Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 25 mai 2013

HOMMAGE A DOMINIQUE VENNER SAMEDI A PARIS

DSC_9523-a2b3f.jpg

Ce samedi matin (cliquez ici), près de 150 militants nationalistes se sont retrouvés, malgré la présence dissuasive de nombreuses forces de police, au pied de la statue de Charlemagne, symbole de l'Europe combattante, sur le parvis de la cathédrale Notre-Dame de Paris où mardi dernier Dominique Venner s'est sacrifié pour réveiller notre peuple.

Christian Van den Bruck, de la bannière francilienne de Terre et peuple, Francis Bergeron, écrivain et journaliste, et Roland Hélie, directeur de Synthèse nationale, ont pris la parole afin d'évoquer le sens militant de l'acte ultime de Venner, à savoir la nécessité d’amplifier le combat pour sauver notre civilisation plus menacée que jamais.

Après avoir observé une minute de silence, les participants ont répondu à l’unisson à l’évocation du nom de Dominique Venner : PRESENT !

Photo Le nouveau NH cliquez ici

 

19:41 Publié dans France | Lien permanent | |  Facebook

lundi, 08 avril 2013

Parution cette semaine du numéro 31 (mars avril 2013) de la revue Synthèse nationale : ABONNEZ-VOUS !

Couv SN 31.jpg

Au sommaire :

- Au-delà de la manifestation contre le mariage homo, la lutte contre le mondialisme ! Editorial de Roland Hélie

- De la reconquête française... Marc Noé

- Le présent italien annonce-t-il le futur français ? Patrick Parment

- Italie : un entretien avec Gabriele Adinolfi

- L'Europe est-elle une grande puissance ? Bernard Bres

- Le dernier diable d'Europe... Georges Feltin-Tracol

- Les Frères musulmans et les services secrets occidentaux : un entretien avec Jean-Loup Izambert

- Un appel de 10 avocats européens en faveur de la Paix en Syrie

- Les Juifs d’Israël finiront-ils comme les Blancs d’Afrique du Sud ? Jean-Claude Rolinat

- Les bourrins ne sont pas tous dans l’assiette ! Marc Vidal

- L’Abbé Norbert Wallez et Hergé... Lionel Baland

- Notules pour servir à une théorie de la guerre idéologique et culturelle. Jacques-Yves Rossignol

- Menteurs et affabulateurs de la shoah, ou la vie rêvée des camps… à propos du nouveau livre d'Anne Kling

Retrouvez les articles de Philippe Randa, Pieter Kerstens, Francis Bergeron, du Marquis…

135 pages : 12,00 €

ABONNEZ-VOUS !

1 an (6 numéros) : 50,00 €

Soutien : 100,00 €

Etranger : 60,00 €

Chèque à l’ordre de Synthèse nationale à retourner à

Synthèse nationale

116, rue de Charenton 7512 Paris

(correspondance uniquement)

Bulletin d’abonnement cliquez ici

12:41 Publié dans France | Lien permanent | |  Facebook

jeudi, 14 juin 2012

Les conséquences possibles des morsures du Rottweiler...

hjuy.jpg

 

Par Robert Spieler

 

L’incroyable saga que nous vivons, et sur laquelle nous ne reviendrons pas, puisque tout le monde la connait, risque d’avoir plusieurs conséquences : d’une part le discrédit durable d’un Président de la République qui ne sait même pas être maître en sa chaumière. Comment pourrait-il prétendre gérer la France ? D’autre part, un terrible effet de sympathie pour Ségolène Royal, candidate à La Rochelle, certes quelque peu parachutée, encore qu’elle soit présidente de la Région… Gageons que si Ségolène Royal devait être élue, dans une situation certes improbable, elle le serait paradoxalement grâce à Trierweiler qui a dépassé toutes les bornes du bon sens. Le twitt de la mégère de l’Elysée est proprement désastreux. Il revient, de façon incroyable, à traiter Hollande, qui soutient officiellement Ségolène Royal, de benêt, qui n’a rien compris et qui ne sait pas être fidèle à ses amis. Cette hystérie, où elle fait preuve d’une jalousie et d’une haine irrationnelles à l’encontre de la mère des quatre enfants de son compagnon, qui est tout de même le Président de la République, est effrayante. De multiples signaux avaient montré récemment la dangerosité de son comportement, dont seul ce brave Hollande semblait inconscient. Ne citons qu’un exemple : le soir de son élection, François Hollande, heureux, embrasse Ségolène sur les joues. Fureur de la mégère qui exige qu’il l’embrasse sur la bouche… Les conséquences de ce vaudeville risquent d’être redoutables, tant pour François Hollande que pour le PS. François Hollande risque d’être très durablement discrédité et la position de la France affaiblie sur la scène internationale. Quant au PS qui était parti pour l’emporter largement, dimanche, aux élections législatives, il a du souci à se faire. Les électeurs risquent de se poser sérieusement la question si, avec un zozo pareil et une excitée pareille à l’Elysée, il ne faudrait pas malgré tout un contrepoids à l’Assemblée nationale.

01:15 Publié dans France | Lien permanent | |  Facebook

samedi, 11 février 2012

Aujourd'hui, samedi 11 février, 2 évènements à Paris : la conférence de Synthèse nationale sur l'évolution de la Droite nationale entre 1968 et 2012 et la sortie du premier Bouquin de Synthèse nationale...

SN 11 02 2012 Flyer.jpg


Tract cliquez ici


 

1111151646.jpg


 

Anne Kling dédicacera son dernier livre

FN, tout ça pour ça...

 

 UNE AUTRE BONNE NOUVELLE :

A cette occasion, Synthèse nationale vous annonce le lancement d'une nouvelle activité : l'édition de livres destinés à renforcer la formation, à la fois historique, idéologique et culturelle de notre peuple.

Le premier "Bouquin de Synthèse nationale", rédigé par notre camarade et ami Jean-Claude Rolinat sortira donc samedi. Il est consacré à un homme peu connu dans les milieux nationalistes : Antonio de Oliveira Salazar, chef du Portugal de 1926 à 1968.

Vous pourrez acheter ce livre (164 pages, 18 €), tout comme bien entendu celui d'Anne Kling, samedi prochain lors de la conférence de Synthèse nationale.

 SN 26 Salazar.jpg


 

SALAZAR le regretté…

 

Jean-Claude Rolinat                                                                  Parution le 9 février 2012

 

Salazar, chef du Portugal nationaliste, l’Etat nouveau, de 1926 à 1968. Peu connu des nationalistes français il transforma ce petit pays, fort d’un empire gigantesque que beaucoup trouvaient anachronique et que certains convoitaient, en une nation moderne. Et, 40 ans après sa mort, 41% des Portugais le considère comme le plus grand de leurs compatriotes, devant le navigateur Vasco de Gama… Loin des clichés véhiculés par les tenants de la pensée unique, cette biographie que nous propose Jean-Claude Rolinat remet les choses à leur place.

 

SALAZAR le regretté… Jean-Claude Rolinat, Les Bouquins de Synthèse nationale, 164 p., 18,00 €

 

Jean-Claude Rolinat sera présent et dédicacera

son nouveau livre SALAZAR le regretté...

 

Bulletin de commande cliquez ici

09:25 Publié dans France | Lien permanent | |  Facebook

jeudi, 17 novembre 2011

Vendredi, en exclusivité dans Rivarol :

Rivarol 3022.jpg

11:40 Publié dans France | Lien permanent | |  Facebook

lundi, 14 novembre 2011

Belle réussite pour la 5e Journée de Synthèse nationale à Paris vendredi dernier...

P1080455.JPG

Plus d'un millier de personnes ont participé à la 5ème journée de Synthèse nationale

P1080407.JPG

Une partie de la rédaction de la revue autour de Roland Hélie : Patrick Gofman, Jean-Claude Rolinat, au micro Lionel Baland, Arnaud Raffard de Brienne et Luc Pécharman.

P1080436.JPG

La question sociale en Europe était le sujet de la seconde table ronde.  Un animateur de Casa Pound, Serge Ayoub, un responsable de Nation, Robert Spieler, Gabriele Adinolfi, André Gandillon et Roland Hélie.

P1080447.JPG

Roland Hélie, directeur de Synthèse nationale reçoit Carl lang, candidat de l'Union de la Droite Nationale à la présidentielle.

P1080464.JPG

Les participants à la table ronde sur la question sociale autour de Robert Spieler.

P1080468.JPG

Gabriele Adinolfi, directeur de la revue Polaris (Rome).

P1080463.JPG

La foule, enthousiaste, a répondu à l'appel de Synthèse nationale.

P1080478.JPG

Les stands qui ne désemplissent pas.

P1080486.JPG

Robert Spieler évoque les nombreuses tentatives d'intimidation visant à faire annuler ce grand rendez-vous des forces nationales unifiées. Nous en reparlerons très bientôt.

P1080512.JPG

Roland Hélie, Roland Curtet (MNR), Robert Spieler (NDP), Pierre Vial (Terre et peuple) et Jérôme Bourbon (Rivarol) au cours de l'intervention très appréciée de Carl Lang.

P1080518.JPG

Un public toujours aussi attentif...

12:48 Publié dans France | Lien permanent | |  Facebook

vendredi, 14 octobre 2011

Ahurissant confusionnisme du Bloc Identitaire...

Identite.jpgPar Robert Spieler*

Délégué général de la

Nouvelle Droite Populaire

Des “schnapsidées”… Vous ignorez sans doute la signification de ce mot. Tous les Alsaciens de langue germanique connaissent cependant cette expression. Elle réfère à l’état de divagation qu’entraîne une consommation abusive de schnaps, cet alcool de fruits, très fort, dont je vous recommande la consommation (modérée). Le schnaps à base de mirabelle, de cerise ou de baie de houx est un délice. Mais, passons, nous ne sommes pas dans une rubrique gastronomique…

Dimanche 9 octobre, ont eu lieu les primaires socialistes. Soit. C’était le problème des socialistes, ce n’était pas le nôtre. Mais le Bloc Identitaire, qui a la prétention de faire la politique autrement, avait appelé ses militants… à se déplacer et à voter Montebourg. Les anciens d’Unité Radicale au secours d’un des candidats socialistes! On aura tout vu…

L’argument du Bloc Identitaire, repris sur le blog de Jeune Alsace est puissant: «Dimanche 9 octobre, vous aurez la possibilité dans la plupart des mairies de voter à l’occasion des primaires du Parti Socialiste. Face à la monotonie des candidats qui sortent de la même école que les élus de l’UMP, et donc (sic) les convictions sont aussi nombrilistes que leurs camarades de classe (re-sic), se dresse un personnage intéressant que nous aimerions suivre (re-re-sic) : Il s’agit d’Arnaud Montebourg.» Et le bloc Identitaire de poursuivre: «Nous appelons toutes les personnes majeures qui ont la possibilité d’aller voter de donner une voix (à Arnaud Montebourg) pour une alternative à ce monde dégénéré.» Et puis, après, ces puissantes paroles… «Voter Montebourg, c’est dépasser les clivages politiques afin de mieux servir notre cause. Voter Montebourg, c’est voter pour vous!» Atchoum ! Rompez les rangs ! Les «personnes majeures» en question avaient pour seule obligation de signer, avant de voter, un engagement quant à leur adhésion aux valeurs du socialisme cosmopolite, mais ceci n’est qu’un petit détail… Le site “identitaire” précise par ailleurs: «Le vote coûte un euro, mais ça ne va pas vous tuer.»

Philippe Vardon, responsable de la section niçoise du Bloc Identitaire, s’était déjà rendu, il y a deux semaines, à la réunion de soutien à Montebourg, organisée par David Nakache et ses amis socialistes niçois. Après avoir aussi été présent à celle du Front national, avec Marine LePen. Les Identitaires de Bourgogne, quant à eux, se sont aussi rendus à la permanence parlementaire d’Arnaud Montebourg à Louhans (Saône-et-Loire) pour l’inviter à faire un effort vers plus d’engagement vers la démondialisation, qui est un de ses thèmes de prédilection. Très bien, sauf qu’Arnaud Montebourg partage avec ses camarades socialistes et communistes l’idée de la «régularisation des personnes actuellement présentes sans droit de séjour» (ça s’appelle des clandestins) sur le territoire national, certes au cas par cas, en contrepartie de conditions individualisées d’intégration. «Cela permettrait de régulariser le travail au noir, de faciliter la mixité sociale…» explique-t-il dans un entretien à L’Express, insistant sur la nécessité d’avoir des «critères généreux». Montebourg souhaite également donner la possibilité aux employeurs de demander la régularisation de leurs travailleurs sans papiers. Il compte donner le droit de vote aux élections locales aux étrangers installés depuis longtemps et reconnaître ainsi «leur pleine participation à la vie locale.» Il milite aussi, comme ses camarades du PS pour un «contrat d’accueil et d’intégration» des immigrés.

Montebourg, «une alternative à ce monde dégénéré», déclare le Bloc Identitaire On aura tout vu, tout entendu…

Bon, d’accord, si j’étais socialiste, j’aurais peut-être voté Montebourg, le plus opposé à la mondialisation. Mais je ne suis pas partisan du socialisme cosmopolite et immigrationniste, et refuse la colonisation de notre terre. Si je faisais partie de la sensibilité de la gauche plus radicale, je n’hésiterais pas: ce serait Mélenchon. Il me plait bien, Mélenchon. Il a une grande qualité, comme Georges Marchais: il est méchant. Méchant avec les journalistes, méchant avec ses adversaires, et même avec ses amis. Mais Mélenchon est, comme ils le sont tous, de gauche et de droite, prêt à accepter la colonisation de notre terre. Non possumus.

Ici est notre sol, ici est notre terre, ici est notre sang. Quand tous trahiront, nous, nous resterons fidèles.

* Article publié dans Rivarol de cette semaine (cliquez ici)

Site de la NDP cliquez là

02:40 Publié dans France | Lien permanent | |  Facebook

mercredi, 11 mai 2011

Mayotte, département français : une calamité...

images.jpgPar Robert Spieler (*)

Mayotte, ce confetti situé dans le canal du Mozambique, entre Madagascar et l’Afrique, est devenue le 101ème département français, le 4 avril 2011, suite au référendum du 29 mars 2009: une calamité…

 

Un peu d’histoire :

 

Mayotte, située dans l’archipel des Comores ne représente qu’une surface minuscule (374 km2) : deux îles entourées d’un récif corallien et d’un magnifique lagon. On la surnomme l’île aux parfums, tant la présence de l’ylang-ylang, utilisé en parfumerie, est abondante. Les Comores sont, au XIXème siècle, l’objet de luttes incessantes entre roitelets locaux. Elles survivent avec peine grâce au trafic d’esclaves à destination du Moyen-Orient. Un sultan malgache, qui règne sur Mayotte, appelle au secours un Français, le commandant Pierre Passot. Et cède son île à la France pour la modique somme de 1 000 piastres. L’archipel ne représente en réalité aucun intérêt pour la métropole : éloigné des grandes routes maritimes, pauvre, sans ressources, il n’intéresse guère l’administration coloniale. Mayotte, une des îles de l’archipel (il y a aussi Anjouan, Grande Comore et Mohéli) ne compte que 3 000 habitants.

 

La situation administrative des Comores perdurera jusqu’en 1968, où la France lui concède une large autonomie interne, prélude à l’indépendance. Mais les maladresses vont succéder aux maladresses. Jacques Foccart, l’homme ‘Afrique ‘ de De Gaulle choisit un riche commerçant, Ahmed Abdallah, de l’île d’Anjouan, concurrente de Mayotte pour diriger le pays. Les Mahorais ont peur de ce tyranneau et, pour s’en protéger, proclament leur attachement indéfectible à la France. Un référendum décisif a lieu le 22 décembre 1974. Les Mahorais se prononcent à 63% contre l’indépendance, les autres Comoriens votent à 95% pour. Dès lors, le problème devient inextricable. La grande majorité des Comoriens a voté pour l’indépendance. On arrête là ?  Non, au mépris du droit international, et aussi sur la pression de groupes « nationalistes » français, notamment royalistes (Pierre Pujo et Aspects de la France furent très actifs dans ce lobbying), qui s’émerveillent de voir le drapeau tricolore flotter sur tous les continents, la calamité nationale Giscard d’Estaing, deux ans avant le « regroupement familial », décide de reconnaître à Mayotte le droit de vivre sa vie. Sa vie au sein de la France. Le 8 février 1976, les habitants de Mayotte votent par référendum à 99% en faveur de l’intégration à la France.

 

Depuis lors, Mayotte est administrée par des fonctionnaires venus essentiellement de métropole.

 

Les conséquences

 

Mayotte, qui comptait en 1841, 3000 habitants, en compte aujourd’hui 200.000, tous musulmans. Toutes les nuits, à partir de l’île d’Anjouan, distante de cinquante kilomètre, des comoriennes sans papier embarquent, enceintes, dans des embarcations de fortune, les kwassa-kwassa pour venir accoucher à Mayotte, c'est-à-dire en France. Et c’est à Mamoudzou, chef-lieu de la collectivité territoriale, que se trouve la plus grande maternité de France : 5000 naissances par an sur un total de 8000. Les comoriennes ne sont, au demeurant, pas les seules à débarquer. Des malgaches, des africaines qui viennent faire bénéficier leurs enfants du droit du sol … Inutile de relever qu’il y a un fossé culturel entre Mayotte et la France. Il y a quelques années, on pouvait lire sur les feuilles d’impôts de l’île « première femme », « deuxième femme » dans la liste des personnes à charge à déclarer…

 

Grâce à Mayotte, le Ministère de l’Intérieur peut se targuer de chiffres quelque peu valorisants de reconduite à la frontière de clandestins. Mais ces chiffres n’ont aucune signification. Tous les matins, la police procède à l’arrestation de clandestins dans les villages de brousse.  Qui sont expulsés et reviennent tranquillement dans les semaines qui suivent. On en voit même qui, désireux de retourner à Anjouan, pour un décès ou une fête de famille, se rendent d’eux-mêmes à la gendarmerie pour réclamer leur rapatriement en avion ou en bateau. Tous frais payés. Et qui reviennent derechef…

 

Quant au système éducatif, il est en toute première ligne pour encaisser le choc de cette natalité considérable et de cette immigration massive. Beaucoup ne sont pas francophones. On bricole pour faire face. On recrute des instituteurs au niveau du bac. On instaure un système de rotation : la moitié des classes viennent de 7 à 12h20, l’autre moitié de 12h30 à 17h40. Pour suivre, il faudrait construire trois collèges par an ! Et combien de lycées demain ?

 

La délinquance progresse, quant à elle, de façon spectaculaire. On envisage la construction d’une deuxième prison. Le nombre d’enfants ou d’adolescents livrés à eux-mêmes est énorme. Les conditions d’hébergement du centre de rétention épouvantables. Un apartheid de fait existe à Mayotte : des quartiers habités par les blancs, ultra protégés. Quant aux autres…

 

Mayotte est de fait, en état de faillite. Prendre en charge cette île va coûter des sommes astronomiques. Il y a certes, sans doute, de l’argent à faire, au profit de certains privilégiés, à Mamoudzou. Pour des banquiers, des entrepreneurs de travaux publics, des fonctionnaires. On s’apprête à construire un hôtel de luxe… Et des écoles, et des prisons, et sans doute demain un somptueux Hôtel du Département… L’essentiel de cette « richesse » qui se déversera sur l’île proviendra, bien sûr, de la poche des contribuables français.

 

Quelle folie que Sarkozy se soit engagé dans la départementalisation ! En ce 35ème anniversaire du regroupement familial, voulu par Chirac et Giscard d’Estaing, désignons cette droite méprisable, collaborationniste, qui trahit les intérêts de notre Peuple. Et considérons que c’est elle, l’ennemi principal…

 

(*) Tribune libre publiée dans Rivarol n°2995 (30 avril 2011)

19:02 Publié dans France | Lien permanent | |  Facebook

mercredi, 13 avril 2011

Colloque de Synthèse nationale sur les 35 ans du regroupement familial : une réussite, 250 participants...

Photo 021.jpg

15 h 00 : première partie du colloque, le bilan du regroupement familial. De gauche à droite : André Gandillon, Pierre Vial, Roland Hélie, Véronique Bouzou, Robert Spieler.

Photo 026.jpg

Véronique Bouzou, professeur de français et auteur de plusieurs livres courageux sur le métier d'enseignant, au cours de sa remarquable intervention.

Photo 014.jpg

André Gandillon, Directeur de Militant et Président des Amis de Rivarol, dressa un bilan sans appel de la politique d'immigration orchestrée par le Système.

Photo 031.jpg

Pierre Vial, universitaire, Président de Terre et peuple et membre du Bureau national de la Nouvelle Droite Populaire, analysa les raisons historiques de ce génocide par substitution.

Photo 033.jpg

Pendant la pause, notre photographe a croisé Robert Spieler, ancien député et Délégué général de la NDP, visiblement satisfait du succès de ce colloque.

Photo 041.jpg

17 h 00, seconde partie : Annick Martin, Vice-Présidente du MNR, présenta une série de propositions concrètes et réalisables afin d'en finir avec l'invasion et rendre la France aux Français.

Photo 049.jpg

Carl Lang, Président du Parti de la France, très combatif, expliqua les raisons que nous avons de ne pas baisser les bras. Il enthousiasma la salle lorsqu'il lança, à propos des pseudo nationaux et des pseudo identitaires qui ne rêvent que d'aller se prosterner en Israël : Je n'ai pas fait le voyage à Téhéran, je ne ferai pas le voyage à Tel Aviv !

Photo 053.jpg

Au cours de son discours très politique, Carl Lang insista sur la nécéssité pour les forces nationales et nationalistes authentiques de se rassembler et de se doter d'une structure unitaire fédérative et offensive dans les mois qui viennent afin de préparer les différentes élections qui doivent se dérouler en 2012 et après. 

Photo 055.jpg

 Robert Spieler, dans son discours final, dénonca avec force l'éternel parti de la collaboration à l'invasion qui, de 1976 à aujourd'hui, a encouragé la politique d'immigration. Il rappela que le combat contre l'islamisme ne se situe pas en Afghanistan, pas en Lybie, pas en Palestine, pas en Israël, mais ici, sur notre terre, en France et en Europe. Il fut longuement applaudi losqu'il s'exclama : nos soldats n'ont pas vocation à mourir pour Washington ni pour Tel Aviv ! Robert Spieler apporta son soutien total, au nom de la NDP, à la proposition de Carl Lang de constituer le grand rassemblement de la Droite nationale en vue de la reconquête de notre espace politique et de libérer la France de ceux qui la considèrent déjà comme une terre colonisée.

La direction de Synthèse nationale tient à remercier les militants qui ont contribué à la réussite de ce colloque. Plusieurs stands (Terre et peuple, Troisième voie, Rivarol, La Licorne bleue, la NDP, Militant...) proposaient aux participant livres, journaux et matériel de propagande. Plusieurs personnalités nous ont fait l'amitié d'assister à nos travaux. Sitons MM Pierre Sidos, Président de l'Oeuvre française, Jérôme Bourbon, directeur de Rivarol, Alberto Torresano, responsable de la Phalange à Madrid, Serge Ayoub, dirigeant de Troisième voie, Patrick Gofman, Jean-Paul Chayriges de Olmetta, Arnaud Raffard de Brienne, écrivains, Pierre Descaves, ancien député... Dans les jours qui viennent, nous reviendrons sur les différentes interventions.

Source Synthèse nationale

18:20 Publié dans France, Politique | Lien permanent | |  Facebook

mercredi, 06 avril 2011

Samedi 9 avril, à Paris : les 35 ans du regroupement familial...

immigration.jpg

1976 : il y a 35 ans, le Système instaurait

le regroupement familial…

2011 : faisons le procès du Système !

 Samedi 9 avril 2011

De 15 h 00 à 18 h 00

 Centre de conférences

8 bis, rue de la Fontaine au Roi 75011 Paris

Métro République ou Goncourt

Avec :

Véronique Bouzou, enseignante, auteur de "Ces profs qu'on assassine",

Annick Martin, vice présidente du MNR,

André Gandillon, Président des Amis de Rivarol,

Pierre Vial, membre du Bureau national de la NDP et Président de Terre et peuple,

Carl Lang, Président du Parti de la France,

Robert Spieler, Délégué général de la Nouvelle Droite Populaire,

Roland Hélie, diecteur de Synthèse nationale.

 

Participation : 10,00 € (étudiants et chômeurs : 5,00 €)

23:26 Publié dans France | Lien permanent | |  Facebook