Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 30 octobre 2008

Anne Kling participera à la 2ème journée de Synthèse nationale...

753352512.jpgAnne Kling, auteur du remarquable ouvrage consacré à l’histoire cachée de la LICRA, La France licratisée (Editions Mithra, 2006), participera à la deuxième journée de Synthèse nationale, dimanche 23 novembre prochain au Forum de Grenelle (5, rue de la Croix Nivert à Paris XVème).

 

Ce sera aussi l’occasion pour elle de dédicacer son dernier livre, Révolutionnaires juifs (aussi édité chez Mithra), qui traite du rôle de certains responsables juifs dans les révolutions marxistes qui ensanglantèrent le XXème siècle.

 

Un livre passionnant et objectif qu’il faut absolument lire.

 

 Pub Révolutionnaires juifs pdf.pdf

10:38 Publié dans Politique | Lien permanent | Tags : livres, anne kling, synthèse nationale, paris, histoire, alsace, identitaires | |  Facebook

mardi, 29 juillet 2008

Après "La France licratisée" : bientôt un nouveau livre d'Anne Kling...

REVOLUTIONNAIRES JUIFS, les principaux acteurs des révolutions bolcheviques en Europe (fin XIXe-1950)

anne.jpgLe nouveau livre d'Anne Kling !

Auteur de l'excellent ouvrage "La France Licratisée", où elle dévoile les origines de la Licra, ses objectifs et son influence, Anne Kling s'est attaquée à un domaine qui, pour avoir été abordé notamment par Soljenytsine, n'avait jamais été traité de façon systématique. Elle dévoile la biographie d'une centaine de personnages terrifiants qui semèrent la mort en Russie et en Europe. J'ai eu le privilège de lire ce livre en avant-première. On y découvre un juif exterminateur de juifs, l'inventeur des chambres à gaz ambulantes, et des humanistes meurtriers, dont certains eurent le privilège de mourir dans leur lit. La Révolution a goulûment dévoré ses enfants, ce qui, après tout, n'est que justice.

Ce livre, qui paraîtra en septembre, est tout simplement, remarquable.

Consultez le blog d'Anne Kling, La France Licratisée!
http://france-licratisee.hautetfort.com


Robert Spieler

17:19 Publié dans Livre | Lien permanent | Tags : pcf, marxisme, russie, anne kling, politique, histoire | |  Facebook

lundi, 10 décembre 2007

C'est le drapeau Rot un Wiss (rouge et blanc) alsacien que nous voulons sur les plaques minéralogiques de nos voitures!

De pire en pire. Voici que Charles Buttner, Président du Conseil Général du Haut-Rhin, demande que "l’identifiant du Haut-Rhin" (ne me demandez pas ce qu'est ce machin) soit obligatoire sur les plaques d'immatriculation en lieu et place du sigle proposé par la Région et qui est lui-même une invention totalement artificielle.

Alsace d'Abord revendique l'utilisation du drapeau Rot un Wiss qui date du 12ème siècle et du Saint Empire, et fut adopté par la suite par le régime français jusqu'en 1945, où il disparut. On lui reprochait d'avoir été utilisé par les Alsaciens pro-nazis. C'est comme si le drapeau tricolore avait disparu en 1945 parce qu'il avait été arboré par l'Etat Français et par la Milice.

Alsace d'Abord a décidé de redonner vie à notre drapeau qui est présent à toutes nos manifestations. Ce n'est pas pour autant le drapeau de notre mouvement, mais celui de l'Alsace toute entière, fidèle à ses valeurs, à son Histoire et à son identité.

17:50 Publié dans Alsace | Lien permanent | Tags : robert spieler, politique, alsace, france, rot un wiss, drapeau, histoire | |  Facebook

jeudi, 30 août 2007

Affaire Môquet : de l’histoire, Monsieur le Président, et non du catéchisme.

825dc982f1269b0efc4dd581c3a84691.jpgLa revue « L’Histoire », plutôt orientée à gauche, est à bien des égards remarquable de rigueur (pas toujours cependant). Il lui arrive de traiter certains sujets contemporains avec un parti pris qui manque parfois de rigueur historique.

La dernière livraison (L’Histoire - septembre 2007), qui consacre un article à l’affaire Môquet, n’en n’est que plus remarquable. La conclusion de l’éditorial, que je cite intégralement est tout à fait intéressante. Elle concerne la décision de Nicolas Sarkozy de faire lire dans toutes les écoles de France, à chaque rentrée scolaire, l’émouvante lettre d’adieu de ce jeune otage communiste fusillé à titre de représailles par les allemands le 22 octobre 1941, à la suite de l’assassinat d’un officier allemand.

« Pour les uns, qu’un Président de la République de droite fasse d’un jeune communiste un exemple d’héroïsme témoigne d’une courageuse intention d’union nationale ; pour les autres, la prescription est avant tout une manoeuvre politicienne et une intervention abusive de l’Etat dans la liberté des enseignants. Cimenter une communauté nationale par le rappel de ses valeurs communes et l’exemple de ses héros n’est pas forcément illégitime. A condition, nous rappelle Jean-Pierre Azéma, de faire vraiment de l’histoire, jusqu’au bout. De l’histoire, et non du catéchisme. Encore un effort, Monsieur le Président ! »

L’historien Jean-Pierre Azéma, dans l’article évoqué, écrit ceci : « sans doute l’histoire n’appartient-elle pas qu’aux historiens. Il est du rôle de la représentation nationale, comme du Président de la République, de proposer, susciter commémorations et hommages, mais non d’édicter ce que l’on doit enseigner ».

Et de conclure : « Beaucoup refusent l’idée de cette caporalisation mémorielle : une lettre lue dans tous les établissements scolaires, tous les ans, le même jour, sinon à la même heure, quasiment au garde-à-vous ?

Aujourd’hui Môquet, demain Che Guevara et bientôt Andréas Baader ?

Et si l’on proposait plutôt à nos enfants la lecture des magnifiques et poignants poêmes de Fresnes de Robert Brasillach ?

Robert Spieler

 

22:24 Publié dans Politique | Lien permanent | Tags : sarkozy, Môquet, enseignement, histoire, Robert Spieler | |  Facebook

mercredi, 14 février 2007

Une faculté de théologie musulmane à Strasbourg : un piège redoutable...

medium_aaaaaaa.jpgLe projet de faculté de théologie musulmane à Strasbourg n’est pas innocent et peut avoir des conséquences redoutables.

Il faut savoir que l’Alsace et la Moselle sont des terres concordataires (le concordat étant un accord signé entre Napoléon 1er et le Vatican puis élargi aux religions protestantes et juive) où la séparation de l’Eglise et de l’Etat ne s’applique pas. La raison : l’Alsace était allemande en 1905 lorsque le « petit Père Combes », grand fanatique anti-clérical et franc-maçon frénétique, imposa la séparation de l’Eglise et de l’Etat, accompagnée des spoliations qui entraînèrent de vives réactions au sein de la population catholique.

L’Alsace allemande en fut protégée de fait. Les tentatives d’appliquer la loi à l’Alsace au lendemain de la réintégration de celle-ci à France en 1918 entraînèrent une telle réaction populaire (suscitant un fort courant autonomiste) que le pouvoir fit marche arrière.

Parmi les « avantages » du statut concordataire qui s’applique aux religions catholique, protestantes et juive, figure la rémunération des prêtres, pasteurs et rabbins. L’enseignement de la religion est également généralisé dans les écoles publiques, des cours de morale étant prévus pour ceux qui refusent cette instruction.

Autre caractéristique : l’Alsace compte les seules facultés de théologie d’Etat de France, catholique et protestante.

Il n’est pas besoin d’être grand clerc pour imaginer que la création d’une faculté de théologie musulmane réclamée par les socialistes et par certains apprentis dhimmis de l’UDF et de l’UMP entraînera ipso facto une demande de statut identique à celui des facultés protestante et catholique, et l’on peut avoir la certitude que le statut concordataire sera tôt ou tard élargi à l’Islam avec les avantages afférents. Nous verrons ainsi des imams autoproclamés « former » les jeunes musulmans dans les écoles primaires, l’enseignement dans les écoles secondaires étant quant à lui du ressort de professeurs agréés par les communautés.

L’Islam n’est pas, et ne sera jamais, une religion européenne. Religion totalitaire, englobant le champ religieux, culturel, politique et familial, cette religion est aux antipodes des valeurs européennes.

Pouvons-nous accepter que les sourates d’une violence inouïe à l’encontre des chrétiens, des juifs et des athées soient enseignées dans nos écoles et dans cette faculté de théologie musulmane ?

Qu’on ne me parle pas d’un Islam tolérant et européanisé. Il s’agit là de naïveté, d’ignorance ou tout simplement d’un esprit de soumission ou de collaboration.

Rappelons que le Coran, à la différence de la Bible, ne peut en aucun cas être interprété, étant sensé être la parole de Dieu apportée sur terre à Mahomet par l’Archange Gabriel.

Certains rétorqueront qu’il existe des sourates modérées. C’est exact. Ce sont les sourates dites « mecquoises » que l’on retrouve au début du Coran : formulées à un moment où le pouvoir de Mahomet était loin d’être assuré et où il était dans l’obligation de composer avec les tribus juives et païennes. Dès que son pouvoir fut assuré par la guerre et la violence, le ton changea.

Comment les théologiens musulmans résolvent-ils ces contradictions ? Allah ne se trompant évidemment pas. Facile : ils ont inventé le concept de sourates abrogées et abrogeantes. Allah a tout simplement changé d’avis et les sourates violentes annulent les modérées. Et le tour et joué.

Dernier point très important, les musulmans ont le droit et même le devoir de dissimulation (la taqqia) quand ils sont en situation minoritaire : « baise la main que tu ne peux mordre » dit le Coran.

Nous voilà prévenus lorsque nous entendons certains théologiens musulmans tenir des discours alambiqués qui cherchent à donner une image de modération.

Que les naïfs se réveillent avant qu’il ne soit trop tard !

Pas de faculté de théologie musulmane à Strasbourg !

Pas de grande mosquée à Strasbourg, capitale de l’Europe !

Strasbourg doit rester le symbole d’une Europe européenne dont les racines sont rhénanes, gréco-romaines et chrétiennes.

Nous résisterons ! 

Robert Spieler

 

00:20 Publié dans Strasbourg | Lien permanent | Tags : politique, histoire, strasbourg, droite, france, Jean-Marie Le Pen, ump | |  Facebook