, il sera tenu responsable de mauvais sondages, de résultats électoraux médiocres, etc. On lui reprochera d’avoir délivré de mauvais conseils, de s’être mis à dos une partie de l’appareil. Bref, parions que pour “Philipipeau”, comme d’aucuns le surnomment, la roche Tarpéienne est proche du Capitole. Il le sait, au demeurant, et manie actuellement avec fougue la brosse à reluire. Ses dernières déclarations d’amour à Marine Le Pen, dans le JDD, fleurent bon le lèche-bottisme le plus éhonté : « Il n’y a pas plus libre et courageuse qu’elle ; Elle a toutes les qualités d’un chef ; Je n’ai qu’une seule ligne, c’est le marinisme ». Nous n’avons pas fini de nous amuser avec ces volatiles…

Capture.JPG

LE FN AU POUVOIR VA-T-IL LANCER DES OPÉRATIONS POLICIÈRES CONTRE LES JUIFS ?

 

Le chasseur de nazis Serge Klarsfeld, interrogé sur LCP par Serge Moati n’a, semble-t-il pas vraiment suivi le feuilleton de la dédiabolisation du FN mariniste. Il estime que l’arrivée de Marine Le Pen au pouvoir « serait une catastrophe pour la France ». Et pour les Juifs en particulier. Il a déclaré : « Il ne faut pas croire que le Front National va protéger contre le terrorisme musulman, il va lancer des opérations policières contre les juifs aussi. Beaucoup de juifs avant Hitler croyaient qu’Hitler c’était le barrage contre le Bolchévisme, et puis ils ont vu la suite. » Il estime que le FN est « un parti extrémiste, démagogue, qui profite de la crise, des peurs ». Tout ça, pour en arriver là ? Comme quoi il ne suffit pas de tuer le père, de se coucher devant les lobbies, de renier les idéaux nationalistes pour être reçue dans la bonne société…

 

Rivarol.JPG

Pour lire la chronique dans son intégralité : achetez Rivarol chaque semaine chez votre marchand de journaux ou abonnez-vous. Vous pourrez ainsi lire la chronique complète de Robert Spieler cliquez ici.

15:18 Publié dans Chronique de la France asservie et résistante | Lien permanent | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.