Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 05 novembre 2008

L’Amérique est morte. Vive l’Europe !

L277xH400_spieler-7592e.jpgRéaction de Robert Spieler, Délégué général de la Nouvelle Droite Populaire :

La victoire massive d’Obama représente surtout une défaite écrasante pour George Bush, qui est sans doute le président le plus calamiteux que l’Amérique ait connu ces cinquante dernières années.

On peut comprendre que les Américains n’aient pas voulu d’un Mc Cain qui se proposait de poursuivre les gesticulations arrogantes de l’Empire, ni d’une Sarah Palin experte en chasse à l’élan en Alaska.

Obama a une qualité indéniable : il est métis, donc noir. Cette qualité, que ses partisans ont  habilement valorisée, fut glorifiée, urbi et orbi, par les médias américains et par les bobos cosmopolites, ainsi que par leurs clones européens. Cette élection démontre que l’Amérique wasp (white, anglo-saxon and protestant) a vécu. L’Amérique multiraciale l’a emporté. Gageons que le futur président des Etats-Unis sera chicanos, minorité en très forte progression, de langue espagnole originaire des Etats du sud, dont le Mexique. Les projections démographiques sur les trente prochaines années laissent apparaître une stabilisation de la population noire à moins de 20%, et une très forte progression des chicanos à plus de 30%. Les blancs seront définitivement minoritaires. Comme nous le sommes déjà en France, dans nos banlieues ou dans des villes comme Roubaix.

Sarkozy n’avait pas caché, au mépris de toute prudence diplomatique, sa préférence. Il exprima avec émotion et amour son soutien. CQFD. Certains médias français allèrent même jusqu’à évoquer leur souhait de voir un Obama apparaître en France. Après tout, pourquoi pas. Je verrais bien Dieudonné à l’Elysée. Au moins, on se marrerait.

Bush a tout fait pour que la Turquie intègre l’Union Européenne, dans le but d’affaiblir la perspective d’une Europe de la puissance. Mc Cain aurait fait de même. Quant à Obama, résistera-t-il à la tentation de proposer l’intégration de l’Europe à la Turquie et celle du Kenya, dont son père est originaire, à l’Amérique ?

Le combat pour notre survie se situe aujourd’hui sur le continent européen.

Pour ce qui est de l’avenir des Etats-Unis, me ne frego (je m’en fous).

13:21 Publié dans Politique | Lien permanent | Tags : us, élections américaines, politique, ndp, robert spieler, synthèse nationale | |  Facebook