Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 13 juillet 2007

Procès Bodein : stupeur et colère !

8db1733fea38032655210587ff24b831.jpgMercredi 11 juillet : je me rends à la cour d’assises du Bas-Rhin pour entendre le verdict du procès de Pierre Bodein et des seize vanniers impliqués dans les viols et meurtres de trois jeunes filles en juillet 2004.

Bodein va prendre 30 ans incompressibles (on n’a pas mieux dans l’échelle des peines). Normal. Ce dingue prédateur a été relâché en 2004 (trois mois avant les meurtres) au bénéfice d’une libération conditionnelle ordonnée par le juge d’application des peines Alain Hahn. Celui-ci se contrebalançait alors de l’avis contraire des experts psychiatriques qui dénonçaient cet individu (violeur et tueur multirécidiviste) comme étant irrémédiablement dangereux.

Ce magistrat, complice de facto des trois crimes à venir, décidait de lui donner sa chance... On connaît la suite : le martyre insoutenable de ces jeunes filles violées, éviscérées et assassinées. Une sauvagerie bestiale.

Pour les autres co-accusés impliqués dans le calvaire de la petite Jeanne-Marie (10 ans), que tout accuse, qui ont avoué et pour lesquels le procureur a requis des peines allant de trois ans à trente de prison, c’est la stupéfaction : acquittés ! Le syndrome Outreau est passé par là.

Notre désastreuse justice qui avait déjà peur de son ombre avant cette affaire prend aujourd’hui des gants de soie pour bichonner des tortionnaires évidemment coupables. Il aura suffi à ces derniers de se rétracter après avoir avoué leurs crimes pour semer le doute chez des magistrats instructeurs inconséquents, et pour ressortir de ce procès libres et auréolés de pureté, telles de blanches colombes.

Oui, ils sont coupables, oui ils vont recommencer : d’autres viols, d’autres meurtres ! Qu’est-ce qu’on attend ? Un nouveau drame pour se poser des questions existentielles sur les manquements de l’autorité judiciaire ?

Et la douleur, le traumatisme de ces familles brisées ? Tout le monde s’en fiche. Se gargariser de la « lourde peine » infligée à Pierre Bodein suffira à anesthésier l’opinion. Le vieux truc habituel.

Allons-nous rester muets, continuer à prendre des coups en nous terrant dans une indignation résignée ? Il est au contraire urgent de nous révolter et de crier notre colère quand l’ignominie se répand ainsi.

Chantal Spieler

www.solidarite-alsacienne.com

12:35 Publié dans France | Lien permanent | Tags : bodein, justice | |  Facebook