Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 09 décembre 2007

Suppression en Alsace des professions de foi en allemand : Paris se moque de l’Alsace !

a20a89974610a846c906f54a43f929be.jpgLa suppression du remboursement des professons de foi en allemand, qui était une tradition solidement établie en Alsace et en Moselle depuis 1918, est un scandale.

Qu’un quelconque technocrate parisien s’autorise à rayer d’un trait de plume, sans aucune concertation avec les Alsaciens, un acquis culturel et politique de notre région démontre l’immense mépris de Paris pour l’Alsace.

Il démontre aussi le poids inexistant des élus alsaciens de l’UMP qui n’ont même pas été consultés alors que l’Alsace est la seule région de France à majorité UMP.

Jamais Paris n’aurait osé procéder ainsi avec les Corses.

Cette décision démontre l’ardente nécessité pour les Alsaciens d’être représentés par un mouvement régionaliste puissant qui n’ira pas prendre ses ordres auprès de quelques fonctionnaires parisiens.

Aujourd’hui, la suppression des professions de foi en allemand, et demain la remise en cause du statut concordataire ?

Alsace d’abord lance immédiatement une grande pétition régionale pour la défense de notre identité et va écrire à tous les Maires d’Alsace pour les appeler à la contre-offensive contre le jacobinisme et les diktats parisiens.

 

 

Robert Spieler 

Candidat à la Mairie de Strasbourg

Président d'Alsace d'abord

12:00 Publié dans Alsace | Lien permanent | Tags : robert spieler, alsace d'abord, régionalisme, paris, professions de foi, bilinguisme, politique | |  Facebook

mercredi, 28 novembre 2007

Le racisme anti-blanc n’est pas du racisme pour René Moebel, Maire de Huningue (Alsace)

Emotion pour le Maire de Huningue, Monsieur René Moebel, relayé par les Dernières Nouvelles d’Alsace (DNA).

Un article dans les DNA titré « Dans la nuit de dimanche à lundi, près d’une centaine d’autocollants avec des sigles discriminatoires ont été collés dans les rues de Huningue et de Saint-Louis ».

Les slogans « racistes » ? « Ni voilée ni violée » ; « Touche pas à ma soeur » ; « Stop au racisme anti-blanc ». Les Jeunesses Identitaires, Jeune Alsace et « un mouvement régionaliste alsacien » (Alsace d’abord, pour ne pas avoir à les citer...) sont mis en cause par les DNA. Et Monsieur le Maire d’ajouter que ces slogans sont « racistes » et qu’il portera plainte pour « propos discriminatoires ».

 

a50df3d246a5c083b3055b89b1f362b1.jpg

 

Mais ce n’est pas tout : les DNA relèvent que selon la police municipale, 88 autocollants ont été répertoriés. Pas 87 ni 89, on ne compte pas les autocollants décollés : non, 88. Conclusion des DNA : « Ce chiffre n’est pas anodin. Dans les milieux néo-nazis, il signifie HH ou Heil Hitler ». Pour ceux qui n’auraient pas compris, H est la huitième lettre de l’alphabet. Il fallait oser...

Une première conclusion : si tant est que l’on compte les autocollants collés, ne jamais en coller 18 (AH Adolf Hitler) ni 1819 (RS Robert Spieler), mais ne pas hésiter à coller 1419 autocollants (NS Nicolas Sarkozy)...

J’ai téléphoné à Monsieur le Maire à son domicile. Je me suis présenté et lui ai exposé mon indignation quant à ses propos. Il me répond plaintivement : « Mais pourquoi ne me téléphonez-vous pas à la Mairie ? ». « Parce que votre numéro est dans l’annuaire ». Je lui demande s’il a une appartenance politique. Réponse : « aucune ».

Je poursuis : « Vous avez du souci à vous faire pour votre Mairie ». « COMMENT, QUOI ??! ». Je sens en lui toute la lâcheté du monde. Je ne faisais évidemment pas référence à un pain de plastic comme le feraient les Corses, mais en revanche aux prochaines municipales nous ferons tout pour le faire battre. Je le mets également au défi de porter plainte pour racisme, comme il l’a annoncé au DNA : il me raccroche au nez.

Peu importe. Nous allons très prochainement voir Monsieur le Maire et ses concitoyens, qui seront dûment informés par nos soins de son soutien au racisme anti-blanc...

 

Robert Spieler

12:35 Publié dans Alsace | Lien permanent | Tags : robert spieler, politique, alsace, identitaire, huningue, rené moebel, racisme anti-blanc | |  Facebook

vendredi, 05 octobre 2007

Nouvelle campagne d'Alsace d'abord

7a53ffe8209921057914eefe2d9cc6cb.jpg

20:50 Publié dans Alsace | Lien permanent | Tags : alsace d'abord, régionalisme, politique, france, paris, strasbourg, robert spieler | |  Facebook

mercredi, 19 septembre 2007

Alsace : à propos de la "chasse" aux écoliers "sans papiers"...

Emotion, indignation. L’inspection académique du Haut-Rhin vient d’adresser un mail à tous les directeurs d’école, demandant s’ils avaient connaissance de scolarisations d’enfants « sans papiers » dans leur établissement. Dans la journée, sous la pression des lobbys, un mail contredisait le premier et le rendait « sans objet », le qualifiant même de « bourde ».

Le ministre de l’éducation nationale s’émotionnait et condamnait cette démarche.

Pour Robert Spieler, l’humanisme exige, conformément à la loi, l’expulsion des clandestins, dits « sans papiers », avec évidemment leurs enfants qu’il serait cruel de séparer de leurs parents.

Une fois de plus, nous constatons que Sarkozy a trompé talentueusement les électeurs du camp national et identitaire, et qu’il se couche devant les lobbys immigrationnistes, comme il se couchera devant les partisans de l’intégration de la Turquie à l’Union Européenne.

www.robert-spieler.net

23:20 Publié dans Alsace | Lien permanent | Tags : robert spieler, immigration, clandestins, sans papiers, politique, alsace, france | |  Facebook

vendredi, 07 septembre 2007

Petite histoire de girouette alsacienne...

4f5064af560e67f3cf01b907c8376955.jpgArlette Grosskost, la députée UMP passionaria de Mulhouse, connue pour son langage cru et un sérieux coté pétroleuse, pas antipathique au demeurant, avait fait un raffut de tous les diables quand elle apprit que Jean-Marie Bockel (en médaillon), maire P.S. de Mulhouse, qu’elle ambitionnait de conquérir, entrait au gouvernement.

 

Elle se retirait derechef de l’UMP, annonçant qu’elle se présenterait, quoi qu’il arrive, aux prochaines élections municipales et exprimait son vif dépit à l’encontre de Nicolas Sarkozy, quelques mots d’oiseau voletant de çi de là.

 

On allait voir ce que l’on allait voir. On n’a pas tardé à voir.

 

Arlette Grosskost annonce aujourd’hui qu’elle soutiendra une liste UMP / MODEM / dissidents du PS menée par... Jean-Marie Bockel.

 

Le secrétaire général délégué Patrick Devedjian lui ayant promis la tête de liste de l’UMP aux prochaines élections régionales, finies les rancoeurs, les fureurs, les mots blessants… Garde à vous, et on se couche ! Avec un petit os à ronger tout de même.

 

Comme quoi, chez ces gens là, ces affidés du système, la politique, c’est pas compliqué. Edgar Faure avait coutume de dire que ce n’est pas la girouette qui tourne, c’est le vent. Ben, voyons…

 

00:30 Publié dans Alsace | Lien permanent | Tags : politique, ump, udf, robert spieler, sarkozy, alsace, strasbourg | |  Facebook

samedi, 30 juin 2007

VENEZ NOMBREUX !

Dimanche 1er juillet à partir de 11 h. 00

GRANDE FETE D'ALSACE D'ABORD

Etang de Rombach-le-Franc (Haut-Rhin)

Déjeûner sur place, stands, discours...

Avec Robert Spieler, Président d'Alsace d'Abord

Christian Chaton, conseiller général de Ste Marie-aux-Mines

et les responsables d'Alsace d'Abord, de Solidarité alsacienne et de Jeune Alsace

(renseignements complémentaires sur le site d'Alsace d'Abord)

12:22 Publié dans Alsace | Lien permanent | Tags : politique, robert spieler, alsace, jean-marie le pen, droite, strasbourg | |  Facebook

dimanche, 10 juin 2007

TGV : l’Alsace, une réserve d’Indiens ?

C’est la question fort pertinente que pose Raymond Woessner, géographe, dans le Journal du Dimanche du 10 juin.

Il confirme dans cette interview les analyses et critiques d’Alsace d’Abord à l’encontre de la classe politique alsacienne et de son inertie. Il relève que les élus locaux ont mis du temps à se saisir du dossier TGV. C’est le moins qu’on puisse dire…

Dans son analyse, il note que les Alsaciens adoptent un comportement « d’hyperpatriotes » en votant aux élections pour le candidat majoritaire tout en se plaignant d’être abandonnés par Paris.

« D’un autre côté, dans des ministères ou au Parlement, on a entendu des élus alsaciens se targuer de la richesse de leur région. Alors pourquoi les aurait-elle aidés à financer la ligne ? ».

Bonne question, qu’Alsace d’Abord a à de multiples occasions posée à Adrien Zeller et aux responsables politiques alsaciens. Nous leur faisions remarquer que cette « richesse » était largement surévaluée, voire fictive.

Les politiques alsaciens se font longtemps targués que l’Alsace avait le ratio d’exportation par rapport aux importations le plus élevé de France. Ce qui constitue en effet, du moins en apparence, l’expression d’une économie florissante.

Problème : ces chiffres n’avaient aucune signification pour l’Alsace.

Pourquoi ? L’Alsace compte un grand nombre d’unités de production qui sont des filiales de sociétés allemandes. Ces usines se contentent de fabriquer et de transférer immédiatement leur production vers la maison-mère allemande, sans produire aucune valeur ajoutée.

Mais ces chiffres, importants, entrent dans les statistiques des exportations alors qu’ils sont totalement fictifs.

De même, l’Alsace a subi de nombreuses taxations dont la fameuse « taxe de solidarité inter-régionale » infligée à quelques régions dont Rhône-Alpes et la Région Ile-de -France.

Merci aux vantards politiques alsaciens à qui l’Alsace a eu droit à financer – cher - un TGV dont la ligne rapide s’arrête… en Lorraine, le TGV poursuivant sa route tranquillement sur les voies normales jusqu’à Strasbourg.

Nous risquons d’attendre longtemps la deuxième phase. Gageons que l’Alsace sera une nouvelle fois mise à contribution, comme elle l’est aujourd’hui avec les tarifs prohibitifs les plus chers de France (79 euros l’aller simple Strasbourg-Paris en tarif normal seconde classe).

Raymond Woessner relève « que des villes comme Lille ou Lyon ont su créer de vrais pôles tertiaires autour des gares. Strasbourg et Mulhouse se sont contentées de « décorer » les leurs. »

Au lieu d’investir dans le tertiaire, Strasbourg a édité des guides touristiques et a inventé un nouveau moule à Kouglof.

« L’Alsace, vendue pour ses traditions, risque de devenir une réserve d’indiens ».

Au lieu de se transformer en pôle d’attraction économique, ce que Reims devient grâce au TGV, Strasbourg risque de n’être qu’un aspirateur à touristes pressés qui y passeront 24 h., et une cible de choix pour des commerciaux aux dents longues qui viendront concurrencer les sociétés établies en Alsace.

Nous avons du souci à nous faire.

A voir la mine réjouie des Grossmann, Keller, Zeller et consorts, qui ont accueilli le Premier Ministre Fillon pour l’inauguration, on se dit qu’il est temps de balayer cette classe politique de gauche et de droite incompétente et fière de l’être.

Quand les Alsaciens se réveilleront-ils ?

Robert Spieler

13:50 Publié dans Alsace | Lien permanent | Tags : robert spieler, alsace, alsace d'abord, strasbourg, politique, france, société | |  Facebook

vendredi, 25 mai 2007

Bruxelles plutôt que Strasbourg : Premier faux pas strasbourgeois de Nicolas Sarkozy !

5acfd9ff2acd9832fde79400b12f4691.jpgLes voix UMP en Alsace, l’arrivée prochaine du TGV et surtout la défense de Strasbourg en qualité de capitale européenne auraient du suffire à faire que la première rencontre entre le Président de la République Française et le Président de la Commission Européenne se déroule à Strasbourg.

Il n’en a rien été et pire, alors même que la position strasbourgeoise faisait l’objet d’attaques sur les bords de l’Ill, Monsieur Barroso a dû quitter Strasbourg pour se rendre à Bruxelles et y rencontrer, là-bas, le Président de la République Nicolas Sarkozy.

Parmi les opposants, le libéral Watson n’a donc pas eu d’efforts à faire pour déclarer : "puisque M. Sarkozy trouve plus pratique d'aller à Bruxelles qu'à Strasbourg, dites-lui que c'est exactement la même chose pour nous", selon des propos qui nous ont été rapportés. Voilà en effet ce qui s’appelle « donner des bâtons pour se faire battre ».

 

Ce choix de Nicolas Sarkozy est regrettable pour la Ville de Strasbourg et ceux, commerçants, restaurateurs, artisans, hôteliers, chefs d’entreprise s’impliquent au quotidien pour en faire une véritable capitale.

Il s’agit aussi d’un camouflet à l’encontre de Fabienne Keller, de Robert Grossmann et des candidats UMP aux législatives dans les 3 circonscriptions de Strasbourg qui se gardent bien d’ailleurs de réagir.

Alsace d’Abord, mouvement régionaliste et européen, condamne bien entendu ce premier rendez-vous manqué qui rappelle simplement à ceux qui l’ont oublié que : « Paris se moque de nous » !

Alsace d’Abord

17:45 Publié dans Alsace | Lien permanent | Tags : sarkozy, ump, alsace d'abord, robert spieler, politique, législatives, 2007 | |  Facebook

jeudi, 03 mai 2007

Alsace : brillante inauguration du TGV escargot...

medium_OYRCADJ81DHCAMIGKIOCAMIWSFBCA6YTSH9CAU9MY9PCA1GU61ZCAYOVQH1CA65XNC9CAC2D6J8CATNJ16QCAOJ0VP4CAPOLO1VCAK51HRXCAZG6DR1CANTBF7NCAPLCQDSCAWJ4XNICAYIXA7WCAE36MM4.jpgIl ne s’agissait en réalité pas vraiment de l’inauguration de la ligne TGV Strasbourg-Paris, mais d’ «une marche de découverte » (la suite démontre que le terme était fort bien choisi), organisée par la SNCF.

Petits fours et champagne à volonté… Tout le gratin politique régional était de la partie : Adrien Zeller, Président du Conseil Régional d’Alsace, Philippe Richert, Président du Conseil Général et 200 happy few, tout fiers de rallier Paris en  2 heures 20 dans un TGV que l’Alsace a lourdement financé,  les autres TGV français ayant été financés par l’Etat.

Pourquoi les élus alsaciens ont-ils accepté de financer un TGV dont la voie rapide s’arrête (ou commence) en Lorraine ? Le TGV roule en effet sur une ligne classique jusqu’à Strasbourg. J’ai eu de nombreuses occasions de protester contre ce scandale au Conseil Régional.

Mais revenons à nos responsables politiques qui ont parcouru in fine le trajet Strasbourg-Paris. Las,  la rame spéciale s’est immobilisée » en Lorraine, un cardan cassé, à quelques kilomètres de Baudrecourt.

Résultat : 4 heures 30 de voyage alors que les trains classiques effectuent le parcours en  4 heures.

Les nombreux journalistes allemands et suisses présents en faisaient des gorges chaudes.

Robert Spieler

23:15 Publié dans Alsace | Lien permanent | Tags : alsace, tgv, politique, zeller, richert, droite, strasbourg | |  Facebook

lundi, 30 avril 2007

Alsace d’Abord condamne la profanation du cimetière de Bischwiller

medium_s_bischwiller.gifLe Mouvement « Alsace d’abord » et ses élus municipaux à Bischwiller expriment leur consternation et leur émotion après la dévastation du cimetière chrétien dont la mise en sécurité s’impose d’urgence.

Ces agissements sont malheureusement révélateurs de l’état d’une société où s’effondrent le respect le plus élémentaire dû aux morts et les valeurs morales les plus fondamentales.

«  Alsace d’abord » attend des autorités officielles qu’elles expriment la même indignation que celle qu’elles manifestent à l’occasion de la profanation de tombes d’autres confessions. 

Il en appelle, de la part des candidats à l’élection présidentielles, à un dépassement des enjeux électoralistes et à une prise de conscience, si tardive soit-elle.

 

Alain Voelckel et Michèle Leiser

Conseillers Municipaux de Bischwiller

www.alsacedabord.org

17:25 Publié dans Alsace | Lien permanent | Tags : alsace, strasbourg, bischwiller, spieler, voelckel, 2007 | |  Facebook