Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 23 septembre 2015

Chronique de la France asservie et résistante

rs.jpg

Robert SPIELER RIVAROL N° 3201 du 10 septembre 2015

 

LE SITE La Porte Latine raconte cette émouvante histoire. Deux lesbiennes “mariées”, Francesca Pardi, et Maria Silvia Fiengo ont écrit à Bergoglio. Elles ont eu quatre enfants, on ne sait pas trop comment, mais cela ne nous regarde pas. Oui, mais dans ce monde de brutes, les pauvrichonnes sont martyrisées. Notamment Francesca qui subit des insultes et des tracas pour avoir édité plusieurs ouvrages de propagande LGBT ciblant les plus petits dont les titres sont Pourquoi tu as deux mamansPetit œuf ou Le grand et gros livre des familles. Du coup, elle a écrit à Bergoglio, histoire de se plaindre et de dénoncer les infamies qu’on lui fait subir. D’autant que ses livres sont bannis des écoles par le maire de Venise, de la Ligue du Nord, Luigi Brugnaro. Du coup, elle a envoyé les livres à Bergoglio, accompagnés de photos de sa famille homoparentale, mais aussi des tracts diffamants d’une organisation chrétienne qui attaquait vivement Bergoglio pour ses fantaisies. Bref, elle a dénoncé sec… Du coup, elle a reçu une belle réponse signée au nom du Bergoglio par un haut responsable de la secrétairerie d’Etat du Vatican, Mgr Peter Brian Wells, la remerciant « pour son geste délicat » et adressant la « bénédiction apostolique » à elle-même, son associée et leurs proches. Très, très émouvant, tout cela… Francesca y va de son commentaire inspiré : il est évident que « par ce geste le pape a voulu ouvrir un dialogue respectueux sur le sujet, loin de la désinformation et de l’agression des extrémistes catholiques tels ceux de La Manif pour tous ou de Family Day ». Et de rajouter : « Il nous a rendu respect et dignité». Ah le brave homme !

 

HORREUR : DES CHAMBRES À GAZ MINIATURES INSTALLÉES DEVANT LE MÉMORIAL D’AUSCHWITZ

 

On croyait avoir tout vu, eh bien pas du tout. On apprend que des brumisateurs ont été installés devant les chambres à gaz d’Auschwitz, à l’entrée du musée, là où les visiteurs doivent patienter en plein soleil pour obtenir des billets. « Nous avons eu des cas d’évanouissement, témoigne un responsable du centre, interrogé par un quotidien israélien. Ces brumisateurs sont installés les jours de forte chaleur et enlevés quand la température baisse. » Encore heureux qu’ils soient parfois enlevés, car l’affaire a suscité l’indignation, le parallèle étant d’une rare évidence avec les pommeaux des chambres à gaz. Du coup, certains sont scandalisés, à l’image de Meir Bulka, interrogée par The Jerusalem Post (en anglais). Elle a déclamé : « En tant que juive qui a perdu de nombreux proches pendant l’Holocauste, [ces installations] ressemblent aux douches que les juifs devaient prendre avant d’entrer dans les chambres à gaz ». Un autre visiteur ne cache pas son émoi : « Dès que je suis sorti du bus, j’ai vu ces douches et j’étais choqué » a expliqué un touriste israélien au site Ynet. « J’ai demandé à un des employés sur place pourquoi ces douches avaient été installées. Il m’a répondu que c’était à cause de la chaleur. Je lui ai alors répondu que ces douches me rappelaient les chambres à gaz. »

 

L’administration du mémorial se défend, évoquant « la sécurité des visiteurs(qui) est une priorité en période de forte chaleur ». Et le mémorial de préciser, ratiocineur en diable : « Il nous est difficile (ou audacieux, ou suicidaire ?) de commenter certaines références historiques [évoquées dans la presse] parce que les brumisateurs ne ressemblent pas aux douches. Les fausses douches installées par les Allemands à l’intérieur des chambres à gaz ne délivraient pas de Zyklon B. Celui-ci était libéré dans la pièce à travers des trous du plafond ou par les murs. » C’est un peu compliqué tout ça, mais nous voici rassurés…

 

JEAN-MARIE LE PEN DIT “EMPROS !” (EN AVANT !)

 

Le président d’honneur du Front national a accordé cet été un entretien au journal des nationalistes grecs d’Aube dorée. Bien entendu, les folles hystériques qualifient ce mouvement de néo-nazi alors qu’il se contente, si l’on peut dire, d’être dans la ligne du leader nationaliste grec des années 1940, Metaxás, qui eut à subir l’invasion de son pays par les troupes allemandes et italiennes. Mussolini envoya en octobre 1940 un ultimatum prévu pour être inacceptable : la Grèce devait autoriser l’occupation par les armées italiennes de tous ses sites stratégiques. Metaxás se rendit alors extrêmement populaire et célèbre grâce au seul mot qu’il répondit : “oxi” (“Non”). L’attaque italienne contre la Grèce, repoussée avec héroïsme (les Grecs rejetèrent les troupes italiennes jusqu’en Albanie), eut pour conséquence l’intervention de la Wehrmacht, évitant ainsi à l’Italie fasciste une humiliation totale, mais reportant de trois mois l’opération Barbarossa. On connaît la suite. Ces trois mois de perdus empêcheront l’armée allemande de prendre Moscou et, sans doute, de gagner la guerre contre le bolchevisme. En attendant, l’état-major du mouvement nationaliste Aube Dorée est actuellement jugé pour appartenance à « une organisation criminelle ». Une honte…

 

Jean-Marie Le Pen, quant à lui, dresse dans son interview un parallèle entre les poursuites judiciaires du parti grec et les “injustices” qu’il a “subies”. Histoire d’aggraver son cas, le fondateur du Front national se vante par ailleurs de fréquenter les élus du parti grec à Strasbourg : « Moi, les eurodéputés d’Aube dorée je les connais. Je leur serre la main. Ils se distinguent. Et je me réjouis car quand je salue les députés d’Aube dorée, les autres s’énervent. » Mon Dieu, que Marine doit souffrir !

 

MICHEL ONFRAY EXTERMINE SANS PITIÉ BHL

 

BHL y était allé de son commentaire inspiré quant à la photo de ce pauvre garçon kurde de deux ans, qui gisait, mort, sur une plage turque. Bien entendu, il avait des choses importantes à dire, et il les a dites : « Il y a des photos qui ont eu pour mérite d’éveiller les consciences » a-t-il déclaré. Le philosophe Michel Onfray, qui pourtant est issu de la gauche, l’a derechef exterminé sans aucune pitié, déclarant sur BFMTV le 3 septembre : « Il n’a pas honte ? Il ferait mieux de rester caché. Vous savez ce qu’a dit Audiard : “Les cons, ça ose tout, et c’est à ça qu’on les reconnaît”. Il ferait mieux de rester chez lui. Voilà quelqu’un qui a invité à bombarder le Libye, qui a invité à tuer les Libyens sous prétexte que cela rendrait possible la démocratie. On a détruit un Etat qui valait ce qu’il valait, mais avec lequel on pouvait discuter. Aujourd’hui, c’est une base extraordinaire pour le terrorisme. BHL n’est responsable de rien, coupable de rien. Il y a des moments où il faut un peu de pudeur ». Et Onfray d’évoquer « tous ces gens qui ont rendu possible cet enfant mort, et BHL en fait partie ». La journaliste Nathalie Levy questionne Onfray : « BHL est complice ? » Réponse du philosophe : « Oui, évidemment, il est complice, comme d’autres sont complices : les présidents de la République d’hier et d’aujourd’hui. Cette photo, c’est effrayant, mais ce sont des criminels, ces gens-là. Leur politique est criminelle ». Rien à ajouter, rien à retirer. Bravo, monsieur Onfray…

Capture.JPG

QUAND UN PEUPLE SE TRAHIT, IL MEURT

 

L’Islande, ce pays de 300 000 habitants, a récemment annoncé qu’elle était prête à apporter son aide, en réponse à la catastrophe humanitaire grandissante en Syrie. Le gouvernement islandais a offert d’accueillir cinquante réfugiés syriens au nom des quotas. Oui mais accueillir cinquante réfugiés est bien trop peu pour certains excités, prêts à tuer leur peuple au nom de considérations humanitaires. Bryndís Björgvinsdóttir, écrivain et professeur islandais, a ainsi lancé une pétition, qui a déjà recueilli 10 000 signatures, pour encourager ses compatriotes à accueillir chez eux des réfugiés supplémentaires. Exemple de commentaire : Jórunn Hólm écrit: « Je suis célibataire, je vis avec ma fille dans notre appartement de quatre chambres et de cent mètres carrés, je suis plus que prête à accueillir une famille venue de Syrie! » Et tout le reste à l’avenant… Effrayant…

 

DÉJÀ 25 % D’ENFANTS MUSULMANS À STRASBOURG

 

25 % des élèves prennent des menus hallal dans les cantines de Strasbourg. La ville, dirigée par le maire socialiste Roland Ries, propose jusqu’à quatre menus différents dans les cantines scolaires. Sont ainsi proposés un menu standard, un menu végétarien, un menu hallal et un menu sans porc. Préparés par l’Alsacienne de restauration, ces menus entraînent « un surcoût », reconnaît la mairie auprès de l’AFP. En cause notamment, les menus hallal sont préparés « à part et de nuit, pour ne pas les mélanger avec les autres menus », explique Eric Wolff, directeur de l’Alsacienne de restauration, à l’Agence de presse. La municipalité a, par ailleurs, annoncé une bonne nouvelle : si elle trouve un prestataire “adapté”, elle proposera aussi un menu “casher”. C’était la moindre des choses. Mais qu’en disent les organisations dites laïques ? Rien du tout. Le porte-parole du collectif d’organisations laïques en Alsace-Moselle, Bernard Anclin, explique qu’il « n’a rien contre la diversité ». Ils sont vraiment consternants…

 

Rivarol.JPG

Pour lire la chronique dans son intégralité : achetez Rivarol chaque semaine chez votre marchand de journaux ou abonnez-vous. Vous pourrez ainsi lire la chronique complète de Robert Spieler cliquez ici.

07:51 Publié dans Chronique de la France asservie et résistante | Lien permanent | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.