Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 29 novembre 2009

57 % des Suisses contre les minarets… Merci Guillaume Tell !

N5SWHBCACOPTIICAERW5ZLCA0B6JWSCADHH850CAFSXD0UCARENFK3CA7XJJ16CAQK1EVCCAKBG8CDCA26O4W6CAC6HOK4CAMOFD3TCAE75MOWCAPSZ27WCA3D1QIWCA08PP0TCAUG5VDWCAAALG8W.jpgUn communiqué de Robert Spieler,

Délégué général de la

Nouvelle Droite Populaire

 

Le référendum d’initiative populaire, provoqué par l’UDC suisse, vient de donner un résultat époustouflant. Contre la totalité des partis politiques de gauche comme de droite, contre les « autorités morales » (religieuses, intellectuelles, économiques, médiatiques et philosophiques…) collaborationnistes, contre les manips de sondages qui ne prévoyaient guère que 35 % en faveur de la votation, 57 % des Suisses ont dit clairement NON à l’invasion.

 

Il s’agit d’une véritable révolte populaire rendue possible et visible grâce à la tenue d’un référendum d’initiative populaire.

 

La chape de plomb non démocratique qui pèse sur la France (refus du référendum populaire, modes de scrutins trafiqués, dictature des lobbys, lavage des cerveaux du peuple par l’enseignement et les médias, etc…) ne permet pas aujourd’hui l’expression de la volonté de notre peuple.

 

La récente pose de la coupole de la grande mosquée de Strasbourg, dont le financement est assuré en grande partie par les collectivités locales de gauche et de droite, la promesse par le sénateur maire socialiste de construire un minaret, sont les signes d’une islamisation galopante de la France et de l’Europe.

 

Mais, partout sur notre continent, de Marseille à Anvers, de Strasbourg à Cologne, les forces de résistance s’organisent. Ce que l’Histoire peut faire, l’Histoire peut le défaire.

 

La Suisse vient de nous montrer le chemin de la Libération. Merci Guillaume Tell.

18:13 Publié dans Europe | Lien permanent | |  Facebook

lundi, 16 novembre 2009

Erdogan a raison ! Vive le niqab, vive la burqa, vive le voile islamique !

Photo 093.jpgCommuniqué de Robert Spieler, Délégué général de la Nouvelle Droite Populaire :

En France, « il n’y a pas de place pour la burqa », vient d’affirmer Nicolas Sarkozy. Selon les zélotes de l’« intégration », la loi 2004 interdisant le port du foulard islamique à l’école aurait eu deux effets (voir l’interview de Samir Amghar dans Libération du 14 novembre) : l’un, réaffirmer le principe de laïcité à l’école, l’autre, pervers, disent ils, de radicaliser une population « en voie d’intégration » (interdit de rire).

 

Le premier ministre turc, Erdogan, prenant la parole devant 30 000 Turcs d’Allemagne, à Cologne, avait incité les Turcs à « refuser de s’intégrer ». « Erdogan a raison ». Ce sont les propos que j’ai tenus à Cologne, le 7 novembre, lors de la manifestation contre la pose de la première pierre de la mosquée cathédrale de Cologne, comme je l’ai dit, le lendemain à Villepreux, lors du congrès constitutif du Parti de la France, et comme je l’ai répété le 11 novembre lors de mon intervention à la journée de Synthèse nationale.

 

Oui, Erdogan a raison. Les Turcs doivent rester turcs, les Turcs doivent parler la langue turque et pratiquer leur religion, afin que demain les Turcs d’Europe retournent en Turquie.

 

Certains, y compris dans nos milieux, disent que c’est impossible : ils sont là, beaucoup ont la nationalité française, etc… Et alors ? Dans quelle Bible ont-ils lu que c’était impossible ? Dans le Monde, dans Libération, dans le Figaro ? Oublient ils que des centaines de milliers de pieds-noirs furent forcés de quitter leur terre il y a près de cinquante ans, ayant le choix entre "la valise et le cercueil "?

 

Ce que l’Histoire peut faire, l’Histoire peut le défaire !

03:11 Publié dans Europe | Lien permanent | |  Facebook

lundi, 09 novembre 2009

Cologne (Allemagne), samedi dernier : Manifestation contre la pose de la première pierre de la gigantesque mosquée...

Robert Spieler, Délégué général de la Nouvelle Droite Populaire, était présent. Il nous raconte :

Une gigantesque mosquée destinée à accueillir 2 000 personnes, avec des minarets de 55 m,  va voir le jour à Cologne. Nos amis de Pro-Köln enchaînent depuis deux ans les manifestations pour protester contre ce projet financé par l’Etat turc. Je me suis rendu à plusieurs reprises à Cologne pour exprimer, aux côtés de nos amis du Vlaams Belang, du FPOe autrichien, de la Lega Nord, de Plataforma Catalunya, mais aussi de mouvements tchèques et espagnols le soutien de la Nouvelle Droite Populaire aux résistants allemands.

Samedi 7 novembre, nous étions présents, avec François Ferrier, conseiller régional NDP et Annick Martin, secrétaire générale du MNR.

La manifestation démarrait à 11h. Plusieurs centaines de policiers protégeaient efficacement notre démonstration qui avait lieu à 300m du chantier de la mosquée. Une efficacité policière qui tranchait avec les manifestations précédentes où les autorités se montrèrent scandaleusement complaisantes avec une extrême-gauche dont nous eûmes à subir de violentes attaques… L’explication est simple : Pro-Köln avait déposé plainte contre les autorités pour n’avoir pas voulu protéger nos manifestations ni autoriser la tenue d’un rassemblement devant la cathédrale de Cologne. Pro-Köln vient de gagner son procès, et les autorités se trouvèrent dans l’obligation de respecter la loi !

Du côté turc

Une immense tente sur le site de la mosquée. 500 Turcs, dont une importante délégation de 60 membres venue de Turquie. Des ministres turcs, dont le ministre des affaires religieuses, et bien sûr des ministres allemands du Land de Nord-Rhein-Westfallen et une kyrielle de députés socialistes et démocrates chrétiens. A noter un évènement invraisemblable : On nous demanda le silence pendant 10 minutes afin qu’une bénédiction chrétienne pût avoir lieu sur l’emplacement de la mosquée, avant le début des cérémonies. Il y a décidément des chrétiens qui ne vendent pas, mais offrent la corde destinée à les pendre…

Du côté de l’extrême-gauche

Quelques dizaines de manifestants, guère plus.

Du côté de la Résistance

Hilde de Lobel pour le Vlaams Belang, Annick Martin pour le MNR, François Ferrier, conseiller régional NDP de Lorraine, et moi-même étions présents aux côtés de nos camarades allemands. Annick Martin évoqua notamment l’absolue incompatibilité du Coran avec les valeurs européennes. François Ferrier brossa le sombre tableau de la situation en France et conclut en disant qu’il ne faisait aucune différence entre islam et islamisme.

Les dirigeants (et élus) de la Résistance allemande prirent la parole : Markus Beisicht, leader d’un mouvement qui compte déjà 50 élus dans le Land, Markus Wiener, secrétaire général, et plusieurs autres, tous admirables de courage et de détermination. A noter que Markus Beisicht vit sous une protection policière permanente, jour et nuit, face aux menaces dont il est l’objet.

Mon discours : Erdogan a raison !

J’ai évoqué dans mon discours les propos que le premier ministre turc, Erdogan, avait tenus à Cologne en 2008, devant 30 000 Turcs installés en Allemagne. Il disait : « Les Turcs ne doivent pas se laisser assimiler ». J’ai répliqué : « Erdogan a raison. Les Turcs doivent rester turcs, doivent s’exprimer en langue turque, afin de retourner demain en Turquie ! ». J’ai aussi affirmé que ce que l’Histoire pouvait faire, l’Histoire pouvait le défaire et que ce qui était construit pouvait être « déconstruit » (aufgebaut/abgebaut), suscitant de chaleureux applaudissements.

Tous les intervenants insistèrent sur la nécessité de rassembler toutes les forces de la Résistance européenne dans le combat pour la survie de notre civilisation.

La Reconquista est en marche !

01:55 Publié dans Europe | Lien permanent | Tags : allemagne, cologne, pro köln, robert spieler, ndp, alsace, strasbourg | |  Facebook

vendredi, 23 octobre 2009

Cologne, samedi 7 novembre…

DSC_0092-2eced.jpg

Grande manifestation contre la pose de la première pierre de la gigantesque mosquée de Cologne.

 

Appel de Robert Spieler :

Mobilisation générale ! La NDP sera présente !

 

Des personnalités de haut rang d’Allemagne, mais aussi de l’étranger, dont la Turquie, seront présentes lors de la pose de la première pierre de cette gigantesque mosquée, la plus grande d’Europe. Le président de l’association islamiste turque, Ali Barkagogly, ainsi que de nombreux ministres et responsables politiques allemands seront aussi là. On parle même du premier ministre turc Erdogan.

 

Markus Beisicht, Markus Wiener et Judith Wolter, dirigeants du mouvement anti-islamisation de Cologne et de l’Allemagne, et élus du mouvement « Pro-Köln » et « Pro-Deutschland » appellent à la mobilisation générale, samedi 7 novembre.

 

La manifestation aura lieu à 11 h 00, devant l’emplacement de la grande mosquée, à l’angle de Venloer Strasse et de Innere Kanalstrasse.

 

A leur invitation, je serai des leurs, avec François Ferrier, conseiller régional Nouvelle Droite Populaire de Lorraine, pour appeler à la résistance nationale et européenne. Nous avions déjà été présents aux côtés de Filip Dewinter, porte-parole du Vlaams Belang, de Harald Vilimsky, secrétaire général du Fpöe autrichien, de nos camarades italiens, espagnols, tchèques, etc… pour dire non à l’invasion de l’Europe lors des deux dernières manifestations à Cologne, dont l’une fut violemment attaquée par l’extrême-gauche, avec une incroyable complaisance du Système.

 

Jamais nous ne faiblirons, jamais nous ne nous soumettrons ! Libérons notre Europe ! Rejoignez nous !

 

Robert Spieler

Délégué général de la

Nouvelle Droite Populaire

 

Les élus de Pro-Köln et de Pro-Deutschland (« pour Cologne » et « pour l’Allemagne ») seront présents, le mercredi 11 novembre de 11 h 00 à 18 h 30, au Forum de Grenelle (5, rue de la Croix Nivert) à Paris (XVème – métro Cambronne) à la 3ème journée nationale et identitaire organisée par Synthèse nationale ! L’unité d’action européenne est en marche !

22:27 Publié dans Europe | Lien permanent | Tags : alsace, ndp, strasbourg, cologne, mosquée de cologne, robert spieler, politique | |  Facebook

mercredi, 10 juin 2009

Dans le magazine Flash : UNE ENQUETE SUR LA PLACE DE LA FRANCE DANS L'EUROPE...

flash_logo_pc[1].JPGDans sa dernière livraison, le journal Flash (*), que dirige avec brio Jean-Emile Néomet, vient de publier une remarquable enquête réalisée auprès d'une vingtaine de personnalités de la "droite de conviction" sur la place de la France dans l'Europe. Nous vous proposons ici la contribution que Robert Spieler, Délégué général de la Nouvelle Droite Populaire, a apportée à ce dossier :

Quelle France pour l’Europe ?

Pour les partisans de l’Europe de la Puissance, la question mérite en effet d’être posée. Que représente la France seule sur les plans militaires et diplomatiques ? Peu de choses face à l’impérialisme américain, la montée en puissance de l’Asie et la menace islamiste. La faiblesse entraîne tôt ou tard la vassalisation. Je respecte l’idée de Nation, dans le sens que celle-ci avait avant 1789. Je n’ai par contre aucun respect pour l’Etat-Nation jacobin ultra centralisé, invention meurtrière de la Révolution Française et cause de dizaines de millions de morts dans des guerres civiles européennes imbéciles.

Je pourrais adhérer au concept d’Europe des Nations, très en vogue chez les souverainistes, si le mot Nation était pris dans son acception première. Mais évoquer l’Europe des Nations dans le sens Europe des Etats-Nations revient à rejeter toute espérance d’une Europe de la Puissance. La construction d’une telle Europe, identitaire, forcément identitaire et partenaire de la Russie, implique la création d’une Europe militaire et diplomatique, et donc d’un transfert de compétences des Etats vers l’Europe. L’Europe des nains technocratiques de Bruxelles est bien sûr à l’opposé de celle que nous devons bâtir. Notre Europe doit être, selon le principe de subsidiarité, respectueuse des identités nationales et provinciales et ne pas se mêler de ce qui ne la regarde pas. Je refuse évidemment la création d’un Etat-Nation européen centralisé, sur le modèle jacobin français.

Les provinces, quant à elles, doivent être maîtresses dans les domaines où elles sauront gérer mieux, plus efficacement que les Etats. C’est déjà le cas dans la plupart des Etats européens, et la France apparaît à bien des égards comme le dernier dinosaure de l’Europe. C’est aux régions et aux provinces, et non aux Etats ou à l’Europe, de gérer la politique d’enseignement des langues régionales, d’environnement ou de développement économique. Ce n’est pas à des hauts fonctionnaires parisiens  de décider de l’ouverture ou la fermeture d’une maternité dans telle ville alsacienne ou picarde.

Certains me rétorqueront avec horreur que je prône des abandons de souveraineté de la France. Oui, et alors ? Veulent-ils une France faible et vassale des Etats-Unis ou une Europe puissante, respectueuse des identités qui la composent ?

 

Robert Spieler

Délégué général de la

Nouvelle Droite Populaire

 

 

(*) A Paris, Flash est en vente à la Librairie Primatice, 10, rue Primatice dans le XIIIème (métro Place d'Italie)

08:21 Publié dans Europe | Lien permanent | Tags : flash, robert spieler, ndp, europe, politique | |  Facebook

jeudi, 04 juin 2009

ELECTIONS EUROPEENNES : ANALYSE ET PREVISIONS

Par Robert Spieler, Délégué général de la Nouvelle Droite Populaire

spieler-2.jpegLes élections européennes auraient pu être l’occasion d’une riche réflexion et d'une confrontation d’idées sur le thème : Quelle Europe voulons-nous ? Une Europe identitaire de la puissance, une Europe des Nations (en langage décodé : une Europe des Etats-Nations), l’Europe zone de libre-échange, ou pas d’Europe du tout ? Il n’en a rien été. Une campagne médiocre, des candidats médiocres : qui peut sérieusement dire ce qui différencie l’UMP du PS quant à leur projet européen ? Les élections européennes permettent aux partis dominants de caser les recalés du suffrage universel, les ex-ministres et les amis méritants. Le découpage en absurdes grandes régions, ne correspondant à aucune réalité charnelle, renforce le désintérêt des électeurs. L’abstention sera massive, probablement supérieure à 60%, au plus grand profit de l’UMP et du PS, dont l’électorat plus âgé se rend aux urnes, contrairement à un électorat jeune ou protestataire.

Que valent les sondages ?

Les sondages, pour ce qui concerne les partis protestataires, dont le FN, sont particulièrement difficiles à manier. Tel est aussi, paradoxalement, le cas pour les partis dominants du Système. Une abstention massive rend de plus les prédictions totalement aléatoires. Les sondés du FN " mentent " en effet, ou, du moins, hésitent à dire la vérité quant à leur futur vote. Le résultat brut du FN, c’est-à-dire non " corrigé ", est donc sous estimé. Le problème est inverse pour l’UMP et le PS. Leurs résultats bruts sont supérieurs à la réalité, car il est confortable pour un sondé de se sentir dans une certaine respectabilité. Le sondé dira, pour l’exprimer simplement, qu’il vote UMP, alors que son intention est de voter FN. Ajoutons que les sondages par téléphone, ce qui est le cas de la grande majorité des sondages, renforcent ce phénomène. Ceci, les sondeurs, qui ne sont pas forcément tous malhonnêtes ou manipulateurs, le savent. Pour tenter d’atteindre des résultats proches de la réalité, ce qui est leur intérêt professionnel, ils vont " redresser ", corriger les résultats bruts en fonction des résultats de sondages et d’élections précédentes, avec une bonne dose de " pifomètre ". Ils créditeront le FN de plusieurs points supplémentaires, et inversement diminueront les résultats de l’UMP et du PS. Inutile de préciser qu’un tel redressement est impossible s’il n’existe pas d’historique, ce qui est le cas par exemple des listes de Carl Lang ou de Dieudonné. Cette prévision devient totalement hasardeuse dès lors que l’abstention, qui concerne en priorité l’électorat jeune et/ou protestataire, est massive. Dernier point à relever : pour un échantillon de 1 000 personnes interrogées, le taux mathématique d’erreur est de plus ou moins 2%. En d’autres termes, une liste créditée de 5% se situerait en réalité entre 3 et 7%.

Quels résultats électoraux prévisibles ?

Il s’agit d’un exercice quelque peu audacieux, mais tentons le en toute objectivité.

Les vainqueurs probables : UMP et PS

Pour les raisons susmentionnées (abstention considérable, électorat plus âgé et/ou captif, moins sujet à la tentation de l’abstention), il est probable que les résultats de ces deux partis dépasseront largement ce qu’indiquent les sondages. Il n’est pas impossible que l’UMP approche, voire dépasse les 30%, le PS pouvant espérer 25%, voire davantage. A noter que l’UMP a tout fait pour mener une non-campagne. Ce n’est pas un hasard, évidemment, l’abstention lui étant hautement profitable.

Les perdants probables : FN, Villiers et Besancenot

Il est probable que le FN, crédité de 7 à 8,5% dans les derniers sondages, se situera largement sous ces chiffres. La faute à une abstention considérable et à des corrections de sondages beaucoup trop optimistes pour ce parti faiblement idéologisé et très affaibli. Que l’électorat populaire et protestataire se mobilise, et le succès est assuré, comme ce fut le cas lors de l’élection présidentielle qui porta Le Pen au second tour. Qu’il aille à la pêche, ce qui sera probablement le cas, et l’échec est assuré. Le résultat national du FN sera probablement plus proche de 5% que de 7%, lui assurant un nombre très restreint d’élus. Marine Le Pen sera-t-elle élue ? C’est loin d’être sûr. Et, pourtant, le Système aura tout fait pour qu’elle le soit. Que d’émissions de télé, de radio, d’articles de journaux… Le point d’orgue est cet incroyable article dithyrambique paru dans Libération, mardi 2 juin, avec une jolie photo champêtre sous-titrée : " La vice-présidente du FN est perçue comme la grande blonde, la fille sympa ". Si c’est Libé qui le dit… Autre perdant probable : Villiers. En dehors de lui, ce qui n’est pas encore certain, aucun candidat de Libertas ne sera élu. Et puis, pour quoi faire ? Villiers aurait pu incarner une rupture. Il l’aurait voulue. Il l’avait dit, sincèrement, à ses amis, la veille de la présidentielle : " Jamais, je n’appellerai à voter Sarkozy ". Le lendemain, il confirmait. Le surlendemain, il se reniait. Entre temps, un coup de fil. " Tu appelles à voter Sarkozy, sinon tu perds la présidence du Conseil Général de Vendée ". Démocratie, pouvoir et vanité, quand vous nous tenez… Quant à Besancenot, le " jeunisme " de son mouvement, le NPA, l’étonnante erreur marketing qui consiste à modifier son sigle avant les élections l’amèneront sans doute à un résultat décevant et inférieur à celui du Front de Gauche de Mélenchon et du PC. Restent le Modem et les listes écologistes de Cohn-Bendit. Que dire d’elles ? Rien…Non, vraiment rien…

Du côté des rebelles : Carl Lang et Dieudonné

Carl Lang a osé la rupture. Il faudrait le talent du Rebatet des " Décombres " pour raconter cette course aux abymes d’un mouvement qui pouvait représenter la renaissance française et européenne. Caton l’Ancien concluait tous ses discours devant le Sénat de Rome par cette formule : " Delenda est Cartago ", " Carthage doit être détruite ", pour que vive Rome. Carl Lang, avec ses amis du MNR et de la Nouvelle Droite Populaire, a choisi Rome contre Carthage. Sur le plan électoral, il serait tout à fait illusoire d’espérer que la liste de Carl Lang puisse obtenir un résultat significatif à ces élections. Mais cela n’a aucune importance. Ces résultats ne seront que la première pierre d’une nécessaire renaissance. Quant à Dieudonné, les lobbies anti racistes l’ont créé politiquement, misant sur son talent pour combattre le camp identitaire. Le Golem de la légende juive de Prague, créé par un rabbin démiurge, échappa à son créateur, semant la terreur dans le ghetto. Dieudonné s’est retourné contre les lobbies qui ont voulu l’instrumentaliser. Etrange personnage… Sans doute le plus rebelle de tous. S’il atteint 3% des suffrages, ce qui est probable, nous assisterons à un tsunami émotionnel. Bref, on rigolera…

11:29 Publié dans Europe | Lien permanent | Tags : élections européennes, sondage, objectivité, ump, ps, carl lang, dieudonné, ndp, robert spieler | |  Facebook

mercredi, 20 mai 2009

FPÖ : « Non à l’adhésion de la Turquie et d’Israël à l’Union Européenne »

Synthèse nationale

 

PICT4883.JPG« Le FPÖ met son veto à l’adhésion de la Turquie et d’Israël » à l’Union Européenne. C’est un slogan du parti identitaire autrichien, fondé par Jörg Haider et dirigé aujourd’hui par Heinz-Christian Strache. Des dirigeants du FPÖ, dont son secrétaire général Harald Vilimsky, étaient présents récemment à Cologne aux côtés de Filip Dewinter, porte-parole du Vlaams Belang, et de Robert Spieler, délégué général de la Nouvelle Droite Populaire, pour dire non à l’islamisation de l’Europe.

 

Ce slogan suscite l’émoi de la presse autrichienne et des responsables politiques de gauche. Le chancelier social-démocrate, Werner Faymann, a dénoncé cette rhétorique, et annoncé une « campagne d’information antifasciste » dans les écoles. Le tabloïd Kronen-Zeitung en fait ses grands titres. Pour le président de la communauté juive d’Autriche, Ariel Muzikant, la frontière entre l’expression d’un populisme de droite et un extrémisme à relents encore plus nauséabonds est devenue floue. Le quotidien Le Monde du 20 mai titre : En Autriche, les signes d’une radicalisation de l’extrême droite s’accumulent. Et de conclure l’article par cette phrase destinée à réveiller les consciences et à susciter l’horreur : « On observe depuis des années la percée d’un mouvement néo-nazi, le FBJ, qui drainerait environ 250 personnes ». Vous avez bien lu : environ 250 personnes au conditionnel…

 

Pourquoi tant d’émotion ? Il est évident que si le FPÖ s’était contenté d’exprimer son refus de l’intégration de la Turquie dans l’U.E., cela n’aurait ému personne. Mais refuser l’intégration d’Israël…, laisser entendre qu’Israël n’a rien d’une nation européenne, voilà « des relents nauséabonds ». Israël, pas davantage que l’Algérie ou le Sénégal, ne sont Européens et n’ont vocation à rejoindre notre Europe.

 

Décidément, Jupiter rend fous ceux qu’il veut perdre.

00:29 Publié dans Europe | Lien permanent | Tags : autriche, ndp, fpö, europe, turquie, politique, robert spieler | |  Facebook

lundi, 18 mai 2009

Carl Lang et Robert Spieler en Normandie...

      p1010448.jpgp1010485.jpg
p1010459.jpg    p1010470.jpg
 

Dimanche 17 mai se déroulait à Saint Sylvain, dans le Calvados, la fête champêtre de la droite nationale et identitaire normande rassemblée pour soutenir la candidature de Carl Lang aux élections européennes du 7 juin prochain.

 

Parfaitement organisée par Guy Lebas (photo en bas à droite, avec Eric Pinel), délégué régional de la Nouvelle Droite Populaire en Normandie, Eric Pinel, Conseiller régional Parti de la France de Basse Normandie, et leurs amis, cette fête rassembla près de 150 personnes venues de toute la région. Une délégation du MNR conduite par Alain Vauzelle était aussi présente. Plusieurs stands, parmi lesquels celui de l’Alliance pour la résistance nationale et, bien sûr, celui de notre revue Synthèse nationale rencontrèrent un franc succès.

 

Après le déjeuner prit en commun sous un vaste chapiteau, et les allocutions de bienvenue des organisateurs, il revenait à Fernand Le Rachinel d’ouvrir la partie politique de la journée. Soulignant qu’il est le seul élu de la région Basse-Normandie au Parlement européen, il nous dressa le bilan de son activité, ainsi que celle de Carl Lang, à Strasbourg. Il est bon de rappeler que Carl Lang fait, selon un classement officiel, parti des dix députés européens les plus actifs.  Avis aux amateurs…

 

Puis ce fut le tour de Robert Spieler, délégué général de la NDP, de prendre la parole. Robert Spieler entendait ainsi concrétiser le soutien total de la NDP aux listes du PdF.  Evoquant Charles Martel, Isabelle la Catholique, et les combattants venus de l'Europe entière pour défendre Vienne contre l'invasion turque, Robert Spieler devait déclarer : "L'Europe subit la plus dangereuse invasion qu'elle ait jamais eu à subir. Cette invasion est ethnique et/ou religieuse, et non pas militaire. Elle bénéficie du soutien de collabos qui persécutent les résistants. Nous voulons que la France reste française et que l'Europe reste européenne. Seul le rassemblement de toutes les forces européennes de résistance nous permettra de libérer nos peuples". Un langage que l’assistance a approuvé et longuement applaudi.

 

Enfin, Carl Lang nous fit un remarquable discours sur sa conception de l’Europe qu’il défend au Parlement européen. Une Europe forte et libre, une Europe composée de nations souveraines dans leurs choix mais qui sont soudées par un passé et un destin commun. Une Europe qui dit non à l’entrée de la Turquie, une Europe qui redonnera aux Européens leur dignité et leur fierté. En un mot, l’Europe que nous propose Carl Lang se situe aux antipodes de la petite Europe étriquée que veulent nous imposer les technocrates bruxellois… Le Président du PdF termina son discours en insistant sur la nécessité vitale pour notre famille politique de se rassembler. Au-delà de l’échéance des européennes du 7 juin, il y aura d’autres rendez-vous avec les Français, qu’il s’agisse des régionales ou des législatives pour ne citer que celles-ci. L’entente entre le PdF, le MNR et la NDP est donc destinée à perdurer. Elle sera la seule alternative crédible aux partis du Système. L’espoir est de retour…

 

Source : Synthèse nationale

19:07 Publié dans Europe | Lien permanent | Tags : élections européennes, ndp, pdf, carl lang, robert spieler, politique, normandie | |  Facebook

lundi, 11 mai 2009

8, 9 et 10 mai : La résistance européenne s’organise à Cologne.

Cette fin de semaine, Cologne est devenue le symbole de la résistance européenne à l’islamisation de notre terre.

 

Pro-Köln, dirigé par Markus Beisicht, mène, avec ses cinq élus au conseil municipal de la ville, l’offensive contre la construction d’une méga-mosquée à proximité de la célèbre cathédrale. On se souvient que la précédente manifestation, organisée en septembre 2008, avait été attaquée violemment par une extrême-gauche encouragée par les appels à la haine d’une classe politique et d'une presse de gauche ou de droite totalement inféodées aux ennemis de notre identité. Pro-Köln n'entendait pas en rester là. Elle a organisé les 8, 9 et 10 mai une nouvelle manifestation rassemblant des responsables et des militants de nombreux mouvements identitaires européens.

 

Récit de trois jours de mobilisation et de fraternité européenne :

 

Vendredi 8 mai :  rencontre avec la presse, rencontres avec les habitants de Cologne...

 

Dès le début de l'après-midi, le ton était donné et le succès était au rendez-vous :  une première conférence de presse se déroula en présence de 40 journalistes. Markus Beisicht, Harald Vilimsky (secrétaire général du Fpöe autrichien), Hilde De Lobel (députée du Vlaams Belang) et Robert Spieler, Délégué général de la Nouvelle Droite Populaire, ont présenté les objectifs de cette manifestation. Nous sommes à l’étroit dans la salle de réunion d’un cabinet d’avocats. Aucun hôtel de Cologne n’avait accepté d’accueillir la conférence de presse ni d’héberger les invités européens. Les menaces des organisations de gauche les en ayant dissuadé…

 

Au même moment, trois réunions décentralisées se sont tenues sans incident dans différents quartiers de Cologne. Curieusement, la police semble cette fois ci décidée à protéger nos rassemblements...

 

Le soir, un dîner amical avec l'ensemble des militants européens présents a lieu dans une auberge des environs de Cologne. François Ferrier, conseiller régional NDP de Lorraine, ainsi que Luc Pécharman, responsable NDP de la région Nord / Pas-de-Calais, et Nicolas Tandler, responsable NDP de la région parisienne, nous y retrouvent. Annick Martin est là avec une délégation du MNR. Nous retrouvons aussi nos amis Alberto Torresano, de la Phalange espagnole, Josep Anglada, président de Plataforma per Catalunya, et Enrique Ravello, responsable de Tierra y Pueblo, ainsi qu’Adriana Bolchini, qui fut une amie d’Oriana Falacci et qui mène une action déterminée contre l’islamisation en Italie.

 

Samedi 9 mai : c'est le grand jour...

 

Le rassemblement a lieu de bon matin dans la gare de Leverkusen, près de Cologne. Il s'agit d'éviter au maximum les incidents et le contact avec les gauchistes. De nouvelles délégations, dont celle du Vlaams Belang, menée par Filip Dewinter, nous rejoignent. Nous retrouvons aussi les jeunes militants alsaciens de la NDP qui viennent d'arriver de Strasbourg.

 

Un train encadré par une police massivement présente nous conduit au lieu de la manifestation. L’extrême gauche est là, débraillée et hurlante. Nous nous retrouvons sur la Barmerplatz. Un hélicoptère de la police nous survole. Les caméras de la police filment.

 

Plusieurs centaines de personnes sont présentes dès 10 h 00, alors que la manifestation ne débute qu’à 11 h 00. Mais le piège policier se referme. Des centaines de partisans de Pro-Köln  sont bloqués dans la gare et dans les rues alentours par une police qui leur interdit d’accéder au site. Des cars venus de Saxe et d’autres régions allemandes sont bloqués. Plusieurs véhicules avec des militants venus de plusieurs régions françaises sont empêchés de nous rejoindre. Une vingtaine de Tchèques et quelques Flamands arriveront cependant à forcer le barrage. L’extrême-gauche hurle ses slogans de haine, encouragée il est vrai par l’affreux Schramma, maire CDU (de droite ??!) de Cologne, qui vient de déclarer : « Cologne n’est pas de droite (sic), Cologne n’est pas brune (sic), Cologne est ouverte et tolérante ». De plus, la police allemande (dont certains ont les cheveux longs et des piercings) ne reste pas inactive… Trois de nos militants alsaciens sont arrêtés pour avoir repoussé des perturbateurs que la police avait laissé pénétrer dans les rangs de notre manifestation. Ils seront relâchés six heures plus tard…

 

A 11 h 00 : la réunion commence. Markus Beisicht, Filip Dewinter, Josep Anglada, Adriana Bolchini, Annick Martin prennent la parole. Harald Vilimsky, secrétaire général du Fpöe, rencontre un franc succès quand il s’adresse à la police : « Je vous suggère, si vous êtes amenés à faire usage de vos canons à eau contre les gauchistes, d’y rajouter de l’eau de Cologne ». Robert Spieler, après avoir transmis aux participants le soutien et le salut amical de Carl Lang, déclare, faisant référence à Charles Martel, à Isabelle la Catholique et à ceux qui repoussèrent les Turcs à Vienne : « Nos Patries, notre Europe sont occupées. Nous avons le devoir de libérer nos peuples ". Il conclura par cette formule chère à la NDP et  reprise avec enthousiasme par la foule : « Wir sind das Volk. Nous sommes le peuple ».

 

Nos amis allemands entonnent l’hymne national, avant le retour à Leverkusen.

 

Dimanche 10 mai :

 

Une énorme couverture de la manifestation par la presse. Des articles qui suintent la haine. La presse française, en comparaison de la presse allemande, est remarquable d’objectivité. C’est dire…

 

A 11 h 00, une dernière manifestation au cours de laquelle les orateurs européens prendront la parole est organisée à Bergheim. Aux cris de « Nazis raus » des extrémistes gauchistes et communistes, les partisans de Pro-Köln répliquent par « Stasi raus » ! Le système communiste de la RDA et son ex-police politique semblent en effet à bien des égards servir de modèle à une Allemagne qui démontre, jour après jour, qu’elle est sans doute le pays le moins démocratique d’Europe.

 

Merci aux 50 camarades français de la NDP et du MNR qui ont représenté dignement les forces nationales et identitaires de notre pays à ce rassemblement européen.

 

Honneur à Pro-Köln et aux valeureux résistants allemands !

 

  

PICT4883.JPG

 Au cours de la conférence de presse de vendredi : Robert Spieler apporte le soutien de la NDP à l'initiative de Pro Köln. A sa gauche, Harald Vilimsky, secrétaire général du FPoe autrichien, et Markus Beisicht, Président de Pro Köln.

 

PICT4951.JPG

 

 Au cours du rassemblement, Robert Spieler prend la parole. A droite : Filip Dewinter, porte-parole du Vlaams belang, député d'Anvers et initiateur de la campagne "Les Villes Contre l'Islamisation"...

 

2046869702.jpg

 

La police allemande bloque les accès au rassemblement. Ainsi, des centaines de militants nationaux et identitaires ne pourront pas rejoindre la manifestation de Pro Köln.

 

1859221360.jpg

 

 Malgré tout, une foule nombreuse et attentive assista le 9 mai au rassemblement européen.

 

banderole__RS_FS.JPG
Robert Spieler et François Ferrier, Conseiller régional de Lorraine, devant une banderole de la NDP.

 

 

 

Photographies du rassemblement : cliquez ici

 

Lire aussi :

 

Le Nouveau NH

 

Lionel Baland

19:15 Publié dans Europe | Lien permanent | Tags : cologne, allemagne, ndp, robert spieler, politique, islam | |  Facebook

jeudi, 07 mai 2009

Cologne : DERNIERES NOUVELLES...

Manifestation anti-islamisation de Cologne.

Samedi 9 mai à 11 h 00 : Dernières informations.

La manifestation européenne contre l'islamisation de notre continent aura bien lieu Barmerplatz à Cologne samedi à 11 h 00. L'organisation de la réunion place Roncalli, à proximité de la cathédrale, a été refusée par les autorités, de même que le défilé qui devait nous mener jusqu'au lieu où la grande mosquée sera érigée.

Par ailleurs, la contre-manifestation d'extrême-gauche a été interdite et la police semble, pour cette fois, extrêmement déterminée à permettre à notre manifestation de se dérouler dans le calme. Elle prévoit 6 000 contre-manifestants et a mis en place tout un dispositif (canons à eau...) pour les empêcher de perturber la réunion.

 TOUS A COLOGNE SAMEDI 9 MAI :

RESISTANCE IDENTITAIRE EUROPEENNE !

Rassemblez-vous derrière les banderoles de la NDP.

 

18:17 Publié dans Europe | Lien permanent | Tags : cologne, rfa, allemagne, politique, islam, robert spieler, ndp | |  Facebook