Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 06 avril 2011

Intervention de Robert Spieler au congrès de Plataforma per Catalunya...

55197921_2.jpg

 

Dimanche 27 mars, se tenait à Vic, en Catalogne espagnole, le cinquième congrès du jeune parti régionaliste catalan Plataforma per Catalunya, en présence de 350 congressistes. Un parti régionaliste, pas indépendantiste, respectueux de l’identité espagnole, en puissante progression. Un parti qui défend résolument l’identité catalane et européenne et qui lutte avec détermination contre l’invasion.

 

Dirigé par Josep Anglada, avec à ses côtés des personnalités remarquables, telles August Armengol, vice-président, et Enrique Ravello, responsable des relations internationales, ce parti nationaliste et identitaire s’apprête à connaître de gros succès aux prochaines élections municipales. Une centaine de têtes de listes furent présentées, ce qui représente environ 1 500 candidats. D’après les estimations, 70 devraient être élus (17 aujourd’hui). Remarquable discours de Josep Anglada : non au capitalisme mondialiste, non à l’invasion. Parmi les délégations présentes, citons notamment la délégation autrichienne, avec à sa tête le secrétaire général du Fpöe, Harald Vilimsky, et la délégation flamande du Vlaams Belang, avec notre amie Hilde De Lobel. Mario Borghezio, député de la Lega Nord, avait envoyé un message de soutien.

 

Invité à prendre la parole au nom de la Nouvelle Droite Populaire, à l’instar de nos amis européens, Robert Spieler a soulevé l’enthousiasme de la salle en tenant ces propos : « Notre combat pour notre libération est ici, en Europe. Il n’est ni en Afghanistan, ni en Iran, ni en Irak,  ni en Palestine, ni en Israël. » Et puis ceci : « Nos soldats n’ont pas à mourir, ni pour Washington, ni pour Tel-Aviv ! »

 

Voici le texte de l'intervention de Robert Spieler  :

 

Amis et camarades,

 

Je vous apporte le salut de la France nationaliste et européenne ! Je salue le formidable combattant de la Résistance catalane et européenne qu’est Josep Anglada et Plataforma Catalunya qui est un exemple pour nous tous, combattants européens, de détermination, et de courage.

 

Aujourd’hui, l’envahisseur est devant nos portes. Des millions sont déjà présents sur notre terre. Des dizaines de millions s’apprêtent à nous envahir. Demain, ils devront repartir ! Demain, nous leur imposerons de repartir !

 

Nous devons désigner les responsables de cette situation : le libéralisme mondialiste, le capitalisme cosmopolite !

 

On est allé chercher les immigrés en Afrique, pensant pouvoir trouver une main d’œuvre docile, qui ne se syndiquerait pas, et qui permettrait au patronat de peser sur les salaires.

 

Aujourd’hui, c’est la substance même de nos peuples européens qui est menacée par cette immigration de peuplement. Mais les responsables sont aussi les politiciens de gauche et de droite qui n’ont pas su, pas voulu, pas osé s’opposer aux lobbys dits anti-racistes qui ont tout fait pour affaiblir les défenses immunitaires de nos peuples.

 

L’Europe est confrontée à la plus dangereuse invasion qu’elle ait jamais connue. Il y a 13 siècles, Charles Martel arrêta les arabes à Poitiers, en France. Nous avons aussi l’exemple d’Isabelle, reine de Castille, et de Fernando, roi d’Aragon et de Catalogne, et celui des combattants européens qui, sous la direction du roi polonais Sobieski,

 

Je vous le dis tel que je le pense. Si l’envahisseur africain était  bouddhiste ou chrétien, le problème serait le même. L’islam est incompatible avec les valeurs européennes, mais la présence massive d’Africains sur notre sol, et ceci quelle que soit leur religion, est incompatible avec l’identité de nos peuples.

 

La majorité de ceux qui occupent notre terre, contre la volonté de nos peuples, avec la complicité d’une classe politique collaborationniste, devra repartir.

 

Qu’on ne me dise pas que c’est impossible. En 1962, un million de Français durent quitter leur terre, l’Algérie, en quelques semaines, forcés à tout abandonner. Ils avaient le choix, comme le déclaraient les partisans de l’Algérie algérienne, entre la valise et le cercueil. Et bien nous, nous leur donnerons le choix entre la valise et… la valise.

 

Ce combat pour la libération de l’Europe doit être mené, ici, en Europe, pas en Afghanistan, pas en Iran, pas en Irak, pas en Palestine, pas en Israël. Nos soldats n’ont pas à mourir pour les intérêts de Washington ou de Tel Aviv !

 

Nous voulons l’Europe de la puissance, une Europe respectueuse des nations qui la composent. Nous ne voulons pas de l’Europe arrogante des nains de Bruxelles. Il n’est pas acceptable, qu’au nom du capitalisme mondialiste, des millions d’emplois soient détruits ici en Europe, par la faute de l’invasion massive de produits fabriqués dans des pays ne respectant pas le minimum de nos normes sociales. C’est pourquoi nous exigeons la protection des frontières européennes et la sortie de cette logique ultra libérale mortelle pour nos peuples.

 

Nous avons aussi l’ardent devoir de repeupler l’Europe. L’Europe est en train de se suicider démographiquement et il est impossible que nous puissions mener la reconquête avec des taux de natalité catastrophiques qui amèneront des pays comme les nôtres à perdre d’ici 50 ans le tiers de leur population.

 

Oui, nous devons mener la résistance et la reconquête sur tous les fronts !

 

Vive la Catalogne ! Vive l’Europe libre ! Vive la Victoire !

01:09 Publié dans Europe | Lien permanent | |  Facebook

lundi, 13 décembre 2010

Pèlerinage en Israël de mouvements nationalistes européens : quel intérêt ?

drapeau_israelien_1.jpgPar Robert Spieler

Délégué général de la

Nouvelle Droite Populaire

 

Il n’est pas dans nos habitudes de nous immiscer dans les stratégies de mouvements européens avec lesquels nous entretenons d’excellentes relations.

 

Filip Dewinter, leader du Vlaams Belang, Heinz-Christian Strache, Président du Fpöe autrichien, et des représentants allemands et suédois se sont rendus récemment en délégation en Israël, suscitant pour le moins quelques interrogations. Reçus à la Knesset, déposant une gerbe au Mur des Lamentations, se rendant à la frontière séparant l’Etat hébreu des territoires palestiniens, visitant une escadrille de chasse, ils exprimèrent leur soutien à Israël, « avant-garde de l’Occident dans la lutte contre l’islamisation ». De fait, ils furent reçus par des partisans du Grand Israël, dont le rabbin Nissim Zeev, député du mouvement extrémiste Shas, perçus par leurs adversaires comme étant l’« extrême droite raciste ».

 

Leurs motivations procèdent de l’espoir qu’un tel pèlerinage pourrait leur donner, dans leurs pays respectifs, une sorte de respectabilité et neutraliserait des médias et des lobbys très hostiles.

 

Cela nous paraît être une pure chimère.

 

Dans le prochain numéro de Rivarol, j’analyse dans un long article les raisons de ce pèlerinage, dévoile qui est à l’origine de cette démarche et décris l’environnement des mouvements concernés, notamment en Allemagne, où le terrorisme intellectuel est particulièrement contraignant.

 

Quel intérêt les Européens ont-ils à se mêler des affaires du Proche-Orient ? Les Palestiniens, les Iraniens et même les Talibans ne portent aucune responsabilité dans l’invasion que subissent la France et l’Europe. On a pourtant pu entendre un des membres de la délégation déclarer : « Israël est le poste avancé de l’Ouest libre, nous devons unir nos forces et combattre ensemble l’islamisme ici (en Israël) et chez nous (en Europe) ». Il se trompe.

 

C’est ici, sur notre terre d’Europe, et non en Israël, que nous devons mener la nécessaire Reconquista en rassemblant toutes les forces de la Résistance nationale et européenne ! De plus, nos soldats n’ont pas vocation à mourir, ni pour Washington, ni pour Tel Aviv. Et puis, n’oublions pas la responsabilité écrasante de lobbys qui, tout en défendant sans restriction Israël, ont toujours soutenu et encouragé l’immigration musulmane en France et en Europe.

23:53 Publié dans Europe | Lien permanent | |  Facebook

dimanche, 12 décembre 2010

Vendredi dernier, au Local à Paris, conférence de François-Georges Dreyfus sur la Révolution conservatrice allemande présentée par Robert Spieler...

17:50 Publié dans Europe | Lien permanent | |  Facebook

lundi, 06 décembre 2010

Vendredi prochain, 10 décembre, au Local : une conférence de François-Georges Dreyfus sur la Révolution conservatrice allemande...

francois%20georges%20dreyfus.jpgConférence de François-Georges Dreyfus sur la Révolution conservatrice allemande. vendredi 10 décembre, à 19 h 30, au Local, 92, rue de Javel Paris 75015, metro Félix Faure.

 

Agrégé et professeur d'histoire et de science politique à l'Université de Strasbourg, François-Georges Dreyfus fut directeur de l'Institut d’Etudes Politiques, du Centre d'études germaniques et de l'Institut des hautes études européennes. Professeur émérite de l'université Paris IV-Sorbonne depuis 1990, François-Georges Dreyfus est un spécialiste de l’Allemagne. Il est l’auteur de nombreux ouvrages, dont une « Histoire de Vichy » et une « Histoire des Allemagnes ».

 

Il collabore régulièrement à la Nouvelle revue d’histoire de Dominique Venner, à la revue catholique La Nef et présente depuis de nombreuses années un Libre Journal sur Radio Courtoisie (dimanche 12 h 00-13 h 30, toutes les quatre semaines).

 

J’ai bien connu François-Georges Dreyfus dans les années 80. Nous organisâmes ensemble nombre de conférences et de dîners-débats dans le cadre de cercles d’opposition que nous animions et notamment sous l’égide de Forum d’Alsace, club d’opposition que j’avais créé et qui fut le cercle d’opposition le plus important d’Alsace. Insensible aux pressions, déterminé et courageux dans ses convictions, François-Georges Dreyfus est un grand combattant de la liberté.

 

Sa conférence sur la Révolution conservatrice allemande, un thème majeur qui mérite d’être revisité en ces temps de misère idéologique, s’annonce passionnante. J’invite tous nos amis à y assister.

 

A ne pas manquer !

 

Robert Spieler

Délégué général de la NDP

00:39 Publié dans Europe | Lien permanent | |  Facebook

dimanche, 21 novembre 2010

Un grand entretien avec Robert Spieler publié dans la revue espagnole Identidad....

« Les spéculateurs et la finance internationale sont évidemment coupables dans l’émergence de cette crise, mais le premier responsable est le libéralisme mondialiste, forcément mondialiste et cosmopolite… »

 

20101111181859-portada.gifNous publions ici le texte de l’entretien accordé par Robert Spieler, Délégué général de la Nouvelle Droite Populaire, à la revue espagnole Identidad…

 

Identidad : Robert Spieler, parlez nous de votre carrière politique. 

 

Robert Spieler : Adhérent d’Ordre Nouveau, à sa fondation en 1969, j’ai rejoint le Parti des Forces Nouvelles (PFN) après la dissolution d’O.N. en 1973. J’ai été adhérent du GRECE et actif dans les milieux de la Nouvelle Droite. J’ai créé en 1981, lors de l’arrivée de la gauche au pouvoir, Forum d’Alsace, qui était le plus important club d’opposition d’Alsace. A la demande de Jean-Pierre Stirbois, j’ai rejoint le Front national en 1985. Je fus élu député et conseiller régional d’Alsace en 1986. J’ai quitté en 1989 le Front national dont je ne supportais pas l’ambiance de cour orientale, pour créer le mouvement régionaliste Alsace d’Abord dont je fus le Président jusqu’en 2008 et qui obtint jusqu’à 1O% des voix aux élections en Alsace. Je fus élu conseiller régional pendant 18 ans et conseiller municipal de Strasbourg pendant 12 ans En 2008, convaincu que la situation dramatique de la France exigeait le rassemblement de toutes les forces de la Résistance nationale et européenne, j’ai contribué à créer la Nouvelle Droite Populaire, dont je suis le délégué général.

 

Id – Pouvez-vous nous définir les objectifs de la NDP ?

 

R.S. : La NDP veut rassembler les forces nationalistes et identitaires, dans le respect des différences de sensibilités, avec pour objectif d’organiser la nécessaire Reconquista.

 

Nous défendons nos identités régionales, nationales et européennes, et voulons une Europe indépendante et puissante, fidèle à ses racines helléniques, celtiques, germaniques et chrétiennes. L’Europe de la puissance que nous espérons n’a bien entendu rien à voir avec l’Europe des nains de Bruxelles. Nous voulons aussi rompre avec l’ultra libéralisme mondialiste, destructeur des emplois européens, et créer une zone économique et commerciale protégée, partenaire de la Russie. Nous devons aussi en finir avec les tutelles étrangères qui asservissent notre continent. La construction d’une puissance militaire et diplomatique européenne implique que les pays européens doivent quitter l’OTAN.

 

Id - Le 9 mai, a eu lieu à Paris une manifestation nationaliste et identitaire qui a rencontré un grand succès.

 

R.S. : La NDP a largement contribué au succès de la manifestation nationaliste et identitaire du 9 mai 2010 qui a réuni à Paris plus d’un millier de militants très déterminés. Il s’agissait d’une première initiative de rassemblement dans la rue des forces nationalistes et identitaires. Nous allons poursuivre dans cette voie. Nul doute qu’en 2011, nous serons trois fois plus nombreux.

 

Id - Que penser de la burka ? L’interdire, ne pas l’interdire ?

 

R.S. : J’ai toujours dit que le problème n’était pas un morceau de tissu, mais ce qu’il recouvre. Ce n’est pas la burka qu’il faut interdire, c’est l’invasion islamique de l’Europe. La Reconquista passe par le départ d’une majorité des immigrés non européens, fussent-ils de nationalité française, espagnole, etc… La nationalité leur a été accordée sous la pression des lobbys antinationaux, contre la volonté de nos peuples. La nationalité leur sera retirée, sauf à ceux qui le méritent, le jour où le Peuple aura pris le pouvoir.

 

Id - L’immigration est-elle un problème religieux ou ethnique ?

 

R.S. : Le problème est ethnique avant d’être religieux. Si les masses africaines qui nous envahissent étaient chrétiennes, cela ne diminuerait pas la menace qui pèse sur la substance même de l’Europe. Ceci dit, l’islam, par sa vision totalitaire représente une redoutable menace qu’il faut impérativement conjurer. L’Europe est aujourd’hui dans un terrible état de faiblesse. L’effondrement démographique de pays tels l’Espagne, l’Italie, l’Allemagne mais aussi la Russie va entraîner la perte, d’ici trente ans, de dizaines de millions de naissances européennes et donc de millions de combattants pour la Reconquista. Seule une révolution nationale et européenne peut redonner à nos peuples l’énergie vitale qui permettra d’entamer le chemin de la renaissance.

 

Id - Sommes nous à la veille de confrontations ethniques ?

 

R.S. : En France, ce sont des centaines de quartiers de nos villes qui sont occupés par les envahisseurs. La police a pour consigne de ne pas les provoquer et de les laisser agir à leur guise dans les zones qu’ils contrôlent. Quand des policiers ou des citoyens réagissent, ils sont impitoyablement persécutés par une justice massivement collaborationniste. Cela fait deux mois, par exemple, qu’un vieux monsieur de 73 ans est en prison, dans le sud de la France, pour avoir tiré sans grosses conséquences sur des Roms qui s’étaient  introduits dans sa maison. Sommes-nous à la veille de confrontations ethniques généralisées ? Certainement. Ces confrontations se produiront quand les autorités voudront reprendre le contrôle des quartiers occupés. Mais ces confrontations débuteront plutôt en Espagne, en Italie ou en Autriche qu’en France ou en Allemagne, deux pays soumis à une véritable dictature de l’ordre moral imposé par les lobbys et leurs porte-serviettes, et dont les citoyens subissent dès leur plus jeune âge un véritable dressage mental.

 

Id - Qui sont les responsables de la crise économique et financière ?

 

R.S. : Les spéculateurs et la finance internationale sont évidemment coupables dans l’émergence de cette crise, mais le premier responsable est le libéralisme mondialiste, forcément mondialiste et cosmopolite.

 

Il faut sortir de la logique ultralibérale et ériger des frontières protectrices autour d’une Europe qui serait partenaire de la Russie. L’importation massive de produits fabriqués en Extrême-Orient dans des pays qui ne respectent aucune norme sociale détruit massivement nos emplois. Il faut réindustrialiser l’Europe. La finance doit être soumise à la volonté politique, et non l’inverse. La banque centrale européenne, qui aujourd’hui n’a de comptes à rendre à personne doit être mise sous tutelle.

 

Id - Vous défendez, contre le jacobinisme les identités régionales…

 

R.S. : La France est le pays le plus jacobin, le plus centralisé d’Europe. Les hauts fonctionnaires parisiens dirigent tout. Il est tout à fait anormal que l’ouverture ou la fermeture d’une maternité soit décidée par un fonctionnaire nommé par l’Etat, et non par la Région concernée. J’ai été conseiller régional d’Alsace durant 18 ans et ai pu mesurer les limites de la pseudo- régionalisation française. Pour donner un seul exemple, les Régions disposent du droit de financer et de construire des lycées, mais n’ont aucune autorité sur le contenu des programmes ni le choix des directeurs d’établissements. Quel intérêt y a-t-il de pouvoir choisir la couleur de la moquette ? Les régions devraient être maîtresses dans les domaines de l’identité régionale, de l’enseignement des langues régionales, de la politique d’aménagement du territoire, de développement économique, de préservation de l’environnement, etc…

 

Les Français envient beaucoup les Espagnols, les Italiens et les Allemands pour l’autonomie dont disposent leurs Régions.

 

Id - Y a-t-il contradiction entre la défense des identités alsacienne, française, européenne ?

 

R.S. : Etre Alsacien, Français et Européen, ce sont trois facettes qui ne sont absolument pas contradictoires de l’identité. Certains se sentent plus régionalistes, d’autres plus nationalistes, certains plus européens.  Nationalistes, régionalistes et partisans de l’Europe de la puissance sont destinés à combattre ensemble l’ennemi commun. Une seule condition : le respect de nos différences.

 

Id - Vous prônez l’axe Paris-Berlin-Moscou ?

 

R.S. : En tant que partisan de l’Europe de la puissance, je pense en effet que l’avenir de l’Europe passe par l’axe Paris-Berlin-Moscou. Sur les plans militaires et diplomatiques, l’Europe est une vassale des Etats-Unis. Il est indispensable que les pays européens quittent l’Otan pour construire une défense européenne partenaire de la Russie. L’Europe n’est en rien concernée par les conflits du Proche-Orient, de l’Afghanistan ou de l’Iran. Que je sache, les Iraniens, les Palestiniens et même les Talibans n’ont aucune responsabilité dans l’invasion que subit l’Europe. La guerre de libération doit être menée sur notre sol, pas en Afghanistan. Et puis, les soldats européens n’ont pas vocation à mourir ni pour Tel Aviv, ni pour Wall Street.

 

Id - Vous êtes un des fondateurs, aux côtés d’autres dirigeants de mouvements européens, de l’association Villes contre islamisation.

 

R.S. : Je suis très motivé à entretenir d’excellentes relations avec les mouvements européens frères : notamment les Flamands du Vlaams Belang, les Catalans de Plataforma Catalunya, les Autrichiens du Fpoe, les Italiens de la Lega Nord, les Allemands de Pro-Köln et bien sûr, les nationalistes espagnols représentés par mon ami Alberto Torresano dans toutes les manifestations de la Résistance en Europe. Cette collaboration des forces identitaires européennes est plus qu’importante. Elle est vitale. Seuls, nous sommes faibles. Unis, nous sommes forts.

 

Id - Un mot aux lecteurs d’Identidad.

 

R.S. : Je salue les valeureux combattants réunis autour de l’excellente revue Identidad et suis fier d’être un de vos camarades.

 

Site de la revue Identidad : cliquez ici

21:04 Publié dans Europe | Lien permanent | |  Facebook

mercredi, 15 septembre 2010

Turquie : l’insupportable trahison de l’Union européenne et des collabos…

Par Robert Spieler

Délégué général de la

Nouvelle Droite Populaire

 

L’Europe et les idiots utiles de son islamisation se réjouissent du résultat du référendum initié par l’AKP, le parti islamiste au pouvoir dirigé par le premier ministre Erdokan. 58% des Turcs se sont prononcés par référendum pour la réduction de l’influence et de l’autonomie des deux garants historiques de la laïcité turque que sont le pouvoir judiciaire et l’armée. Pour ne citer qu’une seule conséquence anecdotique de ce vote, le voile islamique, aujourd’hui interdit dans les universités, sera demain autorisé.

 

L’Europe est intervenue à de multiples reprises pour demander une démocratisation de la Turquie, c’est-à-dire une limitation des pouvoirs de l’armée qui défend les valeurs laïques et kémalistes. Elle en a même fait une condition de l’entrée de la Turquie dans l’Union européenne alors que cette exigence entraînait ipso facto le renforcement du mouvement islamiste en Turquie.

 

Le mouvement islamiste turc au pouvoir est aux premières loges pour exiger l’entrée de la Turquie dans l’Union européenne. Avec un premier objectif qui est atteint : au nom de la « démocratisation » quémandée par l’Europe, affaiblir définitivement les forces de résistance laïques, c'est-à-dire l’armée et la justice. Puis réussir ce qui fut empêché par les forces coalisées, il y a plus de trois siècles, devant Vienne : l’invasion de l’Europe.

 

Erdokan intervenait il y a quelques mois devant des dizaines de milliers de Turcs lors d’une visite officielle en Allemagne. Il exigeait que les Turcs d’Allemagne restent turcs avant tout et ne s’assimilent pas. La chancelière CDU Angela Merkel n’a évidemment pas condamné ses propos ni expulsé cet énergumène, mais a, depuis, dénoncé vigoureusement les analyses de Tilo Sarazzin, membre du SPD qui crée le scandale en Allemagne avec son livre dénonçant l’effondrement démographique de sa patrie et l’incapacité voulue des Turcs à s’assimiler. 90% des Allemands le soutiennent, mais 100% de la classe politique du Système le condamne : cherchez l’erreur.

 

La presse française, quant à elle, pratique l’ultra-collaboration. L’article de Bernard Guetta, dans Libération du 15 septembre (Quand l’islamisme enfante la démocratie) est un chef d’œuvre à cet égard. Que dit-il ? « Le problème avec l’islam n’est pas que cette religion serait incompatible avec la démocratie… Si les pays musulmans du pourtour méditerranéen ignorent, aujourd’hui, la démocratie à l’exception de la Turquie, cela tient à leur histoire et non pas au Coran…, l’AKP est devenu un parti d’alternance dont le seul poids est en train de reconstituer la démocratie en Turquie et de prouver qu’il n’y a pas incompatibilité entre l’islam et la liberté… »  et tout le reste à l’avenant…

 

A l’ultra-collaboration, opposons l’ultra-résistance. Reconquista !

17:30 Publié dans Europe | Lien permanent | |  Facebook

dimanche, 04 avril 2010

Robert Spieler apporte le soutien de la NDP à Pro NRW...

Dimanche 28 mars, lors du meeting européen contre l'islamisation de la Ruhr, à Duisbourg, Robert Spieler a apporté le soutien de la NDP au combat du mouvement Pro NRW.

13:56 Publié dans Europe | Lien permanent | |  Facebook

lundi, 29 mars 2010

Les forces nationalistes et identitaires européennes étaient réunies samedi et dimanche contre l'islamisation de la Ruhr.

Samedi 27 et dimanche 28 mars 2010 se déroulait à Duisbourg, au coeur de la Ruhr, deux grandes manifestations contre l'islamisation de cette région industrielle allemande. Il faut préciser que le 9 mai prochain se dérouleront dans ce land les élections régionales.

Le mouvement Pro NRW (North Rhénanie - Westphalie), qui mène, depuis plusieurs années, un combat exemplaire contre l'édification de mosquées et contre l'immigration invasion avait organisé ces deux journées de protestation qui devaient marquer le coup d'envoi de la campagne. Toutes les forces nationalistes et identitaires d'Europe avaient tenu  à apporter leur soutien à nos camarades. Une délégation française conduite par Annick Martin, secrétaire générale du MNR, qui mena ces dernières semaines un combat similaire à la tête de la liste d'union MNR, NDP et PdF "NON AUX MINARETS EN LORRAINE", de Robert Spieler, Délégué général de la Nouvelle Droite Populaire, de François Ferrier et de Luc Pécharman, membres de la direction de la NDP, ainsi que de Roland Hélie, directeur de Synthèse nationale.

Autour de Marcus Beisicht et de Marcus Wiener, les principaux partis frères européens étaient présents : le Vlaams belang, avec Filip Dewinter et Hilde De Lobel, le FPO autrichien, les Espagnols de Platafoma per Catalunya, ainsi que des amis suèdois.

Nous vous proposons de suivre ces deux magnifiques journées de fraternité combattante européenne à travers ce reportage photo réalisé par nos amis de Lille.

IMG_0168.JPG
Samedi après-midi, au cours de la conférence de presse internationale, à laquelle assistaient une soixantaine de journaux, télévisions et agences de presse, Robert Spieler et Annick Martin apportent le soutien de l'ensemble des forces nationalistes et identaires françaises à l'initiative de Pro NRW.
IMG_0194.JPG
Devant une salle bondée, le Délégué général de la NDP dénonce avec force l'islamisation de l'Europe et appele à l'intensification de la résistance.
IMG_0183.JPG
 Dans la foule, nous reconnaissons François Ferrier et Roland Hélie qui suivent attentivement les intervenants.
IMG_0211.JPG
Dimanche matin, au rendez-vous avant la manifestation et le grand meeting en plein air : Roland Hélie, Alberto Torresano (Identidad), Filip  Dewinter (Vlaams belang), Robert Spieler (NDP), Marcus Beisicht (Pro NRW), une militante de Pro NRW, François Ferrier (NDP Lorraine), et Annick Martin (MNR).
IMG_0238.JPG
 Invoquant Charles Martel, les batailles de Poitiers, Lépante et Vienne, ainsi que la glorieuse Reconquista conduite par Isabelle la Catholique et Ferdinand d'Aragon, Robert Spieler a rappelé, devant un nombreux public enthousiaste : ce que l'Histoire a fait, l'Histoire peut le défaire. Il n''y a donc pas de fatalité en matière d'islamisation de l'Europe.
IMG_0253.JPG
La grande famille nationaliste et identitaire européenne.
La Reconquista est en marche...
IMG_0259.JPG
 Après le meeting, les manifestants se rendent aux abords de la l'énorme mosquée surplombée de minarets : plusieurs milliers de collabos rameutés par les professionnels de l'anti-racisme d'opérette étaient présents sur place. Ils furent contenus par un impressionnant service d'ordre (plus de 2 000 policiers).

09:56 Publié dans Europe | Lien permanent | |  Facebook

jeudi, 25 mars 2010

Contre l'islamisation de notre terre : TOUTE L'EUROPE NATIONALISTE ET IDENTITAIRE A RENDEZ-VOUS DANS LA RUHR CETTE FIN DE SEMAINE !

DSC_0092-2eced.jpg

Par Robert Spieler

Délégué général de la

Nouvelle Droite Populaire

 

Une fin de semaine de résistance européenne en Allemagne : vendredi 26, samedi 27et dimanche 28 mars.

 

Les forces de résistance européenne contre l’islamisation de notre terre ont répondu présent à l’appel de Markus Beisicht, président de l’association anti-islamisation Pro-Köln, qui mène un combat déterminé contre la construction de mosquées en Allemagne, et qui pilotera la liste anti-minarets aux prochaines élections du Land Nord-Rhein-Westfallen (18 millions d’habitants).

 

Les Flamands seront là, avec Filip Dewinter, porte parole du Vlaams Belang, ainsi que les Autrichiens du FPOE, les Hollandais, les Suisses, les Italiens, les Scandinaves, etc… Je mènerai, au nom de la Nouvelle Droite Populaire, aux côtés d’Annick Martin, secrétaire générale du MNR, une délégation d’une cinquantaine de Français.

 

Le programme :

 

Six manifestations auront lieu vendredi 26 mars devant des centres islamiques et des mosquées de la région. Je prendrai la parole à plusieurs de ces manifestations pour apporter à nos amis allemands le soutien de la Résistance française.

 

Samedi 27 mars : après une conférence de presse internationale, une réunion aura lieu à 15 h 00, Schloss Horst, Turffstr. 21, à Gelsenkirchen. J’y interviendrai, aux côtés de nos camarades européens. Une motion sera proposée au vote des participants, exigeant l’organisation d’un référendum, sur le modèle suisse, visant à interdire la construction de minarets en Allemagne et en Europe.

 

Dimanche 28 mars : une grande manifestation, à 11 h 00 devant la grande mosquée de Duisburg-Marxloh conclura ces trois journées de lutte et de fraternité européenne.

16:45 Publié dans Europe | Lien permanent | |  Facebook

mardi, 15 décembre 2009

NON AUX MINARETS EN EUROPE !

minaret.jpg

par Robert Spieler

Imposons aux tyrans la volonté du peuple.

Exigeons un référendum populaire européen.

Le peuple suisse, aidé il est vrai par un système authentiquement démocratique, grâce au référendum d'initiative populaire, a décidé d'interdire la construction de minarets : émotion considérable chez les lobbys et leurs représentants qui ont, grâce à leur puissance financière, pris le pouvoir en Europe. Certains, tels Cohn-Bendit et Kouchner, exigent même un nouveau vote en Suisse. Quand le peuple vote mal, terrorisons-le, affamons-le, brisons-le, et puis, s'il est nécessaire, changeons de peuple. Cette pratique typiquement bolchevique a entraîné au cours du XXème siècle quelques centaines de millions de morts, mais ceci est un détail de l'Histoire (je fais le pari que je ne serai jamais poursuivi par les ligues vertueuses pour cette affirmation...).

Exigeons l'organisation d'un référendum populaire européen.

Est-il possible de consulter les peuples européens par un référendum qui poserait la même question que celle qui fut posée aux Suisses ? La réponse est négative. Que prévoit le Traité de Lisbonne ? C'est à la Commission et au Parlement d'examiner une telle demande. Il faut qu'un million de personnes d'un nombre « significatif » de pays en fasse la demande. Le « nombre significatif de pays» n'est pas encore défini et devrait l'être par un vote règlementaire du Parlement. Qui, quand, où et comment ? Aucune réponse à ces questions. En clair, rien n'est encore fixé pour l'application de cet article .Le jour où le règlement existera, cela ne signifiera absolument pas que, nonobstant les millions de signataires, qu'un tel référendum devra être obligatoirement organisé. La Commission et le Parlement auront à examiner la proposition, sans obligation cependant de la soumettre à quelque référendum que ce soit. On imagine la suite...

Une pétition européenne : « Pas de minarets en Europe. Nous exigeons un référendum ».

Nous proposons l'organisation d'une pétition européenne sur le thème « Pas de minarets en Europe ». Nous verrons bien si les tyrans pourront résister à la détermination de millions d'Européens.

Nous ne sommes pas seuls à œuvrer dans ce sens. Nos amis allemands de Pro-Köln qui ont mené un combat courageux contre la grande mosquée de Cologne, sont à la pointe du combat et exigent, comme nous, l'organisation d'un référendum européen. Mario Borghezio, député européen de la Lega Nord italienne est mobilisé. Nos amis autrichiens, flamands, espagnols, hollandais, etc...aussi. Partout, en Europe, les forces nationales et identitaires de la Résistance se lèvent !

Alors ? Mobilisation européenne !

Oui, l'Europe doit rester européenne. Une grande manifestation européenne aura lieu en Allemagne fin mars contre la construction de mosquées sur notre continent. Des milliers de manifestants se réuniront, dans la Ruhr, pour dire au cœur de l'Europe leur refus de l'invasion. Toutes les forces combattantes de la résistance européenne seront présentes.

Simultanément, en France et en Allemagne, se dérouleront des élections régionales. Ce sera une magnifique occasion pour les forces nationales et identitaires de nos deux pays de démontrer leur volonté de résistance.

Chez nous, des listes d'union et de rassemblement de la Nouvelle Droite Populaire, du MNR et du Parti de la France donneront aux Français la possibilité de manifester leur attachement à une France française dans une Europe européenne.

Espérance, rassemblement et résistance !

 

22:12 Publié dans Europe | Lien permanent | Tags : europe, minarets, ndp, référendum | |  Facebook