Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 08 mai 2007

Strasbourg, 8 mai :

medium_PICT0037.JPGJeune Alsace et Alsace d’Abord rendent hommage aux combattants alsaciens et européens morts dans ces guerres absurdes qui ont ruiné notre civilisation.

Une commémoration a eu lieu en présence d’une centaine de militants, dont la moitié de jeunes, sous une pluie battante devant le magnifique et émouvant monument aux morts de Strasbourg, représentant une mère alsacienne tenant dans ses bras ses deux fils qui se donnent la main, tombés l’un sous l’uniforme français, l’autre sous l’uniforme allemand.

medium_PICT0044.JPG

Un hymne à la réconciliation européenne.

Aux côtés d’une rangée de militants tenant les drapeaux Rot un Wiss (rouge et blanc) de l’Alsace identitaire, le secrétaire général départemental de l'UNC (Union nationale des combattants), le Général Voelckel, Commandeur de la Légion d’Honneur et Robert Spieler, Président d’Alsace d’Abord, prenaient la parole.

Le Général Voelckel devait rappeler le sort des malgré-nous, ces soldats alsaciens obligés de combattre sur le front de l’Est et qui, prisonniers des soviétiques, moururent massivement dans les camps de concentration comme Tambov, sans que le gouvernement français de De Gaulle n’ose intervenir fermement pour leur libération, par crainte de déplaire à ses alliés soviétiques. Le Général Voelckel devait ensuite poser la question de fond : « mais qu’a fait l’Europe de sa liberté ? » Inféodée aux Etats-Unis, faible et soumise aux lobbies mondialistes, que pèse aujourd’hui cette Europe des nains de Bruxelles ?

medium_general.2.JPG

Robert Spieler rappelait les raisons de cette guerre abominable et décrivait la responsabilité de Clémenceau dans le déroulement de la première guerre mondiale et de ses conséquences. Le refus de Clémenceau de conclure une paix séparée en 1916 avec l’Autriche-Hongrie, entraîna quelques centaines de milliers de morts supplémentaires. La haine de Clémenceau à l’encontre de l’Empire avec pour conséquence son démembrement, ainsi que les conditions humiliantes du traité de Versailles, préparèrent l’arrivée au pouvoir d’Hitler.

medium_C10.jpg

Mais Robert Spieler devait aussi analyser les conséquences de l’après-guerre : 40.000 alsaciens déportés au Struthof, à Metz Queuleu et même en Bretagne sur la foi de dénonciations, la plupart fausses. Il n’y eut en définitive que 8.000 condamnations. Des familles honorables furent brisées, réduites à la misère. L’enseignement de l’allemand fut strictement interdit. A la germanisation fanatique des années 40-45, succéda une francisation tout aussi fanatique. On envisagea même la déportation hors d’Alsace de villages entiers qui avaient exprimé une sympathie trop marquée pour une Alsace allemande. Dans les trams strasbourgeois fleurissaient des affiches « Il est chic de parler français » et les petits alsaciens qui parlaient leur langue dans les cours d’école se retrouvaient humiliés avec un bonnet d’âne.

Les conseils généraux finirent par réagir et obtinrent en 1947 la possibilité d’un enseignement de deux heures d’allemand par semaine, à condition que les maîtres fussent d’accord. 50% d’entre eux refusèrent, alors que 85% des parents le souhaitaient.

Les drapeaux Rot un Wiss qui fleurissaient en Alsace depuis le XVIII ème siècle et qui illustrent les dessins de Hansi disparurent. Le magnifique chant « O Strassburg, o Strassburg, du wunderschöne Stadt » disparut lui aussi. Personne n’osait plus arborer ce drapeau, chanter cet hymne que des autonomistes pro allemands avaient chanté.
Mais le drapeau tricolore ne fut-il pas arboré par le régime de Pétain et par la milice ? Et la Marseillaise chantée par les collaborateurs de l’ordre nouveau ? Ni le drapeau tricolore ni la Marseillaise n’avaient pour autant disparu au lendemain de la guerre.

Nous avons décidé de réhabiliter notre héritage culturel. Dorian chanta « O Strassburg » devant une haie de drapeaux Rot un Wiss, puis nous déposâmes une gerbe de roses rouges et blanches au pied du monument aux morts.

Hommage à tous nos morts. Hommage à nos libertés.

Vive l’Alsace.

Robert Spieler

21:30 Publié dans Strasbourg | Lien permanent | Tags : commémoration, politique, alsace, 2007, spieler | |  Facebook

lundi, 07 mai 2007

Notre devoir de mémoire

Jeune Alsace et le mouvement régionaliste Alsace d’Abord rendront hommage aux combattants des absurdes guerres civiles européennes du XXème siècle lors d’une cérémonie qui se tiendra devant le monument aux morts, Place de la République à Strasbourg, ce mardi 8 mai à 15 h 30.

A cette occasion, Robert Spieler, Président d’Alsace d’Abord et le Général (cr) Voelckel, Commandeur de la Légion d’honneur, prendront la parole pour évoquer le devoir de mémoire envers les Malgré-nous et en appeler à la nécessaire union des peuples d’Europe.

 

 

Robert Spieler

Président d'Alsace d'Abord

14:45 Publié dans Strasbourg | Lien permanent | |  Facebook

mercredi, 02 mai 2007

Rendez-vous le 8 mai à 15H30, Place de la République à Strasbourg

medium_monument_aux_morts.jpg

Je donne rendez-vous à tous le mardi 8 mai à 15 h. 30 devant le monument aux morts de Strasbourg (Place de la République) pour rendre hommage à tous les combattants et à tous les morts de ces guerres civiles européennes criminelles. Nous exprimerons, au-delà de nos différences, notre volonté de défendre nos identités, toutes nos identités alsacienne, française et européenne.

 

Espérance et Résistance !

 

Robert Spieler

20:15 Publié dans Strasbourg | Lien permanent | Tags : 1945, 2007, spieler, strasbourg, politique, alsace, europe | |  Facebook

jeudi, 22 mars 2007

Keller, Grossmann : 6 ans ça suffit !

A un an des élections municipales, il est temps de faire un bilan de l’action du tandem.

Les strasbourgeois ont eu droit à un certain nombre de réalisations qui peuvent apparaître comme positives, et même prestigieuses (cité de la musique, patinoire, etc...).

Le problème est que ces réalisations de prestige sont l’arbre qui cache la forêt des incompétences, des arrogances et du mépris du tandem pour les strasbourgeois.

Les strasbourgeois doivent se souvenir que c’est sous le règne de Keller et Grossmann que :

         _ le projet de grande mosquée de Strasbourg a été voté et subventionné par les impôts des strasbourgeois à hauteur de 610.000€

          _ l’insécurité est restée maîtresse de nos quartiers

         _ Strasbourg est lourdement menacée dans son statut de capitale européenne

         _ le TGV va arriver à Strasbourg, mais à quel prix pour les usagers et les strasbourgeois ? (voir à ce sujet le dernier tract d’Alsace d’Abord)

 

Notons aussi que la majorité des fonctionnaires de la CUS (Communauté Urbaine de Strasbourg) est en état de révolte à l’encontre du Maire et du Président de la CUS du fait du comportement de ces derniers à leur égard: tant d’arrogance, tant de mépris, tant d’humiliations…

Oui, décidément, 6 ans ça suffit !

Robert Spieler

16:00 Publié dans Strasbourg | Lien permanent | Tags : robert spieler, strasbourg, politique, droite nationale, 2007, keller, grossmann | |  Facebook

mercredi, 14 février 2007

Une faculté de théologie musulmane à Strasbourg : un piège redoutable...

medium_aaaaaaa.jpgLe projet de faculté de théologie musulmane à Strasbourg n’est pas innocent et peut avoir des conséquences redoutables.

Il faut savoir que l’Alsace et la Moselle sont des terres concordataires (le concordat étant un accord signé entre Napoléon 1er et le Vatican puis élargi aux religions protestantes et juive) où la séparation de l’Eglise et de l’Etat ne s’applique pas. La raison : l’Alsace était allemande en 1905 lorsque le « petit Père Combes », grand fanatique anti-clérical et franc-maçon frénétique, imposa la séparation de l’Eglise et de l’Etat, accompagnée des spoliations qui entraînèrent de vives réactions au sein de la population catholique.

L’Alsace allemande en fut protégée de fait. Les tentatives d’appliquer la loi à l’Alsace au lendemain de la réintégration de celle-ci à France en 1918 entraînèrent une telle réaction populaire (suscitant un fort courant autonomiste) que le pouvoir fit marche arrière.

Parmi les « avantages » du statut concordataire qui s’applique aux religions catholique, protestantes et juive, figure la rémunération des prêtres, pasteurs et rabbins. L’enseignement de la religion est également généralisé dans les écoles publiques, des cours de morale étant prévus pour ceux qui refusent cette instruction.

Autre caractéristique : l’Alsace compte les seules facultés de théologie d’Etat de France, catholique et protestante.

Il n’est pas besoin d’être grand clerc pour imaginer que la création d’une faculté de théologie musulmane réclamée par les socialistes et par certains apprentis dhimmis de l’UDF et de l’UMP entraînera ipso facto une demande de statut identique à celui des facultés protestante et catholique, et l’on peut avoir la certitude que le statut concordataire sera tôt ou tard élargi à l’Islam avec les avantages afférents. Nous verrons ainsi des imams autoproclamés « former » les jeunes musulmans dans les écoles primaires, l’enseignement dans les écoles secondaires étant quant à lui du ressort de professeurs agréés par les communautés.

L’Islam n’est pas, et ne sera jamais, une religion européenne. Religion totalitaire, englobant le champ religieux, culturel, politique et familial, cette religion est aux antipodes des valeurs européennes.

Pouvons-nous accepter que les sourates d’une violence inouïe à l’encontre des chrétiens, des juifs et des athées soient enseignées dans nos écoles et dans cette faculté de théologie musulmane ?

Qu’on ne me parle pas d’un Islam tolérant et européanisé. Il s’agit là de naïveté, d’ignorance ou tout simplement d’un esprit de soumission ou de collaboration.

Rappelons que le Coran, à la différence de la Bible, ne peut en aucun cas être interprété, étant sensé être la parole de Dieu apportée sur terre à Mahomet par l’Archange Gabriel.

Certains rétorqueront qu’il existe des sourates modérées. C’est exact. Ce sont les sourates dites « mecquoises » que l’on retrouve au début du Coran : formulées à un moment où le pouvoir de Mahomet était loin d’être assuré et où il était dans l’obligation de composer avec les tribus juives et païennes. Dès que son pouvoir fut assuré par la guerre et la violence, le ton changea.

Comment les théologiens musulmans résolvent-ils ces contradictions ? Allah ne se trompant évidemment pas. Facile : ils ont inventé le concept de sourates abrogées et abrogeantes. Allah a tout simplement changé d’avis et les sourates violentes annulent les modérées. Et le tour et joué.

Dernier point très important, les musulmans ont le droit et même le devoir de dissimulation (la taqqia) quand ils sont en situation minoritaire : « baise la main que tu ne peux mordre » dit le Coran.

Nous voilà prévenus lorsque nous entendons certains théologiens musulmans tenir des discours alambiqués qui cherchent à donner une image de modération.

Que les naïfs se réveillent avant qu’il ne soit trop tard !

Pas de faculté de théologie musulmane à Strasbourg !

Pas de grande mosquée à Strasbourg, capitale de l’Europe !

Strasbourg doit rester le symbole d’une Europe européenne dont les racines sont rhénanes, gréco-romaines et chrétiennes.

Nous résisterons ! 

Robert Spieler

 

00:20 Publié dans Strasbourg | Lien permanent | Tags : politique, histoire, strasbourg, droite, france, Jean-Marie Le Pen, ump | |  Facebook

lundi, 18 décembre 2006

600.000 € pour la Grande Mosquée de Strasbourg

medium_Strasbourg-mosquee.jpg600.000 € pour la Grande Mosquée de Strasbourg votés par l’UMP, le PS et les Verts...

600.000 € votés en Conseil Municipal à la demande du tandem UMP Keller et Grossmann.

Une Grande Mosquée à Strasbourg ! Quel symbole ! Une Grande Mosquée dont les français musulmans et les fils de harkis n’auront pas le contrôle puisque celui-ci est dévolu notamment aux associations musulmanes turques.

Strasbourg est la capitale de l’Europe, mais aussi celle de l’Alsace concordataire où les religions catholique, protestantes et juive disposent de privilèges particuliers (seules facultés de théologie d’Etat, catholique et protestante de France, rémunération des curés, pasteurs et rabbins, enseignement religieux dans les écoles publiques). Ce vote de l’UMP et du PS démontre la soumission (dhimmitude) des élus dits « républicains » à l’islamisation de l’Alsace, de la France et de l’Europe.

Non possumus. Les alsaciens disent non. Une grande campagne de pétitions et de protestation populaire sera lancée dans les prochains jours à mon initiative et à celle du collectif « Non à l’islamisation de l’Alsace. Non à la Grande Mosquée de Strasbourg ! »

Robert Spieler

Ancien Député 

Président de "Strasbourg d'Abord"

 

20:35 Publié dans Strasbourg | Lien permanent | Tags : robert, spieler, alsace, strasbourg, mosquee, islam, concordat | |  Facebook

vendredi, 15 décembre 2006

Lettre ouverte aux restaurateurs,aux charcutiers, aux professionnels de la filière porcine

medium_cochon.jpgMadame, Monsieur,

Vous exercez, sans le savoir peut-être, un métier dangereux, et probablement devriez-vous envisager d’en changer. Vous maniez en effet, au quotidien, une matière explosive…

Plutonium ? Dynamite ? Non, simplement le cochon.

Pendant les premiers mois de l’année 2006, toutes les soupes au porc distribuées par l’Association caritative Solidarité Alsacienne furent ainsi interdites à Strasbourg par le Préfet, au prétexte que ces soupes auraient été discriminatoires à l’encontre des musulmans et des juifs.

La discrimination n’a qu’un sens, puisque, bien entendu, les soupes hallal ou cacher ne le sont évidemment pas… A Strasbourg, Chantal Spieler, présidente de Solidarité Alsacienne, refusa de plier. A chaque fois, un arrêté d’interdiction signé par le Préfet fut signifié.

A chaque fois, Solidarité Alsacienne distribua sa soupe aux SDF dans la joie et la bonne humeur avant que, rituel républicain oblige, la présidente de Solidarité Alsacienne ne fut emmenée au commissariat (dix fois !). A chaque fois, les SDF appréciaient autant la soupe, les gâteaux et le café que la convivialité offerte par la chaleur des très nombreux militants présents.

La Halde (Haute autorité de lutte contre les discriminations) fut alors saisie à la demande de Catherine Trautmann, ancien maire de Strasbourg et ancienne ministre socialiste de quelque chose. Des responsables de la soupe au cochon furent convoqués par la police. « Etes-vous racistes, antisémites, etc… ? ».

Réponse : non, nous sommes simplement alsaciens, français et européens… et nous considérons que le porc fait partie des traditions culinaires européennes…

Depuis, les distributions ont repris à Strasbourg, sans interdiction. Mais c’est à Paris où Solidarité des Français distribue des soupes au cochon depuis trois ans, que la répression se manifeste aujourd’hui. Interdictions, menaces, persécutions…

La police, à la demande du Préfet, vient de tenter d’empêcher l’association Solidarité des Français, interdite de distribution de soupe, d’offrir une tarte flambée aux sdf  dans un restaurant parisien : blocage des entrées et sorties, interpellation de militants. Sans doute parce qu’il y a du lard dans les tartes flambées…

Mais pourquoi haïssent-ils autant le cochon ? C’est une question que je vous soumets, et je vous invite à y réfléchir. Et c’est aussi une invitation à méditer sur le métier dangereux qui est le vôtre, un métier menacé à moyen terme au nom de la lutte contre les « discriminations ».

Certes, vous pourriez vous orienter vers l’élevage et la commercialisation du bœuf. Mais le jour où les Hindouistes déposeront eux aussi plainte ? Reste le mouton…

Mais une choucroute au mouton, franchement…

Nous résisterons !

Bien cordialement,

Robert Spieler

Ancien Député

Président de Strasbourg d’Abord

13:10 Publié dans Strasbourg | Lien permanent | Tags : spieler, alsace, strasbourg, france, politique, droite nationale, cochon | |  Facebook

mardi, 12 décembre 2006

Rencontre à Strasbourg avec nos amis du Vlaams Belang

medium_100_0578.jpgDimanche soir, nous avons été accueillis par une délégation de cinquante flamands du Vlaams Belang, pilotée par Notre amie Hilde de Lobel, députée du V.B.

Ils venaient visiter Strasbourg et son marché de Noël, certes quelque peu taïwanais, pour ce qui est des objets vendus, mais aussi Colmar et le Haut-Koenigsbourg.

 

Je me suis rendu au dîner qu’ils nous offraient en compagnie de Nicolas, Dorian, Didier et Olivier.

Nous avons été accueillis chaleureusement par Hilde et par le sénateur Creyelman. Dans mon intervention, j’ai pu exprimer l’amitié et l’admiration  de l’Alsace identitaire pour leur combat.

 

Le Vlaams Belang est un modèle pour nous. Je ne soulignerai jamais assez l’ambiance de camaraderie, de conviction et de détermination militante sans faille qui règne dans ce mouvement.

Il ne faut pas chercher plus loin les clés de leur succès.

 

Robert Spieler

www.robert-spieler.net

14:30 Publié dans Strasbourg | Lien permanent | Tags : spieler, alsace, politique, droite nationale, vlaams belang, regionalisme, strasbourg | |  Facebook

vendredi, 27 octobre 2006

Où est passée la LICRA?

medium_france_licratisee.2.jpgSamedi dernier, lors de notre week-end identitaire, chacun a pu remarquer l’absence étonnante des militants de la Ligue internationale contre le racisme et l’antisémitisme à la manif de protestation où seuls étaient présents ceux de la Ligue communiste révolutionnaire, qui devaient se sentir bien seuls…Pourtant, d’habitude, ils sont bien là, aux tous premiers rangs, à manifester bruyamment et à s’indigner intensément.

D’où la perplexité devant cette absence remarquée…Bizarre, bizarre… Serait-ce parce que justement lors de ce week-end identitaire, Anne Kling présentait son livre qui vient de paraître aux éditions Déterna, La France LICRAtisée ? Et que ce livre constitue une mise en cause directe et particulièrement bien documentée de l’action et des motivations réelles, depuis des décennies, de cette officine anti-identitaire et antinationale ?

Curieusement, la LICRA est totalement muette à ce sujet et adopte un profil particulièrement bas.

Les identitaires auraient-ils marqué un point ?

Robert Spieler

14:25 Publié dans Strasbourg | Lien permanent | Tags : licra, alsace, droite nationale, politique, droite | |  Facebook

samedi, 09 septembre 2006

Incendies de l’Esplanade : le signe de l’impuissance des partis en place.

medium_voit.jpgLes incendies de voitures de l’Esplanade s’inscrivent dans la longue liste des véhicules incendiés à Strasbourg depuis des années et qui se poursuivent aujourd’hui.

Par delà les conséquences pour les victimes innocentes de ces actes, ces exactions illustrent l’incapacité d’une classe politique, de droite, comme de gauche, avec ou sans Nicolas Sarkozy de rétablir l’ordre et de sanctionner clairement les actes de délinquance à Strasbourg.

Voilà pourquoi, j’invite les électeurs à se poser la question suivante : vous avez essayé la gauche, vous avez essayé la droite et si vous optiez pour une véritable alternative : celle d’un rassemblement populaire et identitaire d’hommes et de femmes de conviction qui ne se contentera pas de gesticulations concernant l’insécurité et qui préférera les actes aux paroles !

Robert Spieler
Président de Strasbourg d’Abord
www.robert-spieler.com

23:50 Publié dans Strasbourg | Lien permanent | Tags : strasbourg, voitures, incendies, délinquance, droite nationale, FN | |  Facebook