Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 05 janvier 2007

Les soupes au cochon : le Préfet Mutz et Guillaume Peltier (MPF)

medium_cochon.2.jpgLes soupes au cochon : le Préfet Mutz et Guillaume Peltier (MPF) :

Quand Jupiter rend fous ceux qu’il veut perdre…

 

L’obsessionnel Préfet Mutz, dont l’interdiction des soupes populaires à Paris a été annulée deux fois en moins de quinze jours  par le Tribunal Administratif se couche révérencieusement devant Bertrand Delanoë, grand indigné porcophobe et identitophobe, et saisit à sa demande le Conseil d’Etat.

Comme le relève Yves Darchicourt sur son site FN Douais, relayé par Synthèse Nationale, on apprenait dans le même temps que, dans le seul XIème arrondissement de  Paris, en 2006,  « 1100 agressions violentes furent commises par des « bandes de 3 à 7 personnes  (…) issues de l’immigration (…) âgées de 14 à 17 ans » (in Le Figaro 03/01/07).

 

On peut juger ainsi  quelles sont les priorités  de ce féal de Sarkozy.

 

Quant à Guillaume Peltier,  ancien Directeur national adjoint du FNJ et qui a, depuis, rejoint Villiers,  dont il est, paraît il, le numéro deux, il vient de  déclarer être « contre la soupe au cochon car celle-ci est une provocation inacceptable ». Pauvre garçon…

 

Je viens d’écrire à Philippe de Villiers pour lui dire que  dans ces conditions, il n’a pas à espérer qu’un seul militant identitaire, fût-il souverainiste, vote pour lui à la prochaine élection présidentielle.

 

Robert Spieler

www.robert-spieler.net

00:45 Publié dans France | Lien permanent | Tags : fn, alsace, d'abord, mpf, jpf, villiers, identitaires | |  Facebook

mardi, 05 décembre 2006

L’enquête–choc de Valeurs Actuelles : être de droite en 2007

medium_valeurs-actuelles.jpgLa bourgeoisie bobo contre le peuple

L’hebdomadaire Valeurs Actuelles présente à partir de cette semaine une nouvelle formule, modernisée et « droitisée ».

Une enquête réalisée auprès de son lectorat a en effet démontré que celui-ci attendait une radicalisation de sa ligne éditoriale. Il ne faut pas chercher très loin les raisons des difficultés de la presse française : une fadeur, une uniformisation, un respect insupportablement conformiste du politiquement correct font que les lecteurs s’en détournent de plus en plus au profit d’internet. Au contraire de ce qui se passe en Allemagne où l’offre est restée diverse, engagée et où par conséquent la presse prospère.

Valeurs Actuelles est certes agaçant par son ultra-libéralisme mais il s’engage aujourd’hui dans une intéressante évolution. Je ne parle pas des pages culturelles et historiques qui ont toujours été remarquables et qui se trouvent renforcées dans la nouvelle formule.

Un sondage IFOP réalisé par ailleurs sur les « attentes de l’électorat de droite » est lui aussi fort instructif.
On y découvre que 83% de ceux qui se reconnaissent comme tels (FN, UDF, UMP, MPF) sont partisans d’un revenu parental pour les mères au foyer, que 76% sont en faveur de la préférence européenne pour l’emploi, le logement et les prestations sociales et que 70% sont pour l’expulsion systématique des étrangers en situation irrégulière.

Autre constat qui n’est pas une surprise : les milieux populaires et notamment ouvriers se reconnaissent bien davantage dans ces priorités de « droite » que les milieux bourgeois.

La dimension majoritairement populaire du peuple de droite entraîne du reste une curieuse conséquence : 57% des électeurs « de droite » disent souhaiter l’application d’une réforme « de gauche », à savoir « le renforcement des sanctions à l’encontre des communes qui comptent moins de 20% de logements sociaux ». Le peuple de droite, en voie de paupérisation, réclame des logements sociaux !

Quelles conclusions en tirer ?

Les mouvements identitaires représentent un énorme potentiel électoral. Le système est à l’agonie. L’UMP et l’UDF ne relaient d’aucune façon les attentes de leur électorat en ce qui concerne les priorités vitales. A force de vouloir complaire à la gauche, à la Halde et aux divers lobbies, ils finiront par achever de déplaire aux électeurs qui leur restent encore.

Robert Spieler

09:50 Publié dans France | Lien permanent | Tags : valeurs, actuelles, politique, strasbourg, alsace, droite, ump | |  Facebook

mercredi, 22 novembre 2006

Epouvantable épreuve pour Philippe de Villiers.

medium_villiers.jpgEpouvantable épreuve pour Philippe de Villiers.
Mais jusqu’où le système ira-t-il
?

Son fils cadet accuse son frère aîné de l’avoir violé quinze ans plus tôt.
A quelques mois des présidentielles…
Le cadet accusateur s’était déjà singularisé, semble-t-il, par des comportements de mythomane.
Je ne voterai certes pas pour Philippe de Villiers (je doute de sa volonté de rompre avec le système, mais peut-être le fera-t-il vraiment après ces épreuves…) et qui doit sa présidence du Conseil Général de Vendée à l’UMP.
Mais, franchement, on peut se poser des questions… que de manipulations dans cette cinquième république agonisante.

- L’affaire Marckovic où de pseudos photos de partouzes impliquant Claude Pompidou furent diffusées pour créer le scandale et empêcher Georges Pompidou de prétendre à devenir Président de la République.
- L’affaire du juge Burgaud, où des dizaines de personnes furent accusées de pédophilie par une mythomane, relayée par un juge totalement incompétent.
- L’affaire Allègre où l’ancien maire de Toulouse, Dominique Baudis, fut la victime des pires accusations mensongères.
- Pour en revenir à une manipulation bien plus lointaine, rappelons nous l’affaire de l’assassinat du fils de Léon Daudet, il y a 75 ans. Il fut assassiné dans des conditions très obscures, et il est probable que les polices du système y jouèrent un rôle.
- Pensons aussi à Jean-Edern Hallier, dont Mitterrand disait qu’il était le plus grand écrivain de l’époque jusqu’à ce qu’il ose livrer les secrets du Régime (la fille de Mitterrand, etc…). Il fut persécuté de façon invraisemblable. A l’époque, je considérais qu’Hallier délirait, racontait n’importe quoi. La suite a démontré que j’avais tort. A signaler la parution d’un récent livre, aux éditions du Rocher, qui raconte ces étonnants épisodes.
- Je pourrais citer bien d’autres exemples…

J’ai eu de multiples occasions, dans mon métier ou dans ma vie politique de rencontrer des mythomanes et des manipulateurs. Je dois dire que les mythomanes sont assez fascinants. Il est totalement impossible de leur faire reconnaître leurs mensonges. S’ils sont coincés, ils changent de sujet ou réagissent de façon agressive.

Moi qui suis un sceptique absolu et que les théories complotistes ont toujours fait rigoler, j’en viens cependant à me dire que le système est prêt à tout pour défendre ses privilèges.


Robert Spieler

11:50 Publié dans France | Lien permanent | Tags : philippe, de, villiers, mpf, alsace, strasbourg, politique | |  Facebook

samedi, 28 octobre 2006

Quand Villepin veut éduquer le peuple

medium_Mire.jpgQuand Villepin veut éduquer le peuple

Téléviser les conseils des ministres !

On aura vraiment tout vu dans un système en totale décrépitude. La dernière invention de Villepin est particulièrement hallucinante : « que le conseil des ministres soit télévisé et que les Français puissent voir fonctionner en direct leur instance démocratique ».

Dans un pays où 40% des citoyens ne sont pas représentés car les systèmes électoraux dignes de républiques bananières les excluent, où les modes de scrutin changent au gré des intérêts de l’oligarchie dominante, entendre cela, c’est vraiment l’hôpital qui se moque de la charité.

Villepin insiste : «il faut ouvrir les portes et les fenêtres», pour pallier « l’ignorance de la vie et des responsabilités des élus et des ministres ».

Et voilà qu’il se prend pour Marie-Antoinette qui s’exprimait ainsi en 1789 : « s’ils n’ont pas de pain, qu’on leur donne de la brioche ». S’ils n’ont pas la démocratie, qu’on leur donne la télé !

Chiche ! Monsieur de Villepin, ouvrez les portes et les fenêtres afin que le peuple voie les insuffisances, l’incompétence, la vénalité et la lâcheté de votre système.

Mais quand même, imaginerait-on le Général de Gaulle ou François Mitterrand, qu’on les apprécie ou non, se vautrer ainsi dans une misérable démagogie pseudo démocratique ?

En 1789, un ministre de Louis XVI s’exclamait : « Sire, ce n’est pas une révolte, c’est une révolution ».

Oui, décidément, ce dont les français ont besoin, ce n’est pas d’une révolte, c’est bien d’une révolution. D’une révolution qui rende la parole au peuple, d’une révolution populaire et identitaire.

Robert Spieler

17:30 Publié dans France | Lien permanent | Tags : droite nationale, alsace, strasbourg, politique, de Villepin, chirac, sarkozy | |  Facebook

mardi, 24 octobre 2006

Clemenceau : mais pourquoi Le Pen va-t-il honorer le géniteur d’Hitler ?

Le Pen vient de se rendre en Vendée où il a honoré la mémoire d’un vendéen célèbre, en tous cas chez les historiens, Georges Clemenceau, que certains ont qualifié de « Père de la Victoire » en 1918.

 

Qui se souvient de Georges Clemenceau ? Et quel rapport avec Hitler et l’effondrement de la puissance européenne ?

Georges Clemenceau a failli terminer très tôt sa carrière politique, puisqu’il fut mêlé en 1892 au scandale financier de Panama. Toute une bande d’escrocs, avec à leur tête le « baron » « de » Reinach que fréquentait et protégeait Clemenceau, pilla la France de quelques centaines de millions de francs de l’époque.

Je ne résiste pas à l’envie de vous livrer cette phrase de Barrès, extraite de son livre « Leurs figures » : « Brillant fumier de cosmopolites, d’escrocs titrés et de grossiers insolents, cette Côte d’Azur que son public déshonore, voilà bien la patrie élue de ce faux baron de Reinach ».

Mais dans ce régime parlementaire pourri jusqu’à la moelle, il suffit d’une décennie pour que le peuple oublie (rien de changé depuis).

Clemenceau, anticlérical et franc-maçon fanatique, devait rebondir et jouer un rôle majeur dans l’effondrement de la puissance européenne.

Lorsque François-Joseph, Empereur d’Autriche et Roi de Hongrie disparaît en 1916, son successeur, Charles 1er de Habsbourg, conscient du désastre, entreprend des démarches visant une paix séparée qui aurait amené, si elle avait été acceptée, l’arrêt immédiat de la guerre et l’économie de 700.000 morts français et de 1.300.000 blessés.

Pierre de Meuse, dans son excellent article paru dans la revue d’Histoire « NRH » (à lire absolument), l’exprime très clairement : « Le vrai saboteur de la paix était Clemenceau qui mobilisa un acharnement surhumain à détruire la vieille Europe par volontarisme idéologique, par haine jacobine pour le pays qui représentait la quintessence de la tradition à ses yeux : l’Autriche-Hongrie ».

On connaît la suite : la défaite de l’Allemagne et la victoire à la Pyrrhus de la France, la révolution bolchevique. Le démembrement de l’Autriche-Hongrie, le Traité de Versailles : l’humiliation, la rage et la mort de notre vieille Europe.

 

Clemenceau donnait naissance à Hitler et une nouvelle catastrophe s’annonçait…

S’il y avait à organiser un procès de Nuremberg des grands criminels du XXème Siècle, je crois que Clemenceau y aurait sa place.

 

Robert Spieler

www.robert-spieler.net

PS : un point de détail : si l’anglais est devenu la langue diplomatique dominante, c’est grâce à Clemenceau, qui parlait parfaitement l’anglais (son épouse était américaine), et qui imposa cette langue dans les négociations d’après-guerre dans le seul but d’écarter des débats son rival Poincaré qui ne parlait pas cette langue.

 

PPS : Si j’avais à honorer des personnalités, ce serait Jaurès et Briand. Tous deux auraient pu empêcher cette guerre imbécile s’ils n’étaient pas tombés l’un sous les balles d’un fanatique nationaliste, l’autre sous les balles du fanatisme parlementariste.

04:00 Publié dans France | Lien permanent | Tags : spieler, alsace, clemenceau, france, fn, le pen, front national | |  Facebook

jeudi, 05 octobre 2006

Les expulser de Cachan ? Non, les expulser de France !

Catherine Trautmann soutient les clandestins de Cachan.

Les expulser de Cachan ?

Non, les expulser de France !

 

Cachan, le plus grand squat de France, 500 personnes, la plupart ivoiriennes ou maliennes, dont la moitié est en situation irrégulière ; des « sans-papiers »  pour la novlangue du politiquement correct, des clandestins pour la loi…

Rappelons la chronologie. Le 18 Mars, la police évacue le squat. Le maire socialiste leur ouvre un gymnase où 300 s’installent. Manifestations de soutien à l’appel des associations, des partis de gauche et des syndicats. Ils exigent le relogement de tous et la régularisation des clandestins. Grèves de la faim. 70 expulsés de Cachan sont invités au Stade de France par Lilian Thuram et Patrick Vieira, joueurs de l’équipe de France, à assister au match France- Italie.

Finkielkraut parlait d’une équipe de France black-black-black. Sans doute ces joueurs rêvent ils  d’un public idoine.

Le maire de Cachan, le pauvre…, souhaitait récupérer son gymnase pour la rentrée scolaire.

Le 4 octobre, le gouvernement officialise une mission de médiation par les présidents de la Licra, Patrick Gaubert et de SOS Racisme, Dominique Soppo. La boucle est bouclée. Gaubert ! La Licra ! Au secours !

Dans la soirée, l’association Terre d’Asile (Terre d’Asile… !) et Nicolas Sarkozy  signent un protocole d’accord, aux termes duquel les clandestins « bénéficieront  du dispositif d’accueil et de la protection de France Terre d’Asile en attendant l’examen de leur demande de régularisation ». Qui leur sera, bien entendu massivement accordée.

 

Le parti socialiste se félicite  « du  recul de Nicolas Sarkozy ».

 

Je m’en félicite aussi, dans une certaine mesure car cela permettra peut-être à certains naïfs d’ouvrir les yeux sur le vrai visage du matamore de Neuilly.

De nombreux artistes, des responsables politiques, des associations, ont signé la pétition « Ceux qui soutiennent Cachan », entendez ceux qui soutiennent la régularisation des immigrés clandestins. Parmi ceux-ci, Catherine Trautmann, ancien ministre et ancien maire de Strasbourg. Ca vous étonne ? Je lui suggère de mettre sa frénésie pétitionnaire en accord avec ses actes. Qu’elle accueille chez elle une ou deux familles maliennes. Et je suggère aussi à Sarkozy d’ouvrir Neuilly au monde…

Il n’y a pas de raison que seuls les quartiers populaires subissent l’invasion. Puisqu’ils veulent le partage, eh bien, partageons.

Robert Musil, remarquable écrivain autrichien du début du vingtième siècle, auteur de « L’homme sans qualité » avait inventé le terme de « cacanie » pour qualifier l’empire austro-hongrois décadent (en référence à « Königliche und Kaiserliche … »  c.a.d. Autriche-Hongrie royale et impériale ; François Joseph étant empereur d’Autriche et roi de Hongrie).

 

Je crois que le qualificatif de « cachanie » conviendrait bien à ce qu’est aujourd’hui devenue la France.

 

Robert Spieler

23:49 Publié dans France | Lien permanent | Tags : droite nationale, cachan, alsace, strasbourg, sarkozy | |  Facebook

dimanche, 14 mai 2006

Coût de l’immigration pour les Français : 50 milliards d’euros par an.

50 milliards d’euros. Ce chiffre représente 84% du déficit global de l’Etat. C’est le coût de l’immigration selon les calculs de Gérard Pince, ancien expert financier auprès de grands organismes internationaux comme la Banque mondiale et le FMI.

Cette analyse dont je vous recommande la lecture a paru dans la revue « La Voix des Français » (www.vdfr95.com) dirigée par Henry de Lesquen.


 On y apprend que plus de 30.000 familles polygames vivent sur notre terre.
La revue s’est amusée (si l’on peut dire…) à calculer ce que perçoit, sans travailler ni cotiser, un Rmiste africain ayant une femme légitime ayant six enfants et une concubine en ayant six aussi. En comptant les allocations familiales, Jeunes Enfants, Logement, RMI , Aide Parent isolé, etc… ,cette « famille » perçoit 7856,16 euros par mois, sans que personne ne travaille ni ne cotise.

L’immigration, « une chance pour la France » ?  Non, une calamité.

Source : www.robert-spieler.net

Précisions : L'article de Gérard Pince a été publié originellement dans les numéros 760 et 761 de MONDE et VIE. Rendons à César ce qui est à César !

22:10 Publié dans France | Lien permanent | |  Facebook

mercredi, 10 mai 2006

La lâcheté de la classe politique face aux insultes de Bouteflika.

Le Président algérien Bouteflika vient une fois de plus de dépasser les limites de la décence. Après avoir été soigné au Val-de-Grâce  nonobstant ses insultes répétées en toute impunité à l’encontre de la France, accusée de façon récurrente de racisme, de colonialisme, d’exploitation éhontée du Peuple algérien, celui-ci réitère son exigence : la France doit demander pardon. Pardon pour la colonisation de l’Algérie, pardon pour son exploitation.
Aucun responsable politique n’a manifesté son indignation. Il est vrai que Chirac rêve de signer un traité d’amitié avec l’Algérie, qui serait sans doute le couronnement de sa présidence…
J’ai toujours pensé que la colonisation avait été une grave erreur.
Prétendre apporter la civilisation aux « races inférieures », comme l’exprimait Léon Blum à la tribune de l’Assemblée Nationale procède d’une insupportable arrogance. Oui, la colonisation fut à l’origine une idée de « gauche », soucieuse de diffuser les Lumières et les Droits de l’Homme à l’humanité entière avec ce que cela implique de mépris pour les autres cultures et les autres civilisations. Nous voyons aujourd’hui les conséquences sur notre terre.
L’Algérie n’est certes pas restée française, mais la France elle, est en passe de devenir algérienne ou africaine.
La France a-t-elle exploité l’Algérie ? Non, ce fut l’inverse.
Un récent travail universitaire analysé par Bernard Lugan dans l’excellente « Nouvelle Revue d’Histoire » le détaille. En 1959, toutes dépenses confondues, l’Algérie engloutissait 20% du budget de l’Etat Français, soit davantage que les budgets additionnés de l’Education Nationale, des Travaux Publics, des Transports, de la Reconstruction et du Logement, de l’Industrie et du Commerce !
Grâce au dévouement du corps médical, la population doublait tous les 25 ans, alors que depuis 1935, l’Algérie n’était plus en mesure de nourrir sa population. Les Français payaient pour les Algériens, fussent ils encore Français…
Comme le relève Bernard Lugan : « Quels intérêts la France avait-elle à défendre en Algérie pour s’y ruiner avec une telle obstination ? Economiquement aucun ! »
Même si l’abandon de l’Algérie fut mené de façon de façon honteusement cynique par De Gaulle, abandonnant les pieds noirs après leur avoir juré « Je vous ai compris », abandonnant de façon ignominieuse les Harkis au couteau des bouchers, il avait raison quand il disait à Peyrefitte « Je ne veux pas que Colombey-Les-Deux Eglises devienne Colombey-Les-Deux-Mosquées. »
Comment De Gaulle aurait il répliqué à l’arrogance  du nain d’Alger ? Rêvons un peu… Comme Charles X …?
 

10:20 Publié dans France | Lien permanent | |  Facebook

mercredi, 03 mai 2006

Ni immigration subie, ni immigration choisie ! L’Alsace doit rester alsacienne, la France française et l’Europe européenne !

medium_immigration.jpgGourevitch, dans son essai « La France Africaine », démontre que d’ici quarante ans, la majorité des naissances dans nos maternités seront allogènes, c'est-à-dire non européennes.
Un chiffre effrayant, qui démontre qu’il n’est nul besoin de gigantesques flottilles de bateaux remplis d’immigrés pour envahir l’Europe , comme l’imaginait Jean Raspail, dans son livre prémonitoire,« Le Camp des Saints », paru il y a près de trente ans,. Lisez ce livre, et lisez celui de Gourevitch. Soit vous irez vous réfugier au Canada ou en Australie, soit vous rejoindrez le camp des résistants, ce que j’espère.

L’immigration « choisie » est le dernier avatar de ceux qui, depuis 40 ans oeuvrent consciemment ou inconsciemment à la destruction de la France et de l’Europe.

L’immigration dite « subie » fut en réalité une immigration voulue :

Voulue par un certain patronat qui voyait là dans les années 70 la possibilité d’obtenir une main d’œuvre à faible coût, docile et peu sensible aux sirènes des syndicats.
Quand le Japon faisait le choix de l’automatisation et de la robotisation, pour éviter l’afflux massif d’une immigration dont il ne voulait pas, des entreprises françaises choisissaient d’importer de nouveaux esclaves générateurs de profits immédiats, tout en laissant l’ardoise aux générations suivantes.
Avec la complicité de gouvernements peuplés d’énarques, de banquiers et de hauts fonctionnaires dont les cousins et les clones colonisaient les grandes entreprises.
Je ne peux en vouloir à des immigrés attirés par ce qu’ils considèrent être un Eldorado. Si nous étions à leur place, sans doute ferions nous pareil.

J’en veux à cette classe politique de gauche ou de droite qui a ouvert les frontières de la France et de l’Europe, transformant la substance même de nos peuples.
Le regroupement familial, décidé par Chirac, Premier Ministre de Giscard en 76, fut une ignominie.
Une immigration de travail, même contestable, se transformait en immigration de peuplement.
Paul Valery expliquait la décadence de Rome par ces mots : «Un jour, Rome ne fut plus dans Rome », faisant référence à l’octroi de la nationalité romaine aux barbares, c’est-à-dire à ceux qui n’étaient pas Romains.
Le simple fait de prendre la peine de naître sur le sol de France donne droit à la nationalité française (un français né en Papouasie ne sera évidemment jamais papouasien). De gauche et de droite, ils en sont fiers (la France, la République, les Droits de l’Homme, l’Humanisme, etc.…, etc.… ». Seuls les mouvements identitaires, tels le Front National, Alsace d’Abord, les Identitaires, et quelques autres s’y opposent. Vous avez dit décadence ?
Quant au droit de vote des immigrés non européens que défend la gauche… et bientôt une certaine droite terrorisée par les lobbys, par le politiquement correct…
Une immigration choisie ? C’est le dernier gadget de Sarkozy. Sans doute, considère-t-il comme une suprême habileté de donner à un électorat abruti par la propagande des médias la possibilité de « choisir » plutôt que de « subir » l’immigration.

Sarkozy est en réalité un ennemi acharné de notre identité, comme j’ai pu le démontrer dans un texte précédent.
Quel besoin d’une immigration « choisie » quand la France compte près de dix millions de chômeurs ? Cette immigration « choisie » se rajoutera à l’immigration « subie », se multipliera par la grâce du regroupement familial.
Certes, certaines professions peinent à trouver des compétences Mais la faute à qui, si ce n’est à une Education Nationale qui forme des psychologues là ou nous avons besoin d’ingénieurs des Travaux Publics, et qui forme des sociologues là ou nous avons besoin d’informaticiens.
Qu’on réforme l’Education Nationale, qu’on forme des compétences dont la France a besoin et non pas des chômeurs de niveau Bac plus 8. Qu’on redonne à l’apprentissage dès l’âge de 16 ans la possibilité de former de vraies compétences, et qu’on cesse de fixer pour objectif d’accorder à 90% des jeunes un diplôme qui se transforme en chiffon de papier.

Et enfin, quel mépris à l’encontre du Tiers-Monde… Leur pomper leurs informaticiens, leurs médecins, leurs infirmières… Leur piquer leurs élites, dont ils ont tant besoin…

Je vous le dis tel que je le pense : ceux qui font çà sont de méprisables cyniques Des cyniques vis-à-vis de leur Peuple. Des cyniques vis-à-vis du Tiers-Monde.






08:00 Publié dans France | Lien permanent | |  Facebook

lundi, 01 mai 2006

Douste-Blazy, un Mickey emblématique du Régime.

medium_mickey.jpgParmi tous les Mickeys qui peuplent une Chiraquie à l’agonie, il en est un qui vaut son pesant de cacahouètes.
Douste Blazy, ministre des Affaires Etrangères de la France est un incroyable concentré d’amateurisme, d’incompétence et de bêtise. Mais qu’il est drôle !

Il confond Taïwan et la Thaïlande, la Croatie et le Kosovo ( dixit Le Monde). Il ne parle pas anglais, ce qui est quelque peu fâcheux dans le monde de la diplomatie.


Il y a quelques temps, Condoleezza Rice a fait appeler son cabinet. C’était un vendredi, et Douste était en déplacement dans sa circonscription de Toulouse. Sans traducteur, ni conseiller diplomatique. Qu’à cela ne tienne : « Rappelez Lundi », fut la réponse du Quai d’ Orsay, à la stupeur de Washington.
A lire le « Monde » ,il se serait montré tellement flou, tellement filandreux lors du débriefing qui a suivi un dîner important à l’ ONU, que les diplomates ont du réclamer un compte rendu… à son collègue britannique.
D’autres anecdotes circulent sur le personnage. Il parait qu’il ignorait que les Antilles fussent françaises.
Mieux encore : en visite à Jérusalem dans le Musée Yad Vashem sur la Shoah, il a marqué un temps d’arrêt devant la carte d’Europe qui présente chaque pays en deux colonnes figurant l’importance des communautés juives , avant et après la seconde guerre mondiale.
Etonnement de Douste : « Il n’y a pas eu de juifs tués en Angleterre ? » Réponse gênée du conservateur « Mais, Monsieur le Ministre, l’Angleterre n a pas été occupée par les nazis »
Et Douste qui n’en démord pas « Mais il n’y a pas eu de juifs expulsés d’Angleterre ? »
Ne nous étonnons pas si son surnom dans le monde policé de la diplomatie est : « Le Condorcet » et le « Mickey d’Orsay ».

Une bonne nouvelle, cependant.
Contrairement à ce que d’aucuns ont pu affirmer quant à ses mœurs (mais cela ne nous regarde pas…), il a démontré dans la nuit du 31 Décembre dernier que les actions viriles ne lui faisaient pas peur. Une violente scène de ménage avec sa compagne , la réalisatrice de télé Dominique Cantien (c’est une femme) devait faire près de 40.000 euros de dégâts dans la luxueuse suite de la Mamounia à Marrakech.
Le problème, c’est qu’elle a pris le dessus et que notre Mickey d’ Orsay s’est retrouvé en très petite tenue dans le couloir de l’hôtel, avant de se réfugier dans la chambre d’un de ses gardes du corps.
J’imagine les tranches de rigolade que les diplomates américains, chinois ou papouasiens doivent se payer quand ils rencontrent l’oiseau (déplumé).
On disait de Gérald Ford, ancien Président des Etats-Unis qu’il ne savait pas marcher et mâcher un chewing-gum en même temps.
Douste-Blazy, lui, ne sait pas réfléchir et penser en même temps. Il est à l’image du système.

Ce Régime s’effondrera, non seulement dans le scandale, mais dans un gigantesque éclat de rire.

Robert Spieler

09:31 Publié dans France | Lien permanent | |  Facebook