Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 01 mai 2008

Nouvelle Droite Populaire

Tel est le sigle que nous avons choisi pour rassembler les énergies nationalistes, régionalistes, européennes et identitaires, afin de proposer, au-delà de nos différences, une espérance.

Certains s'étonneront à l'idée que des sensibilités diverses puissent se retrouver.

Je leur réponds que les dangers qui pèsent sur notre civilisation, que sont l'immigration, la dénatalité et la mondialisation, exigent une réponse commune.

Nous sommes aujourd'hui dans la situation qu'évoquait il y a 30 ans Jean Raspail dans son roman prophétique Le camp des saints.

Face à l'invasion, la résistance doit s'organiser.

Robert Spieler

 

21:12 Publié dans Politique | Lien permanent | Tags : robert spieler, nouvelle droite populaire, front national, alsace d'abord | |  Facebook

mercredi, 20 février 2008

Jean-François Touzé soutient Robert Spieler

7763d92e8462dffb38d86b38f13fa4dd.jpg

 

 

 

COMMUNIQUE DE PRESSE :

 

Jean-François Touzé, Conseiller régional d’Ile de France, ancien membre du bureau politique du Front National et Président de Convergences Nationales* apporte son soutien plein et entier à la liste  conduite à Strasbourg par Robert Spieler.

Fidèle aux objectifs de Convergences, structure de réflexion et d’animation destinée à faciliter l’entente au sein de la droite nationale et identitaire et à préparer l’avenir de notre famille politique, il appelle l’ensemble de ses militants, adhérents et sympathisants à se mobiliser pour assurer le succès de cette liste.

Paris, le 19 février 2008

*Convergences nationales : 111, av. Victor Hugo 75116 Paris

vendredi, 08 février 2008

L’union des patriotes, régionalistes et identitaires à Strasbourg se réalise autour de la liste de rassemblement Strasbourg d’abord !

945a124b9e72e21d5a1370bc37402771.jpg

Robert Spieler, président d’Alsace d’abord, a présenté aujourd’hui à la presse la liste de rassemblement Strasbourg d’abord, entouré d’Anne Kling, présidente de Défendons Notre Identité, et du Général Alain Voelckel, qui occuperont les 2ème et 3ème place de la liste.

Jean-Louis Wehr, leader historique du FN à Strasbourg (conseiller municipal de 1995 à 2001 et tête de liste FN en 2001), a apporté son appui à la liste Strasbourg d’abord, en appelant les dirigeants du FN à soutenir une liste unique d’union nationale et régionale, et les électeurs du FN à voter pour la liste de rassemblement Strasbourg d’abord.

Marylène Heitz, conseillère régionale du FN, a répondu positivement à cet appel et rejoint la liste Strasbourg d’abord, où elle figurera en 4ème position.

Par ailleurs, Gilles Fevre, membre du Bureau Politique du MNR, est présent sur la liste et apporte « le soutien total de Bruno Mégret et du MNR ».

La conférence de presse a également été l’occasion de présenter les documents de campagne, tracts et affiches.

Strasbourg d’abord a engagé une très active campagne où 100.000 tracts seront distribués et 7.000 affiches collées pour proposer aux Strasbourgeois un programme de vraie rupture, qui défendra Strasbourg et les Strasbourgeois d’abord.

Strasbourg d’abord

dimanche, 20 janvier 2008

Lancement à Anvers de l’organisation européenne « Les villes contre l’islamisation » - avec Robert Spieler, Président d’Alsace d’abord

7171e456d8dc8c9373d0be8e2bb4e661.jpg

Jeudi 17 janvier, s’est tenue à Anvers, en Flandre, la réunion constitutive de l’organisation européenne « Les villes contre l’islamisation ».

Plusieurs mouvements nationaux et identitaires européens, à l’initiative de Filip Dewinter, député d’Anvers et porte-parole du Vlaams Belang, ont décidé de créer cette structure commune afin de renforcer et de coordonner leur lutte contre l’islamisation de nos villes.

Parmi les fondateurs figurent le FPÖ (Autriche), représenté par son Président Heinz Strache ; Krake Rolf du Danemark qui a lancé des initiatives populaires contre l’islamisation de son pays ; Henrique Ravelo, Président espagnol de Tierra y Pueblo ; Adriana Bolchini, d’Italie, ancienne proche de Oriana Fallaci et responsable d’une association anti-islamique ; Markus Wiener-Wolter, dirigeant de Pro Köln, association citoyenne très puissamment implantée à Cologne et farouchement opposée à l’implantation de mosquées-cathédrales dans Cologne.

Robert Spieler figure également parmi les fondateurs de l’association, et entendait représenter tous ceux qui, qu’ils soient nationalistes, régionalistes ou identitaires, sont résolus à ce que l’Alsace et la France ne deviennent jamais terre d’Islam.

f334aa02c4751c862cbf6ce915e3671c.jpg

Après la conférence de presse, les membres fondateurs de l’association se sont retrouvés devant la mairie d’Anvers en brandissant des panneaux représentant une mosquée géante dans un cercle rouge barré.

Dans l’après-midi, visite sous protection policière du quartier du nord d’Anvers, totalement islamisé. Edifiant et significatif de ce que l’on peut attendre dans les prochaines décennies…

Dans la soirée, grande réception avec les militants et les élus d’Anvers du Vlaams Belang : 800 personnes.

L’association « Les villes contre l’islamisation » va organiser dans les prochaines semaines de nombreuses réunions partout en Europe de sensibilisation face à la menace islamique.

La première de ces réunions aura lieu le samedi 2 février à Paris sous l’égide de la revue et de l’association Synthèse Nationale, dirigée par Roland Hélie.

Robert Spieler et Hilde de Lobel, députée du Vlaams Belang, seront présents lors de cette réunion et présenteront au public les objectifs de cette initiative.

samedi, 22 décembre 2007

Une étoile sur un sapin de Noël ? Un signe ostentatoire...

Bussereau, secrétaire d'Etat à quelque chose, est venu il y a quelques jours à Strasbourg visiter la DDE (Direction départementale de l'équipement). Les responsables de la DDE décidèrent d'orner leurs locaux d'un magnifique sapin de Noël bien plus grand que d'habitude, afin d'honorer sa présence.

Le collaborateur chargé d'habiller le sapin s'autorisa de le coiffer d'une étoile, comme il est de coutume en Alsace et ailleurs.

Réaction indignée d'un cadre de la DDE : "Ceci est un signe ostentatoire, enlevez le!". Notre ami Alain, scandalisé à juste titre par ce fanatisme sectaire reprit l'échelle et s'en alla replacer lui même l'étoile qui trône depuis au sommet du sapin.

De petits ruisseaux font de grandes rivières. De petites résistances finiront par le grand combat pour la défense de nos identités.


Robert Spieler
www.robert-spieler.net

14:15 Publié dans Politique | Lien permanent | Tags : robert spieler, alsace d'abord, Bussereau, sapin de noël, alsace, noël, ump | |  Facebook

mardi, 11 décembre 2007

Fusion de l'Alsace et de la Lorraine : une schnapserie...

Nouveau délire technocrato-gouvernemental de Paris, relayé par Michèle Alliot-Marie qui propose, rien de moins, que la fusion des Régions Alsace et Lorraine. Cette proposition absurde ne repose sur aucune réalité historique et contribuerait à créer une région parfaitement artificielle.

La fusion de l'Alsace et du département de la Moselle, de langue alémanique pourrait certes se concevoir, ayant déjà été expérimentée dans l'Histoire, et reflétant une cohérence linguistique.

Mais cette proposition de fusion des deux régions est une nouvelle "schnapserie" parisienne (référence aux idées délirantes issues du cerveau embrumé d'une personne ayant lourdement abusé du schnaps, alcool régional particulièrement fort).

 

 

Robert Spieler

Président d'Alsace d'abord

11:55 Publié dans France | Lien permanent | Tags : robert spieler, alsace d'abord, alsace, lorraine, moselle, gouvernement, politique | |  Facebook

dimanche, 09 décembre 2007

Suppression en Alsace des professions de foi en allemand : Paris se moque de l’Alsace !

a20a89974610a846c906f54a43f929be.jpgLa suppression du remboursement des professons de foi en allemand, qui était une tradition solidement établie en Alsace et en Moselle depuis 1918, est un scandale.

Qu’un quelconque technocrate parisien s’autorise à rayer d’un trait de plume, sans aucune concertation avec les Alsaciens, un acquis culturel et politique de notre région démontre l’immense mépris de Paris pour l’Alsace.

Il démontre aussi le poids inexistant des élus alsaciens de l’UMP qui n’ont même pas été consultés alors que l’Alsace est la seule région de France à majorité UMP.

Jamais Paris n’aurait osé procéder ainsi avec les Corses.

Cette décision démontre l’ardente nécessité pour les Alsaciens d’être représentés par un mouvement régionaliste puissant qui n’ira pas prendre ses ordres auprès de quelques fonctionnaires parisiens.

Aujourd’hui, la suppression des professions de foi en allemand, et demain la remise en cause du statut concordataire ?

Alsace d’abord lance immédiatement une grande pétition régionale pour la défense de notre identité et va écrire à tous les Maires d’Alsace pour les appeler à la contre-offensive contre le jacobinisme et les diktats parisiens.

 

 

Robert Spieler 

Candidat à la Mairie de Strasbourg

Président d'Alsace d'abord

12:00 Publié dans Alsace | Lien permanent | Tags : robert spieler, alsace d'abord, régionalisme, paris, professions de foi, bilinguisme, politique | |  Facebook

jeudi, 15 novembre 2007

Robert Spieler, un programme politique chargé

Convention Identitaire le 10 novembre avec les identitaires français et européens, rencontre le 12 novembre avec Umberto Bossi et les députés européens de la Ligue du Nord, entretien le 13 novembre avec le colonel NerDah, un des chefs de la résistance du peuple Karen en Birmanie.

Samedi 10 novembre : Robert Spieler, Président d’Alsace d’abord, a participé aux côtés de Jacques Cordonnier, Secrétaire Général d’Alsace d’abord et coordinateur de la Fédération Identitaire, de Chantal Spieler, Présidente de Solidarité Alsacienne, et d’une équipe d’une vingtaine de militants identitaires alsaciens, à la Convention Identitaire à Beaune.

Nous nous sommes retrouvés aux côtés du Bloc Identitaire et de ses associations satelites (Jeunesses Identitaires, SDF, Nissa Rebela, Solidarité Kosovo), de personnalités du MNR comme Nicolas Bay ou Patricia Vayssière (qui fit une remarquable intervention sur les possibilités que donne la loi de 1905 pour bloquer le financement public des mosquées), et de nombreuses délégations européennes (Vlaams Belang, Ligue du Nord, JI Genève, identitaire portugais et régionalistes catalans). En tout, plus de 300 participants.

Dans mon allocution, j’ai réclamé la protection des frontières européennes, aussi bien d’un point de vue économique que migratoire. A la question : « Mais les Chinois ne nous achèteront plus d’Airbus, si nous n’achetons pas leurs textiles », j’ai répondu « On s’en fout, dès lors qu’une véritable Europe des peuples restera européenne et achètera européen ». J’ai aussi rappelé que notre régionalisme n’était pas contradictoire avec l’idée de Nation et l’espérance d’une Europe de la puissance.

Mardi 13 novembre : rencontre au Parlement Européen, avec des dirigeants d’Alsace d’abord, d’Umberto Bossi, Président de la Lega Nord, et des députés européens de son mouvement.

b88e5ed95a79d6f080bb5a7e8c70b423.jpg
De gauche à droite : Gian Paolo Gobbo, Robert Spieler, Mario Borghezio, Umberto Bossi, Francesco Speroni

Umberto Bossi nous a exprimé son souhait de créer une fédération des peuples d’Europe et nous a proposé de nous y associer. Alsace d’abord accepte avec enthousiasme.

Lorsque je lui demande s’il considère le Tyrol du Sud, région historiquement autrichienne qui fait depuis 1919 partie de l’Italie et qui est nommée par les Italiens « Haute-Adige », comme étant italien, autrichien, padanien, ou tout simplement une région d’Europe, Umberto Bossi me répond : « une région d’Europe ».

Mercredi 14 novembre : rencontre à mon domicile avec le colonel NerDah, porte-parole des Karens, un peuple, une nation, opprimés par le régime dictatorial birman et dont nombre sont chrétiens. Ils se battent pour leur liberté, leur langue, leur nation, et leur drapeau. Le père du colonel, le général NerDah, est considéré comme un héros, tant chef les Karens qu’en Thaïlande (la Thaïlande jouxte le pays Karen et la Birmanie), pour avoir réussi à contenir les offensives des guérillas communistes il y a 25 ans.

e2465cfed7029ce8f1c20c56f23aa475.jpg
Robert Spieler et le colonel NerDah

Les Karens, soumis à une intense répression des dictateurs birmans, sont également les victimes des multi-nationales qui soutiennent le régime militaire birman. C’est ainsi que dans les années 90, des dizaines de milliers de Karens ont été déportés pour construire un pipe-line financé par la compagnie pétrolière Total.

Les Karents ont besoin de votre aide. Vous pouvez les aider en envoyant vos dons à Alsace d’abord (Boite Postale 60291 - 67008 Strasbourg Cedex ; mentionner dans le courrier que le don est à destination des Karens) que nous transmettrons à Franco Nerrozi, Président de l’association Comunita Popoli, qui vient en aide depuis 2001 aux Karens et a organisé la rencontre entre Alsace d’abord et le colonel NerDah.

Les Karens se battent pour leur liberté, leur identité, comme nous nous battons pour la notre.

Nous sommes à leurs côtés. C’est avec chaleur et amitié que nous nous sommes quittés.

 

Des vidéos de ces rencontres avec Ligue du Nord et le colonel Nerdah seront prochainement mises en ligne. J’ajoute qu’un reportage de la réunion du 27 octobre de la revue Synthèse Nationale, dirigée par Roland Hélie, est actuellement en préparation.

 

Comme vous le voyez, notre agenda ne manque pas d’être chargé. D’autant plus que dans le même temps, la constitution de notre liste municipale à Strasbourg avance à grands pas. Nous y reviendrons prochainement en détail.

 

Robert Spieler

lundi, 29 octobre 2007

Droit de réponse aux DNA - Les fils responsables des erreurs de leurs grands-parents ?

Les étranges méthodes de certains journalistes...

Je viens d’être mis en cause dans un article des Dernières Nouvelles d'Alsace (chuchotements du lundi 29 octobre) quant à ma satisfaction de la victoire de l’UDC suisse de Christoph Blocher, dont me sépare pourtant ses positions anti-européennes. Mais, lui, défend sans ambiguïté l’identité de son peuple.

Les DNA exhument en effet le passé du grand-père de Christoph Blocher qui aurait mené campagne avant 1914 avec le père de Fritz Spieser (Fritz Spieser a été un nazi), contre la pratique de la langue française en Alsace.

L’article se conclut par cette interrogation : Robert Spieler le savait-il ?

Robert Spieler répond bien volontiers à cette importante interrogation. Il ne le savait pas et s’en contre-fiche complètement.

S’il fallait entrer dans une démarche digne de l’Ahnenerbe nazie et analyser les comportements et les positions des parents, des grands-parents et des ancêtres (voire des amis des ancêtres) de tous les responsables politiques alsaciens de l’UMP ou du PS, nous ne manquerions pas d’avoir quelques surprises et motifs d’indignation pour certains.

Robert Spieler entend ne pas entrer dans cette détestable logique qui consiste à rendre les enfants comptables des fautes de leurs ancêtres.

Il ne s’est jamais prêté à ce jeu méprisable qui aurait consisté, par exemple, à dénoncer le passé de chef de la jeunesse hitlérienne d’un ancien député centriste et premier-adjoint au maire d’une importante commune alsacienne. L’existence d’une photo compromettante lui interdit d’être honoré de la Légion d’Honneur, prudence oblige.

Le passé est le passé. Et du passé, faisons table rase.

Robert Spieler

15:35 Publié dans Strasbourg | Lien permanent | Tags : robert spieler, alsace d'abord, dna, strasbourg, régionalisme, identitaire, politique | |  Facebook

mardi, 23 octobre 2007

Lettres ouvertes à Robert Spieler

Mon article concernant la condamnation des propos de Marine Le Pen contre l’affiche de l’UDC a suscité de nombreuses réactions, positives mais aussi négatives.

 

Je publie volontiers deux lettres ouvertes qui me paraissent mériter réponse, l’une de Stéphane Durbec (conseiller régional FN de PACA), l’autre de Philippe Olivier (ancien membre du bureau politique du FN, conseiller municipal de Maisons-Alfort).

 

J’y répondrai demain sur mon blog.

 

Je répondrai aussi dans les prochains jours à la tribune de Marc George, proche d'Alain Soral, intitulée "Robert Spieler ou l'anti-France de droite"

 

Robert Spieler

 

 

 

1 - Communiqué de Stéphane Durbec :

Il apparaît évident que notre famille politique se trouve au cœur du combat fondamental et que les idées nationales sont éminemment modernes. La victoire dans les urnes du Front National repose sur notre capacité d’alerter puis d’expliquer les affaires sensibles toutes ou presque liées à l'immigration incontrôlée ! Sur une affiche de l’UDC, on voit trois moutons blancs posés sur une surface rouge marquée d’une croix blanche symbolisant la Suisse. L’un d’eux repousse d’un coup de patte un mouton noir censé représenter un immigré.

Originaire de l’Outre Mer Français, très jeune lycéen, dès 16 ans je me suis rangé dans le camp des patriotes je crois à la valeur de l’effort. Médiatiquement, un des plus perfectible comme responsable FN je crois à la valeur du mérite. Elu Régional des plus actif de l’Assemblée je crois à la valeur du travail. Sous-Officier de réserve, petit fils d’un Officier sorti du rang, titulaire de la Médaille Militaire à titre de guerre exceptionnel, titulaire de la Légion d’Honneur au péril de sa vie ayant 19 autres décorations dont la Croix de Guerre je crois au respect des anciens, au respect de la loi, au respect de la vie.

Monsieur Robert Spieler, Ancien Député, me considérez-vous Français ? Je suis défavorable à la discrimination positive qui favorise d’une part les étrangers et d’autre part aidera les Français à la peau noire au détriment de ceux dont l’épiderme ne l’est pas ! Monsieur Robert Spieler, Président d’Alsace d’abord, me considérez-vous Nationaliste Français ? Je suis un soldat politique depuis vingt ans sur le terrain et je ne changerai pas. Ma franchise, mon ardeur, mon courage, et l’intelligence que m’a donné la Providence , mes talents de militant et d’animateur m’ont vite porté aux responsabilités au sein du Front National et de toute évidence je ne suis pas blanc de chez Blanc ! Mon nationalisme n’est pas une servitude.

Je ne regrette rien de ce que j’ai accompli et des sacrifices que j’ai librement consenti au nom du compromis nationaliste. Je travaille avec des camarades venus de tous les horizons de notre famille politique. Vos derniers propos ne vous s’honorent pas. J’espère que l’intérêt national et l’esprit fraternel vous appelleront instamment à surmonter votre rancœur, tout en oubliant cette mauvaise querelle faite à Marine Le Pen. Le Front National, en 1986, vous a fait l’honneur d’être un député choisi par le peuple. Sembleriez-vous oublier que vous devez votre existence politique à Jean-Marie Le Pen !

 

Stéphane Durbec

Conseiller Régional de Provence Alpes Côte d’Azur

Membre du Comité Central du Front National

 

 

2 - Lettre ouverte de Philippe Olivier :

Mon cher camarade,


Je lis sur ton blog un article virulemment anti Marine poétiquement intitulé : « Marine : quelle conne ! »
La sincérité de ta colère dont personne ne doute, m’autorise de te faire part de quelques réflexions que voudras bien ne pas interpréter comme une marque d’hostilité à ton égard ou à l’égard de ta formation.

Je sais la légitime passion qui t’habite et la force de tes convictions.

Mais ce ton et ces termes ne te ressemblent pas tant ils sont dénués de nuances. Et parce que, sur le fond, je pense ton analyse injuste, je crois ton billet également inopportun.
 

Comme nationaliste français, j’ai été comme toi et beaucoup de nos camarades méfiant voire hostile à Marine Le Pen. Les hasards de la vie m’ont permis de l’approcher dans l’action militante, de travailler à ses côtés et, partant, de revoir mon opinion.
 

Si la question de l’Europe des régions constitue un point réel de divergence qu’il serait stupide de nier, tes attaques sur sa prétendue soumission idéologique ou sa trahison me semblent, à la lumière de mon expérience, parfaitement infondées.
 

De fait, ses innombrables prestations télévisées et radiophoniques comme la teneur de ses documents électoraux suffisent objectivement à témoigner de l’orthodoxie de son positionnement politique.
 

Quant à la campagne présidentielle dont tu la tiendrais pour unique responsable, je te sais trop fin connaisseur de la personnalité de Jean-Marie Le Pen pour savoir que Marine n’a pas tout décidé et que bien des initiatives malheureuses auxquelles tu fais allusion ont relevé du candidat seul. Tu le sais la politique est faite de symboles. Il n’a donc pas pu t’échapper que Marine n’a même pas croisé Dieudonné aux BBR.
 

Je te sais, en outre, trop averti des mécanismes électoraux pour ignorer que le score d’une présidentielle ne tient pas à une affiche, mais au déplacement de grandes masses. Comment croire que les électeurs auraient trouvé Le Pen insuffisamment anti-immigrés au point d’aller voter Sarkozy ! La contre-performance des présidentielles résulte, c’est l’évidence, d’une irrésistible aspiration du corps électoral au changement de tête et au rajeunissement politique. Sans les interventions médiatiques très réussies de Marine, Jean-Marie Le Pen serait, sans nul doute, passé sous la barre des dix.
 

L’ « affaire » qui nous vaut ton coup de gueule me semble prendre inutilement et artificiellement une dimension imméritée. Que Marine trouve inapproprié d’adopter l’affiche de UDC pour le Front national relève en effet de l’évidence dans un parti qui, depuis sa création, n’a jamais fait sienne la conception raciale de la nation. Ceux de nos milieux qui le souhaitent sont libres d’en reprendre le visuel et d’en assumer politiquement les conséquences.
 

Puisque tu évoques une « trahison des militants » de sa part, permets moi de t’apporter mon témoignage. Comme tous ceux qui ont fait la campagne d’Hénin Beaumont à ses côtés, j’ai pu mesurer ses qualités militantes. Son remarquable score est avant tout le résultat d’un intense travail personnel de terrain (porte à porte, réunions, marchés,…). Elle a su réunir dans l’action et dans une magie militante retrouvée des nationaux et nationalistes venus de toutes les formations. Les violences physiques et l’hostilité unanime des représentants du système démontrent à elles seules le peu de pertinence des accusations de collusion avec le politiquement correct. Mes quelques états de services militants dans les rangs nationalistes depuis près de trente ans m’autorisent donc sinon à dire du moins à penser que Marine est bien des nôtres.
 

Enfin, qu’il me soit permis de te faire le reproche respectueux et amical de brandir inconsidérément les accusations de trahison. Notre famille politique a vécu pendant près d’une décennie dans des imprécations entretenues de guerre civile et une absurde fatwa pour crime de « félonie ». Nos différends sont légitimes, naturels et même sains ; ils doivent se régler fraternellement dans l’écoute et le respect mutuel, jamais dans l’invective, les menaces ou l’agression même verbale.
 

Pour ma part, je me situe résolument du côté de Marine. A l’inverse des intentions belliqueuses que malheureusement tu exprimes, nous ne te combattrons pas. Nos ennemis sont à l’extérieur et nous continuons à considérer que ce qui nous unit est toujours plus fort que ce qui nous divise. De ce point de vue, j’approuve tout à fait ce conseil que tu donnais ce mois ci dans les colonnes du Chêne en exergue d’une interview: « ne faisons pas comme les Byzantins qui se querellaient quand les Turc prenaient la ville d’assaut »
 

Reçois l’expression de mes amicales salutations nationales.

Philippe Olivier

Ancien membre du Bureau politique du Front national

Ancien délégué général adjoint du Front national

Conseiller municipal de Maisons-Alfort (élu droite nationale)