Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 01 octobre 2009

Le Pen ment, Le Pen ment, Le Pen est déconnant…

 par Robert Spieler, Délégué général de la Nouvelle Droite Populaire  

On me pardonnera la reprise sous forme de pastiche de l’antienne de Radio Londres (Radio Paris ment, Radio Paris ment, Radio Paris est allemand…).

Interrogé par le magazine Flash et appelé à dire s’il y a " incompatibilité " entre l’islam et le mode de vie en France, Le Pen répond : " A mon sens, aucune. En principe, les religions chrétiennes étaient religions de paix, de fraternité et d’amour. Ca n’a pas empêché les catholiques et les protestants de s’égorger des siècles durant, tel qu’en Irlande aujourd’hui encore ".

Les bras m’en tombent. Comme nous le savons tous, l’islam est une religion totalitaire, dont le livre sacré, le Coran, ne peut en aucun cas être interprété, car il est sensé avoir été dicté directement par Dieu. Contrairement à la Bible. Les sourates du Coran sont d’une violence inouïe à l’encontre des chrétiens, des juifs et, surtout, des athées et des païens. Oser vouloir interpréter le Coran est puni de mort. Idem pour le musulman qui aurait la fantaisie de vouloir se convertir. Les chrétiens sont persécutés en terre d’islam. Les femmes humiliées. Prétendre qu’il pourrait exister un islam tolérant est une monstrueuse ineptie.

Comment Le Pen en est-il arrivé là ? Mais a-t-il jamais pensé différemment ? Son discours à l’Assemblée Nationale, en 1958 : " Il ne faut pas dire que l’Algérie a besoin de la France. Il faut dire que la France a besoin de l’Algérie. Nous avons besoin d’une jeunesse vigoureuse, etc… ". Et puis, son discours sur la dalle d’Argenteuil, avant la dernière élection présidentielle : " Les immigrés sont des branches de l’arbre France… "

Décidément, il est urgent de tourner la page…

15:59 Publié dans Politique | Lien permanent | Tags : front national, le pen, ndp, flash, islam, france, païens, chrétienté | |  Facebook

jeudi, 29 mai 2008

La Nouvelle Droite Populaire pour le réveil du peuple

2040898889.jpgLes déroutes électorales qui accablent notre famille politique depuis 2007 ont suscité des réactions qui, bien qu’étant très diverses, sont révélatrices d’un coup de blues général.

Au sein de mouvements constitués comme dans les milieux associatifs ou intellectuels, l’ambiance est plutôt morose.  La fibre militante de nombreux d’entre nous qui ont toujours voulu contribuer à la défense de nos idées, s’est ratatinée au gré des querelles, des disgrâces et des anathèmes qu’on se balance copieusement à coups de communiqués fratricides.

Dommage !

Et surtout contre productif, alors qu’il est plus que jamais nécessaire de resserrer les rangs, d’admettre des remises en question, de rattraper le temps perdu pour ceux qui peuvent ainsi se retrouver après de longues années d’éloignement, de réfléchir sur l’ardente nécessité de concentrer nos efforts sur les valeurs fondatrices et tangibles que nous voulons donner en héritage aux générations futures.

La Nouvelle Droite Populaire nous donne l’occasion de participer à un rassemblement fédérateur. Il doit offrir à des personnalités dont les sensibilités peuvent différer dans certains domaines, comme l’idée de Nation et d’Europe (des axes de réflexion qui doivent justement nous permettre d’avancer) d’agir pour entreprendre l’indispensable refondation de notre famille politique.

Une page s’est tournée. La pérennité d’un parti autocratique et héréditaire est une vue de l’esprit. Nombreux sont ceux qui aujourd’hui l’ont compris.

Si Nicolas Bay, Secrétaire Général du MNR, a choisi d’aller se prosterner sur le perron de Saint-Cloud pour faire allégeance à Marine, c’est son affaire. Et c’est au MNR de se dépatouiller avec ça. Rien ne nous empêche d’être simple adhérent ou responsable d’un mouvement et de mettre nos compétences au service de la NDP, avec l’idée qu’il s’agit pour l’instant d’un socle destiné à préparer et à réinventer un mode de fonctionnement plus propice à la défense de nos idées, dans le respect des uns et des autres et dans la collégialité.

J’ai décidé de participer à l’aventure, une belle aventure où la camaraderie et l’amitié sauront servir nos idées. La mienne étant de voir notre peuple se réconcilier avec son histoire, retrouver la fierté de ses racines, renouer avec l’âme chrétienne qui a  porté notre civilisation,  pour se tourner vers l’avenir avec espérance.

Chantal Spieler

23:20 Publié dans Politique | Lien permanent | Tags : nouvelle droite populaire, chantal spieler, politique, front national, mnr | |  Facebook

jeudi, 01 mai 2008

Nouvelle Droite Populaire

Tel est le sigle que nous avons choisi pour rassembler les énergies nationalistes, régionalistes, européennes et identitaires, afin de proposer, au-delà de nos différences, une espérance.

Certains s'étonneront à l'idée que des sensibilités diverses puissent se retrouver.

Je leur réponds que les dangers qui pèsent sur notre civilisation, que sont l'immigration, la dénatalité et la mondialisation, exigent une réponse commune.

Nous sommes aujourd'hui dans la situation qu'évoquait il y a 30 ans Jean Raspail dans son roman prophétique Le camp des saints.

Face à l'invasion, la résistance doit s'organiser.

Robert Spieler

 

21:12 Publié dans Politique | Lien permanent | Tags : robert spieler, nouvelle droite populaire, front national, alsace d'abord | |  Facebook

vendredi, 22 février 2008

Les ultimes délires de Le Pen...

Lors d'une conférence de presse à Strasbourg cette semaine, Jean-Marie Le Pen, interrogé à propos de ma liste « Strasbourg d'abord » pour les élections municipales, osa dire devant les caméras de France 3 : « Robert Spieler ce n'est pas Strasbourg d'abord, ce n'est pas Alsace d'abord, c'est Allemagne d'abord ».

France 3 a refusé, on les comprend, de diffuser ces propos gravement diffamatoires.

Mais jusqu'où donc ira sa chute ?

vendredi, 08 février 2008

L’union des patriotes, régionalistes et identitaires à Strasbourg se réalise autour de la liste de rassemblement Strasbourg d’abord !

945a124b9e72e21d5a1370bc37402771.jpg

Robert Spieler, président d’Alsace d’abord, a présenté aujourd’hui à la presse la liste de rassemblement Strasbourg d’abord, entouré d’Anne Kling, présidente de Défendons Notre Identité, et du Général Alain Voelckel, qui occuperont les 2ème et 3ème place de la liste.

Jean-Louis Wehr, leader historique du FN à Strasbourg (conseiller municipal de 1995 à 2001 et tête de liste FN en 2001), a apporté son appui à la liste Strasbourg d’abord, en appelant les dirigeants du FN à soutenir une liste unique d’union nationale et régionale, et les électeurs du FN à voter pour la liste de rassemblement Strasbourg d’abord.

Marylène Heitz, conseillère régionale du FN, a répondu positivement à cet appel et rejoint la liste Strasbourg d’abord, où elle figurera en 4ème position.

Par ailleurs, Gilles Fevre, membre du Bureau Politique du MNR, est présent sur la liste et apporte « le soutien total de Bruno Mégret et du MNR ».

La conférence de presse a également été l’occasion de présenter les documents de campagne, tracts et affiches.

Strasbourg d’abord a engagé une très active campagne où 100.000 tracts seront distribués et 7.000 affiches collées pour proposer aux Strasbourgeois un programme de vraie rupture, qui défendra Strasbourg et les Strasbourgeois d’abord.

Strasbourg d’abord

mardi, 23 octobre 2007

Réponses aux lettres ouvertes de Stéphane Durbec et Philippe Olivier

Réponse de Robert Spieler, Président d’Alsace d'Abord, à Stéphane Durbec (Conseiller régional de Provence-Alpes-Côte d’Azur, membre du Comité central du Front national)

Cher Monsieur,

Vous me posez la question : « Monsieur Robert Spieler, me considérez-vous comme français ? »

Je reconnais bien volontiers toutes vos qualités que vous évoquez, mais ne les eussiez-vous pas, pour quelle raison vous contesterai-je le fait que vous soyez français ?

Parce que vous êtes originaire d’outre-mer ?

Vous savez fort bien que le problème de l’outre-mer ne se confond pas avec l’immigration de peuplement que subit la France. Je refuse totalement cette colonisation à rebours qui aura pour conséquence dans trente ans de voir naître davantage d’enfants issus de l’immigration dans nos maternités que d’enfants issus de notre peuple (cf. l’excellent livre de J.P. Gourévitch La France africaine).

Cette colonisation entraîne une islamisation catastrophique de notre société.
Il me paraît urgent de modifier radicalement les conditions d’obtention de la nationalité française, et procéder à l’expulsion de tous les délinquants étrangers. Je souhaite aussi le retrait de la nationalité française à ceux qui, dans les 15 ans après l’avoir obtenue, commettraient des crimes graves, et leur expulsion immédiate vers leur pays d’origine.

L’Outre-mer est concernée, vous le savez bien, par ces problèmes. Je pense notamment à la Guyane où des centaines de personnes traversent tous les jours le fleuve Maroni afin de venir acquérir la nationalité française et bénéficier de ses avantages.

Je suis persuadé, qu’en tant que militant du Front National, vous partagez mes analyses et que vous vous battrez comme moi afin que la France reste française et l’Europe européenne.

Cordiales salutations identitaires.

Robert Spieler

 

Réponse de Robert Spieler, Président d’Alsace d'Abord, à Philippe Olivier (ancien membre du Bureau politique du Front national, ancien délégué général adjoint du Front national,  conseiller municipal de Maisons-Alfort (élu droite nationale)

Mon Cher Camarade,

Je te remercie de ta réaction. La colère est souvent mauvaise conseillère et j’ai usé d’un terme que j’ai retiré (cf. mon blog, article du 21 octobre où je précisais « j’ai utilisé à l’encontre de Marine Le Pen, dans le titre de mon article, un qualificatif malvenu que je retire bien volontiers en regrettant que ce mot ait pu la blesser »).

Ceci dit, tu sais que les militants alsaciens régionalistes, identitaires et nationalistes, ont suivi avec intérêt la progression de l’UDC Suisse. Même si les régionalistes ne partagent pas le nationalisme anti-européen de Blocher, ils ont éprouvé pour la plupart la même joie que celle qu’ils avaient éprouvée lorsque Jean-Marie Le Pen fut présent au second tour de l’élection présidentielle de 2002. Parce qu’en effet, ce qui nous rapproche est plus fort que ce qui nous divise.

L’UDC fait de l’expulsion des délinquants étrangers, sur représentés comme en France dans les statistiques de l’insécurité, un thème majeur de campagne, illustré par la fameuse affiche.

Certes, en France pourrions-nous remplacer le mouton noir par un mouton gris, afin de ne pas heurter certaines sensibilités propres.

Je dois te dire aussi que les Alsaciens (je ne parle pas seulement des régionalistes) ont été profondément heurtés durant la récente campagne présidentielle par certains propos de Marine Le Pen et de Louis Aliot, condamnant les plaques bilingues dans nos rues et présentant le bilinguisme comme une menace pour la République.

Les Alsaciens sont en effet profondément attachés à l’enseignement français/allemand, non pas tant pour des raisons affectives que pour des motifs économiques. 70.000 Alsaciens sont des travailleurs frontaliers pour qui la maîtrise de l’allemand est vitale. La langue allemande est, je le précise à l’intention de ceux qui s’étonnent de notre combat prioritaire pour l’enseignement de l’allemand plutôt que de l’alsacien, en effet la langue écrite, l’alsacien n’ayant qu’une pratique orale (il existe une édition en allemand du quotidien régional Les dernières nouvelle d’Alsace, et les professions de foi électorales sont généralement traduites en allemand). La loi de la République stipule même que les débats dans les assemblées élues peuvent se tenir dans les deux langues.

J’ai eu l’occasion de m’exprimer à maintes reprises sur les concepts de Nation, de Région et d’Europe. Oui, je combats le concept d’Etat-Nation jacobin, invention meurtrière de la Révolution Française et cause de dizaines de millions de morts dans des guerres imbéciles. Je ne confonds pas Etat-Nation avec Nation dans le sens que ce mot avait avant 1789.

Ce n’est pas parce que je revendique plus de pouvoirs et de moyens pour la région que je rejette l’idée de Nation, qui est à la fois le souvenir des sacrifices consentis par nos aïeux, et l’espérance d’un avenir commun.

Quant à l’Europe, je refuse celle des nains de Bruxelles et ne veux en aucun cas d’un Etat-Nation européen qui reproduirait les tares du jacobinisme français.

Je souhaite que s’applique à tous les niveaux le principe de subsidiarité et que, pour prendre un exemple concret, l’ouverture ou la fermeture d’une maternité se décide dans les régions, et non sous les lambris de ministères parisiens.

Je crois en la nécessité d’une Europe identitaire, respectueuse des nations qui la composent, mais disposant des moyens de sa puissance : puissance militaire, diplomatique et économique.

Que pèse aujourd’hui la France seule dans ces domaines ?

Cher Philippe, j’ai choisi de te répondre sur quelques points mais ne puis évidemment être exhaustif.

A l’occasion d’une rencontre avec toi et éventuellement d’autres de tes camarades, je serais heureux que nous puissions nous entretenir en toute sérénité de ces divers sujets.

Bien amicalement

Robert Spieler

23:35 Publié dans Politique | Lien permanent | Tags : politique, front national, Robert Spieler, Marine Le Pen | |  Facebook

dimanche, 21 octobre 2007

Victoire de l’UDC Suisse aux élections législatives de ce week-end

ac87a2667ad4263c812da5ad8b4b8a62.jpgLe mouvement identitaire suisse conforte sa position de premier parti suisse, passant de 25 à 29% des voix et dépassant toutes les prévisions, dans un contexte de polémique et d’agressivité concernant notamment son affiche dénonçant la criminalité étrangère, et représentant des moutons suisses blancs expulsant un mouton noir du drapeau Fédéral.

Cette polémique a dépassé les frontières de la Suisse puisque Marine Le Pen a elle-même condamné cette campagne.

J’ai, dans un précédent article, exprimé mon indignation quant à sa position où elle s’en prenait à un mouvement, sinon frère, du moins cousin.

Alsace d’Abord ne partage pas en effet les préventions nationalistes anti-européennes de l’UDC, mais ne peut que constater que ce parti, qui met la défense de l’identité helvétique au premier rang de ses préoccupations, a su atteindre des résultats qui pèsent positivement sur l’avenir de ses concitoyens et représente, comme le Vlaams Belang, un exemple à suivre.

J’ai utilisé à l’encontre de Marine Le Pen, dans le titre de mon article, un qualificatif malvenu que je retire bien volontiers en regrettant que ce mot ait pu la blesser.

Je continuerai cependant à combattre ses positions anti-régionalistes et anti-identitaires.

Robert Spieler

22:30 | Lien permanent | Tags : politique, UDC, front national, Marine Le Pen, Robert Spieler | |  Facebook

samedi, 20 octobre 2007

Solidarité Alsacienne relance la soupe...

716ce1df53978e92a1afa09166885ea0.jpgNous étions ce soir Place de la gare à Strasbourg où 25 militants étaient rassemblés autour de la grande banderole de Solidarité Alsacienne, en présence de Robert Spieler et des responsables de notre association, afin de distribuer aux sdf des produits garantis ni hallal ni casher !

Ce fut un grand succès, quand on sait que de nombreux militants alsaciens sont présents ce week-end à la réunion de Terre et Peuple à Paris et ne pouvaient donc être des nôtres ce soir.

Le programme des prochaines semaines est chargé : le premier anniversaire de la revue Synthèse nationale, samedi 27 octobre à Paris, organisation d’une nouvelle distribution de soupe identitaire à Strasbourg la semaine suivante et les 10 et 11 novembre, réunion de la Fédération régionaliste et identitaire en Bourgogne. Les Alsaciens seront nombreux à participer à ces évènements.

Bref ! Le combat identitaire se poursuit et se développe en Alsace.

Chantal Spieler

vendredi, 19 octobre 2007

Marine Le Pen attaque l'UDC

Il n’est pas dans mes habitudes de pratiquer des attaques personnelles et encore moins les procès d’intention. Mais là, toutes les bornes ont été dépassées par Marine Le Pen.

J’ai eu l’occasion d’exprimer à plusieurs reprises mon profond désaccord avec ses prises de position ultra-jacobines, anti-régionalistes et anti-européennes. Marine Le Pen porte une responsabilité majeure dans l’échec de son père à l’élection présidentielle et dans l’échec du Front national aux élections législatives. Je ne m’étendrai sur des causes qui ont été analysées par nombre de responsables politiques du camp identitaire.

Non contente d’avoir dramatiquement desservi les intérêts du camp national et identitaire, en insultant notamment les régionalistes, Marine Le Pen vient de signer son arrêt de mort politique en tant que représentante putative du camp identitaire.

Elle vient en effet de déclarer « dangereuse » la campagne d’affiches de l’UDC suisse car « elle assimile immigration et couleur de peau ». Ainsi, en plus de désespérer le camp identitaire français, voilà qu’elle s’attaque désormais à d’autres mouvements européens.

Elle se joint donc aux protestations du « Monde » et de Rachid Kaci (UMP), qui déclarait deux jours plus tôt que « ce n’est pas Le Pen qui se permettrait les fantaisies de Blocher sur ses affiches ».

Marine Le Pen considère donc que Christophe Blocher, qui pèse plus de 25% de l’électorat en Suisse, qui organise et gagne des référendums, et qui siège au gouvernement, n’est pas un exemple à suivre ? Tant pis pour elle !

Marine Le Pen a aussi ajouté que jamais son parti ne se lancerait dans une telle campagne d’affichage, relevant que c’était de la publicité « au même titre que les affiches Benetton ». A-t-elle déjà oublié sa calamiteuse tentative de racolage des banlieues au travers de l’affiche de la « beurette », qui exprime parfaitement ses chimériques fantasmes « United colors of Le Pen » ?

J’accuse Marine Le Pen de trahir le combat identitaire, régionaliste ou nationaliste.

J’accuse Marine Le Pen de trahir notre peuple et notre idéal.

J’accuse Marine Le Pen de trahir honteusement les milliers de militants qui défendent avec dévouement leur région, leur patrie et leur civilisation européenne.

J’accuse Marine Le Pen de se coucher lamentablement devant les lobbies du politiquement correct.

Marine Le Pen a définitivement démontré qu’elle n’était pas des nôtres, et je la combattrai avec une détermination absolue.

Robert Spieler

Ancien député

Président d’Alsace d’abord

jeudi, 09 août 2007

Mais à quoi joue Le Pen ? A quoi sert encore le FN ?

9241efbe58d576f7a450d7682bc5c285.jpgLe Pen Sarkozyste ? On pouvait le croire en écoutant ses commentaires sur RTL, mardi 7 août : Sarkozy tient « un certain nombre de ses promesses électorales. Chacune de ses actions est mûrement réfléchie, pesée, très bien informée et jusqu’ici assez bien réalisée, il faut le dire ». Le Pen n’hésite pas à lui trouver « un certain charme ».

Quelles promesses électorales Sarkozy à t-il tenues ?

 - Le micro traité européen ? Il n’a pourtant pas osé évoquer, malgré ses précédentes rodomontades, son « opposition » à l’entrée de la Turquie dans l’Union Européenne.

- L’avancée de son projet « d’union méditerranéenne » qui l’a amené à se rendre en Algérie saluer son « ami » Bouteflika et en Lybie vendre des missiles pour des milliards d’euros au dictateur fou Khadafi ?

- Quant à ses vacances pour multimilliardaire aux Etats-Unis, on y retrouve là le symbole de ses accointances avec le grand capital mondialiste…

Certes, Sarkozy est en train de tenir ses promesses à l’égard des plus riches, et Le Pen n’y trouve évidemment rien à y redire.

Or, en politique, le principe absolu, si l’on souhaite vaincre, est, comme l’a démontré Julien Freund, de désigner l’ennemi et de le combattre. Lorsque l’on encense l’adversaire, les éloges, fussent-ils même justifiés, le renforcent tout en décourageant et en désespérant nos propres troupes : la défaite est certaine. Relisons à cet égard Sun Tzu (de l’art de la guerre), qui analyse les diverses façons de vaincre, sans même avoir à combattre.

Si une élection présidentielle avait lieu aujourd’hui, gageons que Le Pen n’atteindrait pas 5%. Tant de combats, de dévouements militants, de sacrifices pour en arriver là… Tout ça pour ça …

Le fait que Le Pen ait été reçu à l’Elysée le 20 juin, jour de son anniversaire, aura t-il suffi pour transformer le lion en agneau ? Espère t-il obtenir un strapontin au gouvernement pour sa fille Marine ? Perspective absurde.

Laissons la cruelle conclusion à Christophe Forcari, de Libération : « Ainsi, après avoir fait main basse sur près d’un million d’électeurs lepénistes, Sarkozy parvient même à ôter à Le Pen sa virulence habituelle, visiblement amadoué après une simple visite à l’Elysée ».

A quoi sert encore le Front National ?

Robert Spieler

12:35 Publié dans France | Lien permanent | Tags : sarkozy, jean-marie le pen, Front National, politique, robert spieler, france | |  Facebook