Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 02 octobre 2012

Dimanche 11 novembre, à Paris : 6e journée de Synthèse nationale

114309994.jpg

11:33 Publié dans Politique | Lien permanent | |  Facebook

mercredi, 19 septembre 2012

Dimanche 11 novembre, à Paris, 6e Journée nationale et identitaire de Synthèse nationale...

SN 6 JNI 1ere annonce.jpg

12:04 Publié dans Politique | Lien permanent | |  Facebook

lundi, 11 juin 2012

Elections législatives : analyse des résultats de l'Union de la Droite Nationale

2593986230.jpgPar Robert Spieler

Délégué général de la NDP

70 candidats étaient présentés sous l'étiquette Union de la Droite Nationale, rassemblant le Parti de la France, le MNR et la Nouvelle Droite Populaire. Seuls 25 ont dépassé le seuil des 1%, dont Fernand Le Rachinel (3,25%), Pierre Chabot et Myriam Baeckeroot (1,53%), Jacques Dautreme (2,09%) et Eric Vilain, soutenu par l'UDN, qui obtint 4,09% en Moselle face à l'énarque mariniste parachuté Florian Philippot.

L'UDN a dépassé dans quasiment toutes les circonscriptions les scores du NPA, de Lutte Ouvrière et de Debout la République. Il n'en demeure pas moins que le slogan « La France aux Français » qui figurait sur les bulletins de vote et les professions de foi n'a hélas pas tout à fait eu l'impact espéré.

Ce slogan traduisait clairement notre refus de l'invasion que subit la France d’une part et de sa soumission aux diktats mondialistes d’autre part. Il figurait déjà, au XIXe siècle, en sous-titre du journal de Drumont, La libre parole et avait été repris plus tard par Charles Maurras. Il fut remis à l’ordre du jour dans les années 70 en devenant le slogan de l’œuvre française et, à la fin des années 1980, un groupe, en rupture avec le Front national, l'avait utilisé avec succès dans ses campagnes électorales, le complétant certes par « Trop d'immigrés ». Il obtint jusqu'à 10% des suffrages. Le fait que ce slogan ait moins de succès aujourd'hui traduit sans doute malheureusement un affaiblissement de la conscience identitaire et ethnique de notre peuple.

Ce n'est évidemment pas une raison de se décourager. Notre premier devoir est de redonner cette conscience aux Français et aux Européens. Le combat continue.

23:32 Publié dans Politique | Lien permanent | |  Facebook

jeudi, 03 mai 2012

Samedi 12 mai, VIe Conseil national de la Nouvelle Droite Populaire à Paris...

NDP 2012 05 12 VI Conseil nat..jpg

Inscrivez-vous : ndp@club-internet.fr

Prenez votre carte 2012 à la NDP cliquez ici

23:55 Publié dans Politique | Lien permanent | |  Facebook

Appartenons-nous au Système ? Voulons nous intégrer le Système ?

Photo 001.jpgPar Robert Spieler

 

Je m'exprime ici en tant que chroniqueur de Rivarol et à titre personnel.Le camp national et nationaliste est divisé quant au vote pour le second tour : voter Sarkozy ou s'abstenir ? Soyons lucides. Certaines prises de position s'expliquent par des raisons non avouées, et non par le supposé intérêt de la France. En toute objectivité, le Front national a fortement intérêt à voir Sarkozy battu, et donc Hollande élu. Pour deux raisons : la première est connue. La défaite de Sarkozy ferait probablement exploser l'UMP et donnerait à Marine Le Pen et au FN une position importante dans l'opposition à la gauche. La seconde raison est moins connue, mais d'une extrême importance quant à l'avenir du FN. Sarkozy a, en effet, fait voter une loi modifiant le scrutin des élections régionales. Le nouveau mode de scrutin ne laisserait aucune chance au FN qui perdrait la quasi-totalité de ses élus régionaux, avec les conséquences tant financières que d'implantation que l'on devine. Ajoutons aussi que le FN serait bien en peine pour recueillir les 500 parrainages pour pouvoir présenter sa candidate à la prochaine élection présidentielle, s'il ne disposait pas d'un matelas solide d'élus régionaux. Jamais Marine Le Pen n'aurait pu être candidate à cette élection sans ses 120 conseillers régionaux. François Hollande a d'ores et déjà annoncé qu'il reviendrait à l'ancien système. Il est donc tout à fait logique que le FN n'appelle pas à voter Sarkozy et prône le vote blanc ou l'abstention, à défaut bien sûr de pouvoir appeler à voter pour le candidat socialiste.

 

A contrario,on peut soupçonner certains nationaux opposés à Marine Le Pen, et qui appellent à voter Sarkozy au prétexte de vouloir « barrer la route aux socialo-communistes » et d'empêcher Hollande de mettre en place certaines mesures annoncées, tel le droit de vote des étrangers aux élections locales, de poursuivre un tout autre objectif, non avoué: celui d'affaiblir durablement le Front national.

 

Mais peu importent les calculs et les arrière-pensées des uns et des autres. La position de la Nouvelle Droite Populaire (voir communiqué), dont je suis le délégué général, est de ne pas choisir et de laisser entière liberté de vote à ses adhérents. Il n'est évidemment pas question cependant de voter Hollande...J'ai expliqué dans ce communiqué les raisons pour lesquelles les nationalistes ont toutes les raisons de ne pas faire confiance en Sarkozy. A chacun de décider, en âme et conscience...

 

Pour ma part, je m'abstiendrai. Je refuse de me laisser impressionner par l'argument que développent certains. A les écouter, la « droite » serait préférable à la « gauche ». Ne pas voter Sarkozy serait pratiquer la politique du pire. Quand je vois les résultats de la « droite » en termes d'immigration, d'insécurité, de fiscalisme et de politique étrangère, quand je constate sa soumission aux lobbys et l'alignement de la France sur les intérêts des Etats-Unis et d'Israël, je n'ai d'autre choix que de m'abstenir.

 

Il faut nous poser la question : appartenons-nous au Système ? Voulons nous intégrer le Système ?

 

Ou voulons nous abattre ce système à détruire les peuples et nos identités ? A chacun de formuler sa réponse.

 

Article publié dans le n°3042 de Rivarol en vente ce vendredi (3,50 €) chez votre marchand de journaux ou en cliquant ici.

 

23:52 Publié dans Politique | Lien permanent | |  Facebook

jeudi, 01 mars 2012

Samedi prochain, 3 mars, TOUS AVEC CARL LANG A PARIS !

CL 3 mars 2012.jpg

10:10 Publié dans Politique | Lien permanent | |  Facebook

lundi, 20 février 2012

TOUS A PARIS SAMEDI 3 MARS AVEC CARL LANG, ROBERT SPIELER, ROGER HOLLEINDRE, FERNAND LE RACHINEL, YANN PHELIPPEAU ET L'UNION DE LA DROITE NATIONALE !

RS Carl 3 mars 2012.jpg

14:19 Publié dans Politique | Lien permanent | |  Facebook

lundi, 13 février 2012

Conférence de Synthèse nationale à Paris samedi 11 février : vers la reconstruction du mouvement national..

Samedi 11 février, tout au long de l’après midi, Synthèse nationaleorganisait à l’Espace Dubail à Paris une conférence sur l’évolution de la droite nationale entre 1968 et 2012. Sujet qui tombe en plein dans l’actualité à quelques mois de la présidentielle et des législatives. Plus de 150 personnes ont assisté à cette conférence.

Pourquoi avoir décidé de prendre 1968 comme année de départ de cette conférence ? Tout simplement parce que, en 1968, la Droite nationaliste était au fond du gouffre, sans structures ni mouvements capables de récupérer « les évènements » qui marquèrent les mois de mai et juin de cette année là.

IMG_8494.JPG

Thomas Joly, Robert Spieler, Roland Hélie et Jérôme Bourbon

(Photo Altermedia)

Tout d’abord, Roland Hélie, directeur de Synthèse nationale, a fait un historique du mouvement national depuis cette date. Il expliqua comment la Droite nationale, après bien des péripéties, a fini, au début des années 80 à sortir de la marginalité. Cette sortie de la marginalité étant l’aboutissement d’années de travail des militants des différentes organisations qui avaient maintenu le flambeau pendants cette période

Deuxième intervenants, Jérôme Bourbon, le directeur de Rivarol, se livra à une brillante analyse de la situation politique actuelle. Mettant en garde les nationaux sur l’éventualité de l’arrivée de François Hollande à l’Elysée, arrivée au pouvoir qui se traduirait par l’attribution du droit de vote aux étrangers, la légalisation des mariages homos, l’augmentation de la fiscalité… Notre refus de Sarkozy ne doit pas nous conduire à une admiration subite pour Hollande a indiqué l’éditorialiste de l’hebdomadaire de l’opposition nationale et européenne. Pour lui, la Droite nationale ne doit pas non plus se laisser abuser par les problèmes que rencontre la candidate Marine Le Pen pour rassembler ses signatures. La situation dans laquelle se trouve le FN n’est que la résultante de l’incapacité et des erreurs accumulées de sa direction actuelle. Celle-ci porte une large part de responsabilité en ayant cru que la dédiabolisation et la quête effrénée de la respectabilité auraient suffit pour faire de Mme Le Pen une candidate crédible. A la trahison du FN, il est temps de proposer aux nationaux, aux nationalistes et aux identitaires, une alternative. Celle-ci est en train de s’organiser autour de l’Union de la Droite Nationale. S’il y a un exemple à suivre en Europe aujourd’hui, c’est vers la Hongrie qu’il faut tourner les yeux : Jobbik, le parti nationaliste magyar, qui refuse toutes compromissions avec le Système et la dictature de la pensée unique, nous montre la voie à suivre…

Cette nouvelle espérance que représente désormais l’Union de la Droite Nationale, c’est Thomas Joly, le jeune et dynamique secrétaire général du Parti de la France, qui l’incarnait à la tribune. Au cours de son discours chargé d’espoirs, il enflamma l’assistance en annonçant que Carl Lang venait de passer la barre des 250 promesses de signatures. Il faut redoubler notre effort et bientôt nous pourrons peut être ainsi relever le défis. Et, quoiqu’il en soit, au-delà de la Présidentielle, c’est sur le long terme que nous devons inscrire notre action. Le combat électoral, indispensable certes, ne peut être victorieux que s’il est accompagné par le combat culturel et le combat social. Tout est à refaire, c’est à cette tâche indispensable, si l’on veut que la France et l’Europe continuent à exister en tant que telles, que nous allons nous atteler. Après la partie historique de cette conférence de Synthèse nationalefaite par Roland Hélie et après l’analyse politique de Jérôme Bourbon, Thomas Joly a démontré pourquoi le combat pour rendre la France aux Français était plus nécessaire que jamais.

Une pose d’une demi-heure au cours de laquelle les participants purent visiter les stands présents (celui de Synthèse nationale et la Nouvelle Droite Populaire, efficacement tenu par Phillip Graf, bien sûr, mais aussi Terre et peuple, Troisième voie qui présentait son nouveau mensuel Salut public, les journaux Rivarol et  Militant), acheter et se faire dédicacer le nouveau livre de Jean-Claude Rolinat, Salazar le regretté… consacré à la vie du chef du Portugal nationaliste (Les Bouquins de Synthèse nationale, 156 pages, 18,00 €) ainsi que le livre que vient de consacrer Anne Kling à la curieuse évolution du Front national (FN : tout ça pour ça… Editions Mithra, 250 pages, 18,00 €). Parmi le public, notons la présence de Pierre Sidos, fondateur de l’Œuvre française, Gabriele Adinolfi, directeur de l’institut romain Polaris, François Ferrier, membre de la direction nationale de la NDP, de Pierre Descaves, ancien député, de Jean-Paul Chayrigues de Olmetta, le Marquis écrivain et journaliste…

IMG_8496.JPG

Pierre Vial, Robert Spieler, Anne Kling et Roland Hélie.

(Photo Altermedia)

La seconde partie de la conférence débuta par l’intervention de Pierre Vial, Président de Terre et peuple. Celui-ci rappela le rôle déterminant joué, au cours des années 70 et 80, dans la reconquête culturelle par ce qui fut alors appelé la Nouvelle Droite. Pierre Vial sait de quoi il parle puisqu’il était secrétaire général du GRECE, la formation centrale de cette Nouvelle Droite. Il insista, non sans raisons, sur la nécessité de doter l’Union de la droite nationale d’un laboratoire d’idées digne de ce nom qui regrouperait toutes les compétences issues des différentes composantes de l’UDN, ainsi que, éventuellement, des spécialistes venus d’ailleurs afin de constituer le socle idéologique de ce que sera la Droite nationale de demain. Cette idée suscita l’enthousiasme de l’auditoire et  Pierre Vial s’est proposé de la présenter, dans les semaines qui viennent, aux dirigeants des différents mouvements membres de l’Union. Voilà un projet concret qui mérite d’être réalisé. Cela évitera peut être dans l’avenir toutes les dérives du type de celles auxquelles on assiste actuellement au FN.

Le FN justement… Il était difficile d’envisager une telle réunion sans en parler. Pour cela, nous avons invité Anne Kling, écrivain qui a déjà écrit plusieurs ouvrages qui font références, en particulier sa remarquable France licratisée, publiée en 2007 (Editions Mithra, 251 pages, 18 €), qui démonte complètement le système de l’officine antiraciste à la solde du communisme international. Lors de la sortie de ce livre, Synthèse nationale avait organisé une conférence à paris et Anne Kling est intervenue à plusieurs de nos journées nationales et identitaires annuelles. Interrogée par Robert Spieler, chroniqueur à Rivarol et Délégué national de la NDP, Anne Kling démontra point par point comment les différentes étapes de la dédiabolisation orchestrée par Marine Le Pen depuis 2002 ont conduit le FN à rompre avec ce qui était sa raison d’être : incarner politiquement la Droite nationale française. Aujourd’hui, n’en déplaise à certains, le FN n’a plus aucune légitimité au sein de notre famille politique. Son discours et ses mœurs le place aux antipodes de notre conception des choses. La lecture du livre d’Anne Kling est indispensable à quiconque veut comprendre cette funeste évolution...

Plus que jamais l’émergence d’une force nouvelle capable de redonner sa place et toute sa place à la Droite nationale est indispensable pour notre pays. C’est dans cette perspective que, depuis sa création en 2006, Synthèse nationale œuvre quotidiennement.

Pour vous procurer le livre d'Anne Kling, ou celui de Jean-Claude Rolinat, cliquez ici

10:56 Publié dans Politique | Lien permanent | |  Facebook

lundi, 19 décembre 2011

Mercredi 14 décembre, réunion de la Nouvelle Droite Populaire à Paris avec Carl Lang...

SDC11980.JPG

Robert Spieler, Carl Lang, Roland Hélie et Philippe Graff.

Par Synthèse nationale

Mercredi 14 décembre, la dynamique délégation francilienne de la Nouvelle Droite Populaire, animée par Philippe Graff, organisait une réunion dans le salon d'un grand Hôtel parisien du quartier de l'Opéra. L'invité d'honneur de cette belle soirée n'était autre que le candidat de la Droite nationale à la présidentielle Carl Lang.

Dès 19 h 30, le salon était presque plein et les nationalistes continuaient à arriver. Après les chaleureux remerciements de Philippe Graff à son public, Roland Hélie, directeur de la revue Synthèse nationale et secrétaire national de l'Union de la Droite Nationale, retraça les activités du mouvement depuis la rentrée de septembre Le point culminant de cet automne militant fut incontestablement la belle réussite de la 5e journée de Synthèse nationale le 11 novembre dernier à Paris. Mais, sur le plan politique, l'annonce de la candidature de Carl Lang à la présidentielle de 2012 et la création de l'Union de la droite nationale (UDN), le 8 novembre, furent des moments essentiels.

Robert Spieler, délégué général de la Nouvelle Droite Populaire et chroniqueur à Rivarol, se livra, pour sa part à une habile dénonciation de la dédiabolisation engagée par le FN mariniste. Il faut dire que le récent voyage du secrétaire général de ce mouvement en Israël tombe à pic pour donner des arguments à Robert Spieler : "Si j'étais juif, je serais probablement sioniste, si j'étais Palestinien, je serais certainement dans la résistance palestinienne, mais il se trouve que je suis français et européen alors je n'ai pas à choisir entre ces deux camps étrangers à ma culture et à mon identité. Je me bats, nous nous battons pour la France et pour l'Europe" s'exclama sous les applaudissements d'une salle conquise le dirigeant de la NDP.

Puis ce fut au tour de Carl Lang de prendre la parole pour exposer le sens profond de sa candidature à la présidentielle. Avec talent et détermination le président du Parti de la France présenta aux militants de la NDP les grandes lignes de son projet pour la France. Carl Lang, qui a été pendant quinze ans député européen, sait de quoi il parle lorsqu'il évoque la crise qui traverse notre continent. Les solutions qu'il préconise sont sérieuses et élaborées. Cela change des discours simplistes à l'emporte pièce et sans fondement idéologique trop souvent entendu dans le clan mariniste.

Après son discours, un débat d'une très haute tenue s'instaura entre Carl Lang, Robert Spieler et la salle. Il fut question de l'Euro, de la colonisation de notre continent, de la recherche des signatures, du droit de vote aux étrangers, de la Grèce, de la nécessité de rétablir un protectionnisme européen... Autant de sujets qui passionnent l'assistance et auxquels Carl Lang apporta des réponses qui enthousiasmèrent la salle.

La soirée se termina par un pot amical au cours duquel les militants purent échanger leurs impressions. De nombreuses nouvelles adhésions furent enregistrées.

 

SDC11992.JPG

 

SDC11984.JPG

 

17:47 Publié dans Politique | Lien permanent | |  Facebook

samedi, 10 décembre 2011

Mercredi prochain, 14 décembre, à Paris, réunion de la Nouvelle Droite Populaire avec comme invité Carl Lang...

287900830.jpg

14:58 Publié dans Politique | Lien permanent | |  Facebook